Pro­fes­sion : su­per-in­fir­mière

L'Informateur - - LA UNE - Ana­bel Cos­sette Ci­vi­tel­la

Pe­tite, Liette Mi­chel vou­lait être nonne. En gran­dis­sant, elle a vite réa­li­sé qu’elle vou­lait se ma­rier et avoir des en­fants… mais le dé­sir d’ai­der les gens est res­té. Tout na­tu­rel­le­ment, elle est de­ve­nue in­fir­mière. Elle est main­te­nant la seule in­fir­mière pra­ti­cienne spé­cia­li­sée (IPS) au CLSC de Ri­vière-des-Prai­ries (CLSC RDP).

«L’in­fir­mière pra­ti­cienne spé­cia­li­sée [aus­si ap­pe­lée su­per-in­fir­mière] est peu connue. De­puis que je suis en poste, on me pose beau­coup de ques­tions.Les gens sont in­quiets et se de­mandent ce que je peux faire», ex­plique la nou­velle in­fir­mière pra­ti­cienne au CLSC RDP, en poste de­puis no­vembre 2012. Pour­tant, son rôle est cru­cial.

Comme toute IPS qué­bé­coise, Liette Mi­chel est af­fec­tée à des pa­tients dé­jà sui­vis par un mé­de­cin de fa­mille. Elle agit aus­si sur la pre­mière ligne. Au sans-ren­dez-vous, elle prend les cas cou­rants comme les otites ou les in­fec­tions uri­naires. Elle peut pres­crire cer­tains mé­di­ca­ments et des exa­mens diag­nos­tiques, mais ne peut pas rem­plir de for­mu­laires pour l’as­su­rance-ma­la­die, par exemple.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.