Une vi­sion prag­ma­tique de RDP

En­tre­vue avec le can­di­dat d’Union Mon­tréal, Nino Co­la­vec­chio

L'Informateur - - ACTUALITÉS - Sa­muel Le­duc-Fre­nette

ré­cem­ment, de l’exé­cu­tif lo­cal du Par­ti qué­bé­cois dans la cir­cons­crip­tion de Cré­ma­zie.

M. Co­la­vec­chio a en­tiè­re­ment confiance en son chef, le maire Gé­rald Trem­blay, qui a fait beau­coup pour Mon­tréal. Lors­qu’il « est ar­ri­vé à la mai­rie, ça fai­sait 40 ans qu’on ne fai­sait pas de tra­vaux sur les in­fra­struc­tures de Mon­tréal : égouts, aque­ducs, via­ducs, etc. »

« Des choses, convient le can­di­dat, qui ne sont peut-être pas sexy au ni­veau po­li­tique », mais qui sont très utiles dans la vie de tous les jours. « Il a eu le cou­rage de mettre l’ar­gent là-de­dans. »

Un meilleur fi­nan­ce­ment

Bien qu’Union Mon­tréal (UM) soit sur la sel­lette à la Com­mis­sion Char­bon­neau, Nino Co­la­vec­chio, can­di­dat au poste de conseiller de Ville à l’élec­tion par­tielle dans le dis­trict de Ri­vière-des-Prai­ries (RDP), es­time que son par­ti est en­core le plus à même de bien gé­rer la mé­tro­pole. Il en veut pour preuve les nom­breux pro­blèmes que l’ad­mi­nis­tra­tion du maire Gé­rald Trem­blay a ré­glés de­puis une dé­cen­nie.

« Union Mon­tréal est par­mi ceux qui ont de­man­dé cette com­mis­sion. On ne va pas re­nier ça », ré­pond-il à une ques­tion qu’il a vue ve­nir dès le dé­but de l’en­tre­vue. Il ne veut pas ac­cu­ser per­sonne, du moins pas tant que la juge France Char­bon­neau, qui pré­side la Com­mis­sion, n’au­ra pas dé­po­sé son rap­port.

Rap­pe­lons que plu­sieurs noms de membres ou d’an­ciens membres d’UM, de même que ceux de gens gra­vi­tant au­tour du par­ti, sont res­sor­tis au cours des té­moi­gnages en­ten­dus de­vant la juge Char­bon­neau.

Sa dé­ci­sion de se pré­sen­ter pour UM n’est donc pas op­por­tu­niste, étant don­né que le par­ti ne ré­colte pas beau­coup d’ap­puis dans les son­dages. « D’ailleurs, si je vou­lais être un bon sou­ve­rai­niste pé­quiste, je se­rais chez Vi­sion Mon­tréal », dit ce­lui qui a fait par­tie, jus­qu’à tout Se­lon M. Co­la­vec­chio, la tour­née au su­jet du fi­nan­ce­ment des ar­ron­dis­se­ments qu’a ef­fec­tuée, il y a quelques mois, le pré­sident du co­mi­té exé­cu­tif de la Ville de Mon­tréal, Mi­chael Ap­ple­baum, est l’une des meilleures ini­tia­tives d’UM cette an­née.

« C’est une grande avan­cée, plaide-t-il. Au dé­but, tout le monde se di­sait qu’il ne pour­rait ja­mais réus­sir ce tour de force d’al­ler cher­cher d’autres sous, de conci­lier les de­mandes de chaque ar­ron­dis­se­ment [...], mais il l’a fait. Il a re­mis beau­coup d’ar­gent dans les coffres des ar­ron­dis­se­ments. »

« La po­li­tique mu­ni­ci­pale, c’est du ter­rain, c’est des arbres, c’est des égouts, c’est des trot­toirs, c’est des ser­vices de proxi­mi­té. Et là, avant d’al­ler dans les grandes phi­lo­so­phies, on doit s’as­su­rer que les ser­vices de proxi­mi­té soient ren­dus, et ce, de fa­çon égale pour tout le monde », dit le can­di­dat.

Une ques­tion d’équi­té

« Le dol­lar de Pointe-aux-Trembles ne vaut pas plus que le dol­lar de Ri­vière-des-Prai­ries. Là en­core, il faut tra­vailler en­semble pour es­sayer d’ar­ri­ver à une équi­té », af­firme cet an­cien pré­sident du Congrès na­tio­nal des Ita­loCa­na­diens.

Se­lon lui, une ad­mi­nis­tra­tion doit être juste pour tous ses ci­toyens. Il ne faut donc pas avan­ta­ger un dis­trict ou quar­tier au dé­tri­ment d’un autre. Il es­time que Mme Rou­leau, par ses po­li­tiques, peut lais­ser croire aux Prai­ri­vois qu’ils ne sont pas pris en compte.

La mai­son du ci­toyen, qui se­ra construite dans le Vieux-Pointe-aux-Trembles, re­grou­pe­ra no­tam­ment la mai­rie et les bu­reaux des fonc­tion­naires de l’ar­ron­dis­se­ment. Le can­di­dat croit que sa construc­tion au­rait dû être en­vi­sa­gée dans un en­droit mieux si­tué géo­gra­phi­que­ment.

« Ce n’est pas évident d’al­ler dans le VieuxPointe-aux-Trembles à par­tir de Ri­vière-desP­rai­ries. Je pense qu’il y avait une so­lu­tion mi­toyenne qui était in­té­res­sante, celle de Poin­teaux-Prai­ries.

« Les gens de Ri­vière-des-Prai­ries, pour­sui­til, sont sous l’im­pres­sion que ça a été une dé­ci­sion qui a été prise par la mai­resse pour fa­vo­ri­ser PAT. Lors­qu’on re­garde les trois pro­chaines an­nées sur le PTI [pro­gramme trien­nal d’im­mo­bi­li­sa­tion], il y a 15 M$ qui vont être in­ves­tis dans la re­vi­ta­li­sa­tion du VieuxPointe-aux-Trembles. »

Au dire du can­di­dat qui a ha­bi­té le quar­tier RDP une quin­zaine d’an­nées par le pas­sé, ce dos­sier et plu­sieurs autres se­ront au centre de ses pré­oc­cu­pa­tions. Son but de­meure donc de convaincre les élec­teurs de re­nou­ve­ler leur confiance en­vers UM, même en cette pé­riode de scan­dales po­li­tiques de toutes sortes.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.