Choi­sir le bon foyer

Pour chauf­fer ou ré­chauf­fer l’am­biance, le foyer fi­gure tou­jours en tête de pal­ma­rès. Quelques conseils pour un choix éclai­ré.

L'Informateur - - PASSION MAISON -

On trouve sur le mar­ché plu­sieurs styles de foyer ali­men­tés par dif­fé­rentes sources d’éner­gie. Entre le gaz, le bois et les gra­nules, vous ne sa­vez quoi choi­sir? Sa­chez que l’ins­tal­la­tion d’un foyer dé­pend d’abord de la ré­gle­men­ta­tion de votre mu­ni­ci­pa­li­té. Elle dé­pend éga­le­ment de l’usage au­quel vous des­ti­nez votre foyer. Voi­ci ce que vous de­vez sa­voir avant de sor­tir la cré­maillère! Il faut en ef­fet re­te­nir que la ma­jo­ri­té des villes li­mitent l’usage et l’ins­tal­la­tion de foyers sur leur ter­ri­toire. Lors­qu’elles ne l’in­ter­disent tout sim­ple­ment pas. Dans les im­meubles en co­pro­prié­té, sou­vent seuls les foyers au gaz sont au­to­ri­sés, car ils ne né­ces­sitent qu’une éva­cua­tion mu­rale. Le chauf­fage au bois se­ra au­to­ri­sé à con­di­tion que cer­taines me­sures de pré­ven­tion contre les in­cen­dies soient en place, ce qui est ra­re­ment le cas.

Si le foyer au gaz de­meure le cham­pion toutes ca­té­go­ries de l’am­biance, mieux vaut uti­li­ser le foyer au bois ou aux gra­nules comme source de chauf­fage d’ap­point. Mais là en­core, votre mu­ni­ci­pa­li­té peut li­mi­ter à trois le nombre de cordes de bois que vous pour­rez en­tre­po­ser à l’in­té­rieur. Les plus, les moins Très pri­sé, à l’achat d’une mai­son comme au mo­ment des ré­no­va­tions, le foyer au gaz, qu’il soit au­to­nome, en­cas­trable ou à dé­ga­ge­ment nul, pré­sente plu­sieurs avan­tages. Fa­cile à uti­li­ser, il s’al­lume et s’éteint d’un seul clic. Vous n’avez donc pas à vous sou­cier des braises quand vient l’heure de vous cou­cher. Autre avan­tage : il ne sa­lit pas la mai­son puis­qu’il ne gé­nère au­cune cendre, ni suie, ni de fu­mée.

Vous ne pou­vez ré­sis­ter à la flam­bée d’un feu cré­pi­tant? Le foyer au bois sau­ra ré­pondre à vos at­tentes. D’au­tant plus si vous cher­chez un chauf­fage d’ap­point. Ins­tal­lé au sous-sol, le poêle à com­bus­tion lente vous pro­cu­re­ra le confort sou­hai­té pen­dant les plus froides jour­nées de l’hi­ver. Au sa­lon, en­ve­lop­pé d’un at­trayant man­teau de che­mi­née, il ani­me­ra avec cha­leur vos soi­rées.

« Le chauf­fage au bois est consi­dé­ré comme pol­luant, car il émet de fines par­ti­cules dans l’at­mo­sphère, note Réal Au­det, d’En­tre­tien de che­mi­nées Réal Au­det, une en­tre­prise membre de la ban­nière Ré­no-Maître. Mais au­jourd’hui en­vi­ron 95 % des poêles au bois portent la cer­ti­fi­ca­tion EPA. La com­bus­tion de ces poêles est plus com­plète, et ils sont aus­si plus ef­fi­caces pour pro­duire de la cha­leur. »

Il si­gnale que le chauf­fage au bois n’est pas sans ses in­con­vé­nients. Il faut cor­der les bûches, les trans­por­ter jusque dans la mai­son et ré­pé­ter le pro­ces­sus lorsque seules des braises sub­sistent dans le foyer. Des ir­ri­tants que vous n’au­rez pas avec le poêle à gra­nules, car une fois son ré­ser­voir rem­pli, le feu peut brû­ler de 12 à 24 heures sans que vous ayez à vous en sou­cier puisque son ali­men­ta­tion se fait au­to­ma­ti­que­ment. L’ins­tal­la­tion Quel que soit le type de foyer convoi­té, vous se­rez avi­sé d’en confier l’ins­tal­la­tion à un pro­fes­sion­nel, ne se­rait-ce que pour être en règle avec vos as­su­rances. Si vous pos­sé­dez dé­jà un foyer avec âtre et che­mi­née, la plu­part des foyers ven­dus sur le mar­ché peuvent y être en­cas­trés.

L’ins­tal­la­tion d’un foyer au gaz, si elle est sou­vent plus simple grâce à l’éva­cua­tion mu­rale, est aus­si plus coû­teuse, car elle doit être ef­fec­tuée par un en­tre­pre­neur spé­cia­li­sé. Comme ses conduites d’éva­cua­tion sont moins vo­lu­mi­neuses, elles peuvent fa­ci­le­ment se glis­ser à l’in­té­rieur d’une che­mi­née exis­tante.

Source : La ban­nière Ré­no-Maître de l’APCHQ

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.