Votre eau, votre res­pon­sa­bi­li­té

L'Informateur - - PASSION MAISON -

Un sys­tème de trai­te­ment de l’eau s’avère une ex­cel­lente so­lu­tion pour re­haus­ser la qua­li­té de votre eau po­table. Sa­vez-vous que, si vous n’êtes pas ali­men­té en eau po­table par votre mu­ni­ci­pa­li­té, vous êtes res­pon­sable de la qua­li­té de l’eau qui se­ra dis­tri­buée entre vos murs? Le puits ar­té­sien étant un ou­vrage de cap­tage d’eau in­di­vi­duel, il re­vient en ef­fet au pro­prié­taire ou à l’oc­cu­pant des lieux de voir à la qua­li­té son eau.

Votre mu­ni­ci­pa­li­té et votre ins­ti­tu­tion prê­teuse sont d’ailleurs en droit d’exi­ger une ana­lyse mi­cro­bio­lo­gique de l’eau avant de vous don­ner le feu vert. Il vous est éga­le­ment pos­sible de de­man­der un cer­ti­fi­cat de po­ta­bi­li­té de l’eau lors du dé­pôt d’une offre d’achat. C’est sé­rieux. Gare aux mi­crobes Il reste que la conta­mi­na­tion des puits ar­té­siens n’est pas rare. Les conta­mi­nants peuvent être d’ori­gine phy­sique, chi­mique ou bac­té­rienne. Cette der­nière forme de conta­mi­na­tion, sur­tout lors­qu’elle est cau­sée par la pré­sence de co­li­formes, peut être la cause de troubles de san­té – co­liques, diar­rhées, in­di­ges­tions – sou­vent très graves.

La pré­sence de conta­mi­nants non bac­té­riens peut éga­le­ment être à l’ori­gine d’autres in­con­vé­nients. Le fer et le man­ga­nèse, no­tam­ment, fe­ront ap­pa­raître des taches bru­nâtres sur les sa­ni­taires et les vê­te­ments en plus de don­ner un goût mé­tal­lique à l’eau. Un taux de cal­caire et un pH éle­vés ir­ri­te­ront les peaux sen­sibles et ag­gra­ve­ront cer­taines af­fec­tions cu­ta­nées; une eau sul­fu­reuse dé­ga­ge­ra une odeur nau­séa­bonde.

« Il faut aus­si se mé­fier de l’eau riche en cal­caire, pré­vient Vincent La­bon­té, pré­sident et as­so­cié d’Eau Pure Technologie. À la longue, le cal­caire forme du tartre, des dé­pôts blan­châtres, sur les us­ten­siles, les ca­fe­tières. Il obs­true vos tuyaux et vos ro­bi­nets, il ré­duit l’ef­fi­ca­ci­té de votre chauffe-eau, en­crasse les conduites de vos élec­tro­mé­na­gers et vous oblige à uti­li­ser plus de les­sive. » Fil­trer, la so­lu­tion

Outre un adou­cis­seur d’eau cal­caire, cet en­tre­pre­neur membre de la ban­nière Ré­noMaître sou­ligne que, par­mi la cin­quan­taine de sys­tèmes of­ferts sur le mar­ché, on re­trouve no­tam­ment des pro­duits pour fil­trer le soufre, les mé­taux, mais aus­si les sé­di­ments qui brouillent l’eau. Il existe aus­si des filtres pour ré­ta­blir le pH de l’eau.

Ins­tal­lés à l’en­trée d’eau de la mai­son, ces équi­pe­ments sont d’un en­tre­tien re­la­ti­ve­ment fa­cile : sou­vent le net­toyage est au­to­ma­tique et on n’a pas à s’en sou­cier. D’autres exigent un en­tre­tien mi­nime. Comme la lampe à ul­tra­vio­lets du dis­po­si­tif an­ti­bac­té­rien pour éli­mi­ner les mi­croor­ga­nismes, qui est à rem­pla­cer une fois l’an.

Cet équi­pe­ment de dés­in­fec­tion est en outre do­té d’une alarme au­dible qui se fe­ra en­tendre si votre eau se conta­mi­nait sou­dai­ne­ment. Ces équi­pe­ments peuvent être ju­me­lés les uns aux autres, se­lon les conta­mi­nants pré­sents dans l’eau.

Il existe éga­le­ment des filtres au char­bon ou à os­mose in­ver­sée pour amé­lio­rer le goût de l’eau. Ces dis­po­si­tifs, qui se fixent sous l’évier de cui­sine et ne sont des­ti­nés qu’à l’eau de consom­ma­tion, pro­curent une eau pure à 99,9 %. Le rem­pla­ce­ment de la car­touche se fait en moins de cinq mi­nutes. Et, sur le cycle de vie, c’est plus éco­no­mique et, sur­tout, plus éco­lo­gique parce qu’on pro­duit moins de dé­chets.

Source : La ban­nière Ré­no-Maître de l’APCHQ

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.