Chats er­rants der­rière le centre com­mu­nau­taire

L'Informateur - - LA UNE - Sa­muel Leduc-frenette

Une com­mu­nau­té de chats et de cha­tons vit près d’une benne à or­dure, dans un sta­tion­ne­ment ad­ja­cent au centre com­mu­nau­taire, sur le bou­le­vard Per­ras. Se­lon ce qu’en croient cer­tains em­ployés, des ci­toyens viennent oc­ca­sion­nel­le­ment y aban­don­ner leurs bêtes.

La po­lice es­time que cette si­tua­tion per­siste de­puis des an­nées, sur­tout que des per­sonnes vont leur por­ter à man­ger ré­gu­liè­re­ment.

Même si une per­sonne qui tra­vaille au centre com­mu­nau­taire a avoué à l’In­for­ma­teur que cet état de fait la pré­oc­cu­pait, au­cune plainte n’a été por­tée à l’at­ten­tion d’Ac­cès Montréal, via son ser­vice té­lé­pho­nique 311.

Cette ab­sence de plainte, dou­blée d’une ré­gle­men­ta­tion qui ne pré­voit pas de fa­çons de s’oc­cu­per des chats er­rants, ne chan­ge­ra pas la si­tua­tion.

Le Rè­gle­ment sur le contrôle des chiens et autres ani­maux do­mes­tiques de l’ar­ron­dis­se­ment Ri­vière- des- Prai­ries— Pointe- auxT­rembles ex­clut les chats dans sa dé­fi­ni­tion des ani­maux er­rants.

Un ci­toyen qui veut avoir la conscience tran­quille de­vra ou bien adop­ter lui-même un ani­mal, ou bien l’em­me­ner à la four­rière Le Ber­ger Blanc.

Cette en­tre­prise ne four­nit tou­te­fois plus de cages à cette pé­riode de l’an­née, car la froi­dure du mé­tal pour­rait bles­ser les ani­maux, ce qui se­rait con­si­dé­ré comme de la cruau­té.

Comme Le Ber­ger Blanc est un ser­vice d’ur­gence, au­cun de ses em­ployés ne se dé­pla­ce­ra pour ré­cu­pé­rer des chats er­rants.

Une em­ployée jointe par té­lé­phone en­cou­rage tou­te­fois les gens à « les cap­tu­rer à cause de l’hiver » qui s’en vient.

Une fois au Ber­ger Blanc, les chats en bonne san­té se­ront don­nés en adop­tion. Les autres se­ront eu­tha­na­siés.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.