PDQ 45

L'Informateur - - ACTUALITÉS - Sa­muel Le­duc-Fre­nette sa­muel.le­duc-fre­nette@tc.tc

Vol qua­li­fié de iP­hone

Les iP­hones sont tou­jours la proie de nom­breux vo­leurs. Une femme dans la ving­taine s’est fait dé­trous­ser de son té­lé­phone alors qu’elle en­voyait un tex­to, le soir du 11 jan­vier, au coin des bou­le­vards Ri­vière-des-Prai­ries et Mau­rice-Du­ples­sis.

La femme a ten­té de ré­cu­pé­rer son ap­pa­reil en pour­sui­vant le vo­leur. Ce­lui-ci s’est re­tour­né pour lui as­sé­ner un coup de pied et un coup de poing. Cette agres­sion a cau­sé quelques rou­geurs au vi­sage de la vic­time.

La femme s’est aus­si­tôt ar­rê­tée pour es­sayer de re­te­nir cer­taines in­for­ma­tions en lien avec son agres­seur. Ce­lui-ci s’est en­gouf­fré dans un vieux mo­dèle de voi­ture fon­cée, dans la­quelle se trou­vaient un pas­sa­ger de race noire et une conduc­trice de race blanche.

La plaque d’im­ma­tri­cu­la­tion se­rait sem­blable à, mais sans être exac­te­ment X33 BNB.

Le sus­pect de race noire a en­vi­ron 23 ans. Il me­su­re­rait 1,88 m et pè­se­rait 81 kg. Au mo­ment des faits, il por­tait une tuque noire et un mon­tant bleu fon­cé.

Les po­li­ciers rap­pellent que dans tous les cas ré­cents où des vic­times ont ré­sis­té à un vo­leur, ce­lui-ci a ris­pos­té avec vio­lence. Ils sug­gèrent donc aux ci­toyens de ne pas te­nir tête à ceux qui leur ont vo­lé un bien.

Pour toute in­for­ma­tion en lien avec ce crime, il est pos­sible de joindre l’agent so­cio­com­mu­nau­taire Nor­mand Sé­guin, au 514 280- 0445 ou In­fo- Crime, au 514 393-1133.

Pro­jet noc­ture : un ca­fé ca­de­nas­sé

Dans le cadre du Pro­jet noc­turne, qui per­met aux po­li­ciers du Ser­vice de po­lice de la Ville de Mon­tréal de faire de la pré­ven­tion dans les ca­fés et dans les bars, des agents du poste de quar­tier 45 et des membres du groupe an­ti­gangs de rue Éclipse ont trou­vé trois éta­blis­se­ments en in­frac­tion dans le quar­tier, entre le 10 et le 13 jan­vier.

Dans ces trois en­droits, les po­li­ciers ont dé­cou­vert la pré­sence de mé­gots de ci­ga­rette et d’odeurs qui y cor­res­pondent. Dans deux des cas, ils sont tom­bés sur des gens dis­si­mu­lés dans d’autres pièces qui jouaient aux cartes illé­ga­le­ment.

À un en­droit, ils ont même dû vi­der un ca­fé pour le ca­de­nas­ser après s’être aper­çus que le pro­prié­taire, qui ne dé­tient pas un per­mis pour faire le com­merce de l’al­cool, ven­dait de la bière.

L’homme a été ar­rê­té et fe­ra face à des pour­suites en lien avec la pré­sence de la ci­ga­rette et de l’al­cool.

Les vi­sites du Pro­jet noc­turne sont des vi­sites de cour­toi­sie. Sans aver­tis­se­ment, les agents pé­nètrent dans un bar ou un ca­fé par l’avant et par l’ar­rière. Pour les pro­prié­taires qui ne veulent pas être mê­lés à des ac­ti­vi­tés illi­cites, cette pré­sence peut même se faire ras­su­rante. Chaque éta­blis­se­ment est vi­si­té au moins une fois dans l’an­née.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.