Jouer pour l’OM

L'Informateur - - CULTURE -

Simon Al­drich tra­vaille pour l’OM de­puis près d’une ving­taine d’an­nées. Après un doc­to­rat en in­ter­pré­ta­tion mu­si­cale, vo­let cla­ri­nette, à l’Uni­ver­si­té Yale (Con­nec­ti­cut), il a ob­te­nu ce poste à Mon­tréal. Le cla­ri­net­tiste so­lo donne aus­si des cours à l’Uni­ver­si­té McGill en plus de prendre part à l’or­chestre de chambre Nou­vel En­semble Mo­derne, ce qui l’a ame­né à jouer dans plu­sieurs pays. L’OM, con­trai­re­ment à l’Or­chestre sym­pho­nique de Mon­tréal, n’offre pas un em­ploi ré­mu­né­ré stable. En ce sens, les mu­si­ciens sont em­bau­chés comme « pi­gistes ». M. Al­drich se consi­dère tout de même comme chan­ceux, lui qui connait des mu­si­ciens qui ont par­fois dû pas­ser 60 au­di­tions avant d’ob­te­nir une place dans un or­chestre. « Ça prend une cer­taine per­son­na­li­té et de la per­sé­vé­rance », conçoit-il.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.