Une po­lice an­crée dans sa com­mu­nau­té

L'Informateur - - VIE DE QUARTIER - Sa­muel Le­duc-Fre­nette

Une jour­née d’échanges entre tous les po­li­ciers du poste de quar­tier 45 (PDQ 45) et des membres d’or­ga­nismes prai­ri­vois a ser­vi d’in­cu­ba­teur pour les pre­miers, tou­jours à la re­cherche d’idées pour se rap­pro­cher de la com­mu­nau­té qu’ils des­servent, le 3 octobre, sur le site de Bos­co­ville 2000.

Une soixan­taine de po­li­ciers ont ain­si été rem­pla­cés afin de faire le point sur la si­tua­tion so­cio-éco­no­mique du quar­tier en com­pa­gnie de membres d’Équipe RDP, de la mai­son des jeunes, du centre de pro­mo­tion com­mu­nau­taire Le Phare, du cé­gep Ma­rie-Vic­to­rin et de Bos­co­ville même.

En ef­fet, un por­trait pré­cis du quar­tier a été dres­sé à l’as­sis­tance en dé­but de jour­née. Cet exer­cice a été très utile aux po­li­ciers, car la moi­tié d’entre eux sont en poste à Ri­viè­redes-Prai­ries seule­ment de­puis les huit der­niers mois.

Les or­ga­ni­sa­teurs ont en­suite pré­sen­té un ex­trait du do­cu­men­taire La vie comme un match, qui té­moigne de l’ap­proche in­usi­tée de deux agents du quar­tier Saint-Mi­chel, qui ont mis sur pied un club de boxe pour les jeunes.

Di­vi­sés en sept tables, les par­ti­ci­pants ont pris part à di­vers exer­cices de ré­flexion. Par exemple, ils ont dû pondre un pro­jet dans le­quel les agents doivent être plus près de leur com­mu­nau­té. Toutes les idées qui éma­naient de ces ate­liers étaient pré­sen­tées au reste du groupe.

Se­lon ce que rap­porte le PDQ 45, l’en­semble des ac­teurs pré­sents ont ap­pré­cié leur jour­née. Les échanges étaient au­then­tiques. Les pro­po­si­tions ame­nées lors des dis­cus­sions pour­raient éven­tuel­le­ment faire l’ob­jet d’ac­tions concrètes sur le ter­rain.

Cette pre­mière à Mon­tréal a été ou se­ra sui­vie par cinq autres postes de po­lice. Il re­vient à Marc Pa­rent, chef du Ser­vice de po­lice de Mon­tréal (SPVM), d’avoir en­cou­ra­gé ses agents à mettre sur pied de telles ini­tia­tives. M. Pa­rent veut qu’ils soient plus proches des ci­toyens afin qu’ils puissent mieux ré­pondre à leurs be­soins.

Les groupes de ré­flexion, for­més pour par­ler de l’ap­proche que de­vraient adop­ter les po­li­ciers au­près des ci­toyens, étaient réunis dans une salle de Bos­co­ville 2000.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.