Pre­mière col­lecte de sang à Saint-jean-vian­ney

L'Informateur - - VIE DE QUARTIER - Sa­muel Leduc-frenette

Les élèves du col­lège Saint-Jean-Vian­ney ne sont pas ma­jeurs, ce qui fait qu’ils ne peuvent pas don­ner leur sang. Qu’à ce­la ne tienne, une qua­ran­taine d’entre eux ont mis sur pied une pre­mière col­lecte de sang d’Hé­ma-Qué­bec, dans le gym­nase de leur école. Ils convient donc leur fa­mille et les ré­si­dents de l’ar­ron­dis­se­ment Ri­vière-des-Prai­ries—Poin­teaux-Trembles et de la ville Re­pen­ti­gny à faire don de leur pré­cieux li­quide vi­tal, le mar­di 15 jan­vier, de 13 h 30 à 20 h.

Cette ini­tia­tive est née au mois de no­vembre, sous l’im­pul­sion de Mi­ryam Bo­nin, co­or­don­na­trice com­mu­ni­ca­tion et dé­ve­lop­pe­ment au col­lège, et s’est de­puis ré­pan­due chez les élèves.

« Quand on a lan­cé l’idée de faire la col­lecte, il y a une élève, Ga­brielle Plante, qui a dit qu’elle avait re­çu une trans­fu­sion de sang à trois ans », ra­conte-t-elle, ce qui a fouet­té le reste du groupe d’or­ga­ni­sa­teurs de deuxième, troi­sième, qua­trième et cin­quième se­con­daires, qui n’ont pas tar­dé à mettre la main à la pâte un mi­di par se­maine jus­qu’à au­jourd’hui.

Pour eux, il s’agit d’une fa­çon d’être so­li­daire de ceux qui ont be­soin de sang, que ce soit sui­vant un ac­ci­dent ou à cause de la ma­la­die.

« Si j’avais l’âge, j’irais don­ner du sang. J’es­saie donc de contri­buer d’une autre fa­çon, in­dique Ra­chel Cou­tu, en qua­trième se­con­daire. Ça m’a per­mis d’ap­prendre beau­coup de choses, comme je ne sa­vais pas que ça pou­vait sau­ver quatre vies. »

« Si c’était quel­qu’un de ma fa­mille, je vou­drais que les gens donnent du sang », men­tionne Jo­siane Si­gouin, elle aus­si en qua­trième se­con­daire et membre, tout comme Ra­chel, du co­mi­té de re­cru­te­ment.

Le co­mi­té a un ob­jec­tif de 100 don­neurs. Pour le mo­ment, le nombre de don­neurs ins­crits dé­passe presque les at­tentes.

Des dons pour la vie

Lors­qu’une en­sei­gnante d’an­glais de deuxième se­con­daire a eu vent de cette ini­tia­tive, elle n’a pas hé­si­té à ra­con­ter à ses col­lègues ce que sa fille vit de­puis deux ans.

« Je pen­sais que ça pour­rait peut-être en­cou­ra­ger d’autres membres du per­son­nel ou des en­sei­gnants en par­ta­geant notre quo­ti­dien, af­firme Na­tha­lie La­fre­nière. Cer­tains ont dit qu’ils al­laient don­ner du sang pour la pre­mière fois. »

De­puis deux ans, sa fille Mol­ly For­tin a be­soin, une fois par se­maine, de 100 dons de sang pour lui per­mettre une in­jec­tion sous-cu­ta­née de 20 ml.

« Les trans­fu­sions qu’elle a lui per­mettent d’avoir plus d’éner­gie. Elles lui per­mettent aus­si de gran­dir. Entre huit et neuf ans, elle n’a pas gran­di d’un poil. C’est sur­tout ça qui a mis la puce à l’oreille des spé­cia­listes. »

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.