La co­opé­ra­tive jeu­nesse de ser­vices en­core en vie

L'Informateur - - VIE DE QUARTIER - Sa­muel Le­duc-Fre­nette

Mal­gré les com­pres­sions du der­nier bud­get fé­dé­ral qui ont af­fec­té cer­taines co­opé­ra­tives jeu­nesses de ser­vices (CJS) au Qué­bec, la CJS de Ri­vière-des-Prai­ries réus­sit à se main­te­nir en vie grâce à la dé­pu­tée fé­dé­rale du coin, Pau­li­na Aya­la. Douze jeunes pour­ront en­core cette an­née of­frir des ser­vices de tous ordres aux Prai­ri­vois qui le dé­si­rent tout en se fa­mi­lia­ri­sant avec le mon­tage de sa propre en­tre­prise.

Les co­opé­rants se­ront ac­tifs jus­qu’au 10 août dans le voi­si­nage de la mai­son des jeunes—qui hé­berge le pro­jet—afin de cher­cher à cu­mu­ler les pe­tits bou­lots chez les par­ti­cu­liers. Il peut s’agir d’of­frir ses ser­vices pour la­ver la voi­ture, jar­di­ner, tondre la pe­louse, gar­der les en­fants dis­tri­buer des pros­pec­tus.

En plus de de­voir al­ler eux-mêmes qué­rir des contrats çà et là, les co­opé­rants doivent écha­fau­der une en­tre­prise. Ain­si, un conseil d’ad­mi­nis­tra­tion et un exé­cu­tif siègent. Des co­mi­tés mar­ke­ting, des fi­nances et des res­sources hu­maines ont aus­si été mis sur pied.

« Tout le monde dans la co­opé­ra­tive est vrai­ment im­por­tant, tout le monde a sa place », de dire le pré­sident de la CJS lors du lan­ce­ment of­fi­ciel de l’en­tre­prise.

Le sys­tème de dis­tri­bu­tion des contrats est aus­si dé­ter­mi­né par les membres. Ils dé­cident par exemple de de­man­der des émo­lu­ments sur une base for­fai­taire ou ho­raire. Pour plus d’équi­té dans la ré­par­ti­tion des re­cettes, les co­opé­rants « plus riches » sont constam­ment ren­voyés au bas de la liste d’at­tri­bu­tion des contrats.

Une po­pu­la­ri­té qui ne dé­mord pas

La CJS offre plu­sieurs avan­tages aux co­opé­rants. En plus de bé­né­fi­cier d’un en­ca­dre­ment de la part d’ani­ma­teurs, ils ont la pos­si­bi­li­té d’avoir une pre­mière ex­pé­rience de tra­vail payé tout en en ap­pre­nant un peu plus sur la mise sur pied d’une en­tre­prise.

Le pro­gramme semble aus­si po­pu­laire que l’an der­nier étant don­né que ses res­pon­sables ont dû mettre de cô­té la moi­tié des 25 per­sonnes qui ont po­sé leur can­di­da­ture pour de­ve­nir co­opé­rant.

« Il y a une belle chi­mie, une belle sy­ner­gie, es­time Étienne Ga­gnon, l’ani­ma­teur prin­ci­pal de la CJS. On a es­sayé de ne pas se ra­mas­ser avec cinq amis, mais d’al­ler cher­cher des gens dif­fé­rents. »

Un peu dé­çus, les co­opé­rants ont pré­sen­té leur pro­jet de­vant un par­terre com­po­sé d’un jour­na­liste et d’une pho­to­graphe, alors que mal­gré toute la vo­lon­té des jeunes et de leurs ani­ma­teurs, ni les pa­rents des pre­miers, ni les membres du co­mi­té lo­cal—or­ga­nismes, élus, etc.—qui sou­tient la CJS n’étaient pré­sents lors de son lan­ce­ment of­fi­ciel.

(Pho­to : Isa­belle Ber­ge­ron)

Cet été, douze co­opé­rants font par­tie de la 17e co­opé­ra­tive jeu­nesse de ser­vices de Ri­viè­redes-Prai­ries. Ils étaient 13 l’an der­nier.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.