Soeurs Du­four-La­pointe: en Coupe du monde de ski acro­ba­tique

L'Informateur - - SPORTS - Phi­lippe Da­neau

Les soeurs Du­four-La­pointe at­tendent avec im­pa­tience le ren­dez-vous sai­son­nier à Lake Pla­cid aux États-Unis, le 19 jan­vier. Ce trio fa­mi­lial de Ri­vière-des-Prai­ries, qui évo­lue au plus haut ni­veau mon­dial est un vé­ri­table phé­no­mène. Non seule­ment elles font par­ties des com­pé­ti­trices du ski de bosses à la coupe du monde de ski acro­ba­tique, mais elles oc­cupent éga­le­ment les 2e, 6e et 18e rangs sur 138 cette sai­son.

Deuxième au clas­se­ment en ce mo­ment, Jus­tine, la ben­ja­mine n’est qu’à 60 points de l’Amé­ri­caine Hea­ther Mc­phie. Lors de la der­nière com­pé­ti­tion à Krei­sch­berg, en Au­triche, le 22 dé­cembre, la jeune femme de 18 ans a pas­sé bien près de vaincre sa ri­vale lors de la de­mi-fi­nale. Jus­tine a de­van­cé Mc­phie au fil d’ar­ri­vée, mais cette der­nière a ra­flé la course de toute jus­tesse au poin­tage, au grand désar­roi de la foule qui sif­flait son mé­con­ten­te­ment.

Qu’à ce­la ne tienne, la plus jeune des soeurs n’a pas lais­sé ce ré­sul­tat la dé­con­cen­trer et a dé­cro­ché la mé­daille de bronze. Elle a rem­por­té la pe­tite fi­nale face à l’Aus­tra­lienne Britt­ney Cox. « Ça m’a ‘’crin­quée’’ et j’ai tout don­né pour l’autre fi­nale » , com­men­tait Jus­tine.

En re­vanche, les trois femmes ne s’en font pas avec les poin­tages. Elles n’aiment pas re­gar­der der­rière. Elles se concentrent cha­cune sur leur pro­chaine course. Ac­tuel­le­ment à l’en­traî­ne­ment, elles n’en peuvent plus d’at­tendre la pro­chaine étape de la coupe du monde « On a tel­le­ment hâte de re­trou­ver ce ‘’high’’ d’adré­na­line. Ça me manque », in­dique Chloé la soeur ca­dette, âgée de 21 ans.

Maxime, 23 ans, est l’aî­née de la fa­mille. Elle re­çoit, à trois ans, sa pre­mière paire de ski de ses pa­rents, des amou­reux de voile et de ski. Leur pas­sion est alors trans­mise, len­te­ment Maxime com­mence à se fau­fi­ler à tra­vers les sous-bois et à de­ve­nir plus aven­tu­reuse sur les mon­tagnes. Ça ne prend pas beau­coup de temps avant que les deux autres l’imitent et, en 2006, les soeurs Du­fourLa­pointe se lancent dans le monde des com­pé­ti­tions de ski acro­ba­tique.

De­puis 2011, elles évo­luent en­semble à l’in­té­rieur du cir­cuit de la coupe du monde de ski acro­ba­tique. Il s’agit d’une si­tua­tion hors de l’or­di­naire qu’elles ap­pré­cient pro­fon­dé­ment. Le jeu des com­pa­rai­sons ne semble au­cu­ne­ment les pré­oc­cu­per, cha­cune se concentre sur sa course, mais si une d’entre elles a be­soin d’aide ou se sent pré­oc­cu­pée, il y a tou­jours une soeur au ren­dez-vous pour l’épau­ler. « On ski en­semble de­puis qu’on est toute pe­tite, c’est une com­pé­ti­tion saine. Nous sommes des meilleures amies et il n’y a pas de ri­va­li­té, cha­cune se pré­pare pour sa des­cente et après on est contente pour les bonnes per­for­mances de l’autre » ex­pli­quait Chloé.

À long terme, elles ont toutes leurs am­bi­tions, Maxime com­plète le cé­gep à dis­tance et dé­sire s’ins­crire en mé­de­cine ul­té­rieu­re­ment. Chloé veut faire ses cours col­lé­giaux en com­mer­cia­li­sa­tion de la mode et Jus­tine qui vient de ter­mi­ner son se­con­daire n’a pas en­core d’idées pré­cises pour ses études, mais le «mar­ke­ting» et la com­mu­ni­ca­tion sont dans ses pen­sées.

À moyen terme, c’est une par­ti­ci­pa­tion aux Jeux olym­piques de Sot­chi qu’elles convoitent. Elles ont toutes trois les yeux ri­vés sur cet ob­jec­tif et à court terme, le po­dium de Lake Pla­cid est dans leurs mires. Cette étape, contrai­re­ment aux deux pre­mières, se joue en simple cette fois-ci. « En simple, on n’a pas à cour­ser et à battre l’autre, ce sont les ath­lètes les plus constants qui se dé­marquent. C’est très tech­nique, on doit faire des ‘’runs’’ par­faites à chaque fois », in­di­quait Jus­tine.

Avec le nom Du­four-La­pointe ins­crit à trois re­prises dans le clas­se­ment des 20 pre­mières, la lutte risque d’être ser­rée jus­qu’à la toute fin de la sai­son. Maxime ne pou­vait pas mieux le ré­su­mer. «Rien n’est joué pour per­sonne», lan­çait-t-elle.

(Pho­to: Gra­cieu­se­té)

Maxime, Chloé et Jus­tine sur le po­dium au cham­pion­nat ca­na­dien 2010 à l’épreuve en duel.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.