La vi­sion de l 'ave­nir plus propre de BMW

L'Informateur - - AUTOMOBILE -

La grande mai­son de Mu­nich va écrire en 2013 un nou­veau cha­pitre de son his­toire au­to­mo­bile. En ef­fet, une nou­velle di­vi­sion au­to­mo­bile va voir le jour sous la di­rec­tion de Be­noit Ja­cob. Il est le res­pon­sable du De­si­gn de la fu­ture di­vi­sion «i» de BMW. De­puis 2008, il di­rige une équipe d'une quin­zaine de per­sonnes, dé­vo­lue à la sous­marque i, créée spé­ci­fi­que­ment pour les mo­dèles hy­brides re­char­geables et 100 % élec­trique. BMW pré­sen­tait les deux pre­miers mo­dèles de pro­duc­tion au Sa­lon de l’au­to de Los An­geles. Fran­çais d’ori­gine, Be­noit Ja­cob a fait ses pre­mières armes chez Re­nault avant de pas­ser chez BMW. Trans­con­ti­nen­tal : Ex­pli­quez-nous l’idée der­rière la i3 et la i8 Be­noit Ja­cob : La fa­mille i se veut la pour­suite d’une dé­marche de dé­ve­lop­pe­ment à long terme. Une vi­sion de ce que se­ra l’au­to­mo­bile de de­main. Plus lé­gère, non pol­luante et qui pren­dra une nou­velle place dans l’échi­quier au­to­mo­bile. Je suis un peu à la tête d’une «uni­té spé­ciale» qui a pour mis­sion de re­dé­fi­nir l’image même de la voi­ture. Un dé­fi in­té­res­sant, mais com­pli­qué no­tam­ment par l'uti­li­sa­tion du car­bone. Trans­con­ti­nen­tal : En quoi la i3 et la i8 sont dif­fé­rentes ? Be­noit Ja­cob : À mes yeux, c'est la car­ros­se­rie en car­bone. Ce ma­té­riau va com­men­cer peu à peu à se dé­mo­cra­ti­ser. Le grand dé­fi est d’ar­ri­ver à faire du vo­lume à un prix réa­liste. Jus­qu’à pré­sent, ce ma­té­riel est ré­ser­vé aux voi­tures exo­tiques et de com­pé­ti­tion. BMW a réus­si à dé­ve­lop­per un pro­ces­sus de fa­bri­ca­tion en sé­rie qui ne prend que quelques mi­nutes. Nous avons dé­jà une usine ali­men­tée par une cen­trale hy­dro­élec­trique aux États-Unis qui fa­brique des pièces en fibre de car­bone. Com­bi­nés à des ma­té­riaux ther­mo­plas­tiques, les coûts de fa­bri­ca­tion Trans­con­ti­nen­tal : Au-de­là de la i3 et de la i8 pré­sen­tées en mo­dèle de pro­duc­tion au sa­lon de Los An­geles, quels sont les autres pro­jets pour cette nou­velle di­vi­sion de la gamme BMW ? Be­noit Ja­cob : Deux mo­dèles pour l’im­mé­diat, une ber­line 5 portes, la i3, qui ar­rive fin 2013, et la i8, en ver­sion cou­pé 2+2. Vous avez vu ici à Los An­geles une i3 cou­pé et la i8 dé­ca­po­table qui se­ront en toute lo­gique les mo­dèles sui­vants sur la liste pour 2014. Notre sys­tème de pro­duc­tion est as­sez flexible. La même pla­te­forme peut ser­vir plu­sieurs mo­dèles, il y a pas mal d’es­pace entre les chiffres 3 et 8. Nous pour­rions al­ler du cô­té des vé­los, du co­voi­tu­rage, au­cune ave­nue n’est mise de cô­té. Trans­con­ti­nen­tal : La voi­ture élec­trique de­mande une ap­proche dif­fé­rente de l’au­to­mo­bile ? Quelles sont vos prin­ci­pales contraintes en tant que sty­liste ? Be­noit Ja­cob : Pour moi, c'est une chance. Ce­la oblige à re­pen­ser l'ar­chi­tec­ture du vé­hi­cule dès le dé­but. Il s'agit d'en maxi­mi­ser chaque as­pect. L'in­té­res­sant avec la i3, c'est qu'il s'agit d'un vé­hi­cule très com­pact, mais comme il est élec­trique, toute la lon­gueur de l'ha­bi­tacle est ré­ser­vée au conduc­teur, aux pas­sa­gers et à leur sé­cu­ri­té. Il n'y a plus de pro­tu­bé­rance tech­nique sur le che­min. C’est aus­si le vé­hi­cule qui se­ra le plus por­teur, car il se­ra plus abor­dable que l’i8 plus éli­tiste. di­mi­nuent en­core. Cette nou­velle forme de fibre de car­bone n’est pas aus­si lé­gère que celle uti­li­sée pour les vé­hi­cules exo­tiques, mais beau­coup plus lé­gère que l’acier ou l’alu­mi­nium. Et toute cette tech­no­lo­gie va éven­tuel­le­ment s’ap­pli­quer à une vaste gamme de pro­duits BMW. Trans­con­ti­nen­tal : Qu’est-ce qui dif­fé­ren­cie votre équipe de tra­vail des autres équipes dans le mi­lieu au­to­mo­bile ? Be­noit Ja­cob : Je crois que c’est la li­ber­té d’agir. Un concep­teur chez BMW a pour tâche de faire évo­luer un pro­duit en res­pec­tant la tra­di­tion, l’his­toire de la marque, la clien­tèle et toutes les ré­gle­men­ta­tions très res­tric­tives. Notre équipe crée une nou­velle ave­nue, elle n’a que très peu de res­tric­tions et pave une nou­velle voie. Nous avons une grande li­ber­té. Nous in­té­grons de nou­velles tech­no­lo­gies, tout en ap­por­tant une iden­ti­té spé­ci­fique. Car avec ces nou­veaux mo­dèles, on va trou­ver de nou­veaux types de clients. Sur notre compte Fa­ce­book de la fa­mille i, 70 % des vi­si­teurs ne sont pas des clients BMW. La i3 et la i8 en un clin d’oeil La i8 est une voi­ture exo­tique qui pro­po­se­ra des per­for­mances proches d’une M3 avec la consom­ma­tion d’une Toyo­ta Prius. Pour ar­ri­ver à de tels ré­sul­tats, la i8 Spy­der fait ap­pel à une mo­to­ri­sa­tion hy­bride re­char­geable, un mo­teur 3-cy­lindres tur­bo­com­pres­sé de 1,5-litre d’une puis­sance de 220 che­vaux et 221 lb-pi de couple, ce der­nier étant lo­gé der­rière les oc­cu­pants et ac­cou­plé à une trans­mis­sion à double em­brayage qui en­voie la puis­sance aux roues ar­rière. À l’avant, c’est plu­tôt un pe­tit mo­teur élec­trique d’une puis­sance équi­va­lente à 129 che­vaux qui s’oc­cupe de mou­voir les deux roues. En ce qui concerne la i3, qui se­ra beau­coup plus abor­dable, elle est pro­pul­sée par un pe­tit mo­teur élec­trique d’une puis­sance de 170 che­vaux et un couple de 184 lb-pi. No­tez que cette petite i3 est une pro­pul­sion, comme plu­sieurs mo­dèles BMW. Son au­to­no­mie an­non­cée est de 100 milles ou en­vi­ron 160 km.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.