Les Ita­liens de RDP pour­ront vo­ter

L'Informateur - - ACTUALITÉS - Sa­muel Leduc-frenette

Les 24 et 25 fé­vrier, les Ita­liens se ren­dront aux urnes pour élire un nou­veau gou­ver­ne­ment. Par­tout dans le monde, les dia­spo­ras ita­liennes vo­te­ront pour des dé­pu­tés et des sé­na­teurs lo­caux qu’ils en­ver­ront à Rome. Bien que le gou­ver­ne­ment du Ca­na­da ne soit pas fa­vo­rable aux cir­cons­crip­tions étran­gères sur son ter­ri­toire, les Ita­lo- Ca­na­diens pour­ront quand même vo­ter par cor­res­pon­dance.

Il y a un mois, cer­tains mé­dias avaient créé un tol­lé par­mi les membres de la com­mu­nau­té ita­lo-ca­na­dienne qui sont au­to­ri­sés à vo­ter aux élec­tions en Ita­lie. D’après ce qui était rap­por­té, Ot­ta­wa al­lait s’op­po­ser à des élec­tions ita­liennes en sol ca­na­dien. Au­cun re­pré­sen­tant du gou­ver­ne­ment n’a tou­te­fois confir­mé cette ru­meur.

Le conseiller de Ri­vière-des-Prai­ries (RDP), Gio­van­ni Ra­panà, avait même fait part de ses craintes au pre­mier mi­nistre du Ca­na­da Ste­phen Har­per, lui rap­pe­lant dans une lettre que les « États-Unis, l’Australie, l’Ar­gen­tine, le Brésil, l’Uru­guay, le Ve­ne­zue­la, l’Afrique du Sud et autres pays [ont] au­to­ri­sé de­puis long­temps leurs ci­toyens ita­liens à vo­ter, mais aus­si à se por­ter can­di­dats aux élec­tions gé­né­rales ita­liennes ».

Se­lon lui, le mi­nistre des Af­faires étran­gères du Ca­na­da John Baird s’est fi­na­le­ment en­ten­du avec le gou­ver­ne­ment ita­lien pour que les élec­tions soient pré­vues en sol ca­na­dien.

Se­lon M. Ra­panà, qui siège éga­le­ment au Conseil gé­né­ral des Ita­liens de l’étran­ger pour le Ca­na­da, le gou­ver­ne­ment du Ca­na­da a fi­na­le­ment dé­ci­dé de conser­ver la po­si­tion qu’il avait adop­tée lors des élec­tions ita­liennes de 2006 et 2008.

Les cir­cons­crip­tions étran­gères ac­cep­tées ?

Bien que M. Ra­panà se ré­jouisse de ce chan­ge­ment de cap, il est im­pos­sible d’avoir la po­si­tion exacte d’Ot­ta­wa dans ce dos­sier. Ques­tion­né à ce su­jet, un porte-pa­role du mi­nis­tère des Af­faires étran­gères et du Com­merce in­ter­na­tio­nal (MAECI) ré­pond seule­ment que le gou­ver­ne­ment a « ac­cu­sé ré­cep­tion à l’Ita­lie de sa de­mande et lui [a] ex­pli­qué les rai­sons jus­ti­fiant la po­li­tique ca­na­dienne ».

Sans autres ex­pli­ca­tions, ce même por­te­pa­role in­vite en­suite à consul­ter une note in­ti­tu­lée « Les élec­tions étran­gères au Ca­na­da et les cir­cons­crip­tions élec­to­rales étran­gères ». Émise en sep­tembre 2011, elle sti­pule que les pays qui veulent mon­ter des bu­reaux de vote au Ca­na­da doivent avi­ser le gou­ver­ne­ment ca­na­dien tôt avant leurs élec­tions.

« Il faut éga­le­ment sou­li­gner que le gou­ver­ne­ment du Ca­na­da conti­nue­ra de re­fu­ser en prin­cipe toute de­mande d’autres États d’ajou­ter le Ca­na­da à leurs cir­cons­crip­tions élec­to­rales ex­tra­ter­ri­to­riales res­pec­tives », est-il en­suite écrit.

Est-ce que ce­la veut dire que la cir­cons­crip­tion ita­lienne ex­tra­ter­ri­to­riale com­po­sée des Ca­raïbes et de l’Amé­rique du Nord est contraire à ce prin­cipe? En­core là, il est im­pos­sible d’avoir une ré­ponse du MAECI.

Le consu­lat d’Ita­lie à Montréal re­fuse éga­le­ment de se pro­non­cer dans ce dos­sier, de­man­dant aux jour­na­listes de se ré­fé­rer à son mi­nis­tère des Af­faires étran­gères, à Rome, pour toutes ques­tions.

Le consu­lat est seule­ment ha­bi­le­té à ré­pondre aux ques­tions des Ita­lo-Ca­na­diens qui vou­draient sa­voir, par exemple, s’ils sont sur la liste élec­to­rale. Se­lon M. Ra­panà, en­vi­ron 140 000 d’entre eux se­ront ap­pe­lés à vo­ter par cor­res­pon­dance d’ici le 21 fé­vrier, à 16 h.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.