L’im­pact U21 se taille une place en fi­nale

L'Informateur - - SPORTS - Au­drey Gau­thier

L’Im­pact U21 s’est dé­fait des Shoo­ters de York par la marque fi­nale de 3 à 1, le 21 oc­tobre, au col­lège Saint-Jean-Vian­ney, dans le cadre des de­mi-fi­nales de la Ligue ca­na­dienne de soc­cer.

Ce duel était loin d’être ga­gné pour les hommes de Philippe Eul­laf­froy. Au cours de la sai­son, l’Im­pact U21 a ren­con­tré à deux re­prises la for­ma­tion de York, pour un ré­sul­tat d’une nulle et d’une vic­toire.

« Ce ne sont pas des matchs où on a été tran­quille. Ils ont une moyenne d’âge de 30 ans [l’Im­pact U21 est consti­tué d’ath­lètes de moins de 21 ans]. Ils sont l’équipe pre­mière de leur club, et nous, on est l’équipe ré­serve des pro­fes­sion­nels », sou­ligne l’en­traî­neur-chef.

« Ils ont la meilleure dé­fense du cham­pion­nat, pour­suit-il avant la par­tie. Le prin­ci­pal dé­fi contre eux est phy­sique. Si on ré­pond à ça, on de­vrait ga­gner le match. En étant bon tac­ti­que­ment et tech­ni­que­ment, on pour­rait l’évi­ter. Ce n’est pas une for­ma­tion que tu peux battre en re­gar­dant les oiseaux. Ils vont nous pu­nir, si on ne joue pas bien. »

L’ob­jec­tif de cette ren­contre était bien sûr la vic­toire, mais aus­si d’évi­ter les de ter­mi­ner le duel par une éga­li­té. En cas de pro­lon­ga­tion, deux pé­riodes de 15 mi­nutes sont ajou­tées au cours des sé­ries éli­mi­na­toires. Le vain­queur est ce­lui ayant mar­qué le plus de points à la fin de ces 30 mi­nutes.

« Ça de­vient dif­fi­cile dans les jambes et dans la tête. Ce n’est plus alors la meilleure équipe au plan phy­sique ou tech­nique qui va ga­gner, mais celle avec le meilleur men­tal et qui ac­cepte de souf­frir plus que l’autre », in­dique M. Eul­laf­froy.

« York est un ad­ver­saire com­pli­qué à jouer et ce n’est pas ce­lui qu’on au­rait pré­fé­ré ren­con­trer en de­mi-fi­nale, avoue-t-il. Mais si tu veux ga­gner la com­pé­ti­tion, tu dois battre les équipes dif­fi­ciles. C’est un pas­sage obli­gé. La bonne idée qu’on a eue est de ter­mi­ner deuxième [au clas­se­ment gé­né­ral], pour les af­fron­ter chez nous. C’est un avan­tage. »

Sé­rie de vic­toires

Ce gain en de­mi-fi­nale cor­res­pond à une 11e vic­toire consé­cu­tive pour le club mon­tréa­lais.

Cette sé­quence, qui s’est en­ta­mée le 18 août, se­rait une consé­quence du voyage que les ath­lètes ont ef­fec­tué en Eu­rope, au dé­but du mois d’août.

« On n’est pas dans le champ. Qu’on soit confron­té à un haut ca­libre tech­nique/tac­tique ou phy­sique, on est ca­pable de ré­pondre. La France a été un vrai tour­nant dans la sai­son. Le fait qu’on a bien per­for­mé [deux matchs nuls et une vic­toire], qu’on a fait de la qua­li­té, ç’a ras­su­ré les joueurs sur leur ta­lent. Ils ont réa­li­sé qu’ils étaient au même ni­veau que des Eu­ro­péens. On est sur une bonne voie et on a tou­jours peur qu’elle se ter­mine », confie-t-il.

Pour ob­te­nir une 12e vic­toire suc­ces­sive, l’Im­pact U21 de­vra vaincre le Croa­tia de To­ron­to – pre­mier au clas­se­ment gé­né­ral – le 27 oc­tobre, au Cen­ten­nial sta­dium, à To­ron­to. Tou­te­fois, lors de leur seul duel de la sai­son, le club mon­tréa­lais s’était in­cli­né par le poin­tage de 2 à 0.

« C’était notre deuxième par­tie en 24 heures. De ce dont je me sou­viens, on avait fait un bon match. On au­rait pré­fé­ré af­fron­ter les Serbes [l’ad­ver­saire du Croa­tia lors de la se­conde de­mi-fi­nale], mais on n’a pas de com­plexes. On est ca­pable de les battre » , af­firme l’en­traî­neur.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.