Dai­gneault a le basketball ta­toué sur le coeur

L'Informateur - - SPORTS - Au­drey Gau­thier

Le Prai­ri­vois Lau­rier Dai­gneault est un pas­sion­né de basketball. Le joueur des Trap­peurs du cé­gep Ma­rie-Vic­to­rin met tout en oeuvre pour ame­ner son équipe vers le suc­cès.

L’étu­diant en est à sa deuxième an­née au sein du pro­gramme col­lé­gial des sciences hu­maines, pro­fil in­di­vi­du. Il a dé­ci­dé de faire ses études à cet éta­blis­se­ment sco­laire pour suivre son en­traî­neur, Ger­ry Ne­ree.

« Je suis ve­nu ici à cause de Ger­ry. C’est vrai­ment ça qui a fait en sorte que je suis ve­nu à Ma­rie-Vic­to­rin. Le choix a été fa­cile. On m’a ap­pro­ché pour al­ler jouer à Va­nier, mais j’ai pré­fé­ré le suivre », sou­tient Lau­rier.

M. Ne­ree a quit­té la barre des Trap­peurs à la fin de la sai­son 2011-2012 pour al­ler en­traî­ner des for­ma­tions la­val­loises. « Je me suis en­traî­né cet été au cé­gep Mont­mo­ren­cy. Si j’avais vou­lu, j’au­rais pu suivre Ger­ry à La­val, mais je n’ai­mais pas le coa­ching là-bas. J’ai pré­fé­ré res­ter ici et ai­der à bâ­tir le pro­gramme pour le fu­tur », in­dique le jeune adulte de 18 ans.

Construire une équipe

Lau­rier a à coeur son équipe. Il a dé­ci­dé d’éta­ler son pro­gramme d’études sur trois ans pour ai­der à construire les Trap­peurs.

« Comme les coachs le disent, il y a beau­coup de bons joueurs dans l’Est. Je me suis dit que, tant qu’à al­ler jouer au sein d’une équipe ga­gnante ou dans un pro­gramme dé­jà éta­bli, j’aime mieux ai­der à construire ce pro­gramme-là. En mon­trant ce dont on est ca­pable, je pour­rai peut-être ame­ner de bons joueurs », ex­plique-t-il.

Ac­tuel­le­ment, les Trap­peurs connaissent un dé­but de sai­son dif­fi­cile. Après cinq matchs, la for­ma­tion pos­sède une fiche d’une victoire et de quatre dé­faites.

Étant l’un des an­ciens de l’équipe, Lau­rier sait qu’il a un rôle im­por­tant, lors des matchs. « Cette an­née, j’ai un nou­veau rôle de lea­der. Quand j’étais une re­crue, je me fiais aux vé­té­rans pour prendre l’équipe en charge quand ça al­lait plus mal. Là, c’est à mon tour. Je dois par­ti­ci­per à l’ef­fort col­lec­tif. In­di­vi­duel­le­ment, si quel­qu’un se donne à 100 %, ça n’avan­ce­ra pas plus si l’équipe ne le suit pas. Il faut que tous les vé­té­rans mettent l’ef­fort », sou­ligne-t-il.

Cette nou­velle res­pon­sa­bi­li­té n’est pas de tout re­pos, men­tionne le spor­tif. « C’est une cer­taine pres­sion. Avant le match contre le cé­gep Mont­mo­ren­cy, en no­vembre, j’avais une moyenne de 22 points. À Mont­mo­ren­cy, j’ai fait 10 points. Quand on re­garde les sta­tis­tiques, on est deux joueurs à mar­quer plus de 10 points par match. Il faut que ce soit plus col­lec­tif, car je ne peux pas mar­quer 30 points à toutes les par­ties.

J’aime ai­der tout le monde, mais c’était plus sé­cu­ri­sant quand j’étais une re­crue. »

Mal­gré un dé­part in­sa­tis­fai­sant, le bas­ket­teur reste po­si­tif sur la sai­son des Trap­peurs. « Je crois qu’on peut at­teindre les sé­ries et je vais tout faire pour y par­ve­nir. De toute ma vie, je n’ai pas eu une sai­son sans al­ler dans les sé­ries. C’est notre ré­com­pense pour tous les ef­forts qu’on a faits pen­dant la sai­son », plaide-t-il.

L’Université

Lau­rier dé­sire pour­suivre ses études, mais aus­si sa car­rière spor­tive à l’université. Tou­te­fois, le choix n’est pas aus­si fa­cile.

« Je ne sais pas en­core quelle université choi­sir. L’UQAM et McGill pour­raient m’in­té­res­ser. L’Université de Montréal se­rait peu pro­bable, car il n’y a pas de basketball. Pour moi, le basketball est aus­si im­por­tant que le pro­gramme d’étude », jus­ti­fie ce­lui qui dé­sire se di­ri­ger vers la psy­cho­lo­gie.

Ce sport étant une part importante dans le quo­ti­dien de l’ath­lète, al­ler jouer ailleurs dans le monde pour­rait aus­si être une op­tion. « Mon but est de jouer à l’université. Cer­tains m’ont par­lé d’al­ler en Eu­rope, mais ce n’est pas sûr. Si l’op­por­tu­ni­té se pré­sente, je vais le faire », af­firme-t-il. Après sa car­rière de joueur, Lau­rier n’ar­rê­te­ra pas le basketball pour au­tant. « J’ai­me­rais beau­coup coa­cher, sû­re­ment à JeanG­rou, mon école se­con­daire. C’est dans mes plans. C’est sûr que je vais en­traî­ner. J’aime trop ça », dé­clare-t-il.

(Pho­to : Pa­co­pho­to.ca)

Lau­rier Dai­gneault, des Trap­peurs

du cé­gep Ma­rie-Vic­to­rin.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.