Le fé­mi­nisme, plus ac­tuel que ja­mais

L'Informateur - - VIE DE QUARTIER - Amé­li Pi­ne­da

En 2013, est-ce tou­jours im­por­tant d’être fé­mi­niste? Le Centre des femmes de Ri­viè­redes-Prai­ries (RDP) a in­vi­té ses membres à ré­pondre à cette ques­tion au cours d’une de ses ac­ti­vi­tés of­fertes dans le cadre de la Jour­née in­ter­na­tio­nale de la femme.

L’évè­ne­ment a ras­sem­blé près de 70 ci­toyennes qui ont pu par­ti­ci­per à un match d’im­pro­vi­sa­tion, à des ate­liers et à un sou­per. L’une des ani­ma­tions consis­tait à dis­cu­ter de l’im­por­tance de cette jour­née.

« Chaque femme de­vait ap­por­ter un ob­jet pour ex­pli­quer et illus­trer sa ré­ponse. À tra­vers leurs té­moi­gnages, ça nous a per­mis d’avoir une ré­flexion sur des droits qu’on pense ac­quis, mais sur les­quels les femmes mènent une lutte constante, comme la ques­tion de l’avor­te­ment, de la vio­lence conju­gale ou de la dis­po­si­tion de son corps », men­tionne l’agente de mo­bi­li­sa­tion de l’or­ga­nisme, Isa­belle Ri­vard.

Au cours des 20 der­nières an­nées, plus d’une qua­ran­taine de mo­tions ont été dé­po­sées à la Chambre des com­munes pour cri­mi­na­li­ser l’avor­te­ment. Une si­tua­tion que dé­plore le Centre, mais qui, se­lon lui, té­moigne de la né­ces­si­té d’une telle jour­née.

« C’est une jour­née qui ras­semble des femmes de dif­fé­rentes cultures et de dif­fé­rents mi­lieux, mais qui par­tagent des réa­li­tés sem­blables. Ça per­met de leur faire prendre conscience, qu’unies, elles ont une prise de pou­voir ci­toyenne », sou­ligne Mme Ri­vard.

Se­lon l’agente de mo­bi­li­sa­tion, en­core au­jourd’hui, il est ar­du d’in­cul­quer aux en­fants la no­tion de l’éga­li­té entre les hommes et les femmes alors que, dès leur jeune âge, ils sont ex­po­sés à des mo­dèles pré­con­çus.

« Lorsque tu vas dans un ma­ga­sin, tu vois tout de suite la di­vi­sion des sec­tions. Chez les filles, on re­trouve la cui­si­nette et le fer à re­pas­ser et chez les gar­çons, le mar­teau et le coffre à ou­tils. On a une part de res­pon­sa­bi­li­té dans tout ça parce qu’en quelque sorte, on conti­nue à cau­tion­ner ces mo­dèles » , ex­pose Mme Ri­vard.

Tou­te­fois, l’agente tient à rap­pe­ler que le 8 mars n’est pas qu’une jour­née de ré­flexion. Ce­la de­meure une jour­née fes­tive qui per­met de mettre en va­leur les ini­tia­tives ins­tau­rées par des Prai­ri­voises.

« C’est une jour­née qui nous per­met de re­con­naître le tra­vail de femmes qui font bou­ger les choses et qui sont en­ga­gées dans leurs com­mu­nau­tés », in­dique-t-elle.

Ain­si, bien que le Centre des femmes soit apo­li­tique, il de­meu­rait im­por­tant pour lui de sou­li­gner le tra­vail qu’ac­com­plissent les femmes qui oeuvrent dans le mi­lieu po­li­tique tant aux ni­veaux mu­ni­ci­pal, pro­vin­cial, que fé­dé­ral.

« À RDP, nous avons des mo­dèles. Peu im­porte le par­ti au­quel elles sont af­fi­liées, notre but c’était de mon­trer qu’elles sont des mo­dèles pour nous, car elles oc­cupent des postes haut pla­cés et qu’elles le font bien », fait sa­voir Mme Ri­vard.

(Pho­to : pa­co­pho­to.ca)

Près de 70 Prai­ri­voises ont sou­li­gné la Jour­née in­ter­na­tio­nale des femmes lors d’une jour­née d’ac­ti­vi­tés or­ga­ni­sée par le Centre des femmes de Ri­vière-des-Prai­ries, le 6 mars.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.