Restes d'ani­maux dans les rues : des ci­toyens in­quiets

Dé­ver­se­ment lors du trans­port vers l’usine Sa­ni­max

L'Informateur - - ACTUALITÉS - Amé­li Pi­ne­da

Le co­mi­té de ci­toyens Ri­vière-desP­rai­ries Clean air com­mu­ni­ty s’in­quiète de la san­té des ré­si­dents qui vivent à proxi­mi­té de l’usine d’équar­ris­sage Sa­ni­max, à la suite d’un dé­ver­se­ment d’une car­casse ani­male et de viandes en pu­tré­fac­tion, les 13 et 14 mars.

Les deux évé­ne­ments sont ar­ri­vés alors que des ca­mions trans­por­taient les restes d’ani­maux à l’usine qui est si­tuée sur le bou­le­vard Mau­rice-Du­ples­sis.

« Mer­cre­di, vers 18 h, ils ont échap­pé une car­casse. Nous avons en­voyé un cour­riel et, d’après nos in­for­ma­tions, ils sont ve­nus la ra­mas­ser vers mi­nuit. J’ai re­çu un cour­riel de l’en­tre­prise à 6 h pour me dire que le net­toyage avait été ef­fec­tué », ra­conte l’un des ins­ti­ga­teurs du co­mi­té, Ro­ber­to Mo­li­na­ro.

Un scé­na­rio si­mi­laire s’est ré­pé­té le len­de­main, alors que de la viande de pou­let a été dé­ver­sée sur la chaus­sée à l’in­ter­sec­tion de l’ave­nue Broad­way et du bou­le­vard Ri­vière-des-Prai­ries.

Pour M. Mo­li­na­ro, ces évé­ne­ments sont la goutte qui fait dé­bor­der le vase. « Les odeurs, c’est une chose, mais là, on est en ville pas à la ferme! Deux dé­gâts en deux jours, c’est in­ac­cep­table. Les au­tos passent sur la viande. Non seule­ment ça manque d’hy­giène, mais ce­la peut aus­si contri­buer à la pro­li­fé­ra­tion de ma­la­dies », sou­lève-t-il.

Le porte-pa­role pour Sa­ni­max, Sté­phane Per­rault, rap­porte que l’en­tre­prise veille à ce que les lieux soient net­toyés dans les meilleurs dé­lais lors­qu’une telle si­tua­tion se pro­duit.

« Il y a un pro­to­cole pré­vu. Dès qu’un em­ployé se rend compte qu’il y a eu un dé­ver­se­ment, il a quatre étapes à suivre : avi­ser les res­pon­sables, sé­cu­ri­ser les lieux, de­meu­rer sur place tant que la pro­cé­dure pour le net­toyage n’a pas été ef­fec­tuée et at­tendre d’ob­te­nir le feu vert avant de quit­ter les lieux », explique M. Per­rault.

Dans les deux cas rap­por­tés par M. Mo­li­na­ro, il explique qu’il s’agis­sait d’un dé­ver­se­ment par­tiel. Pour ce qui est de la car­casse, il s’agi­rait d’un client de Sa­ni­max qui l’a échap­pée en se ren­dant sur le site. Quant aux restes de viande, le chauf­feur ne se se­rait pas ren­du compte qu’il avait échap­pé quelque chose. Le porte-pa­role men­tionne qu’après vé­ri­fi­ca­tions, l’en­tre­prise n’a pas été en me­sure de dire quel ca­mion au­rait échap­pé les restes d’ani­maux, d’au­tant plus, dit-il, qu’à cette pé­riode de l’an­née, les ca­mions ne sont rem­plis qu’au deux tiers.

Il pré­cise tou­te­fois que Sa­ni­max as­sume l’en­tière res­pon­sa­bi­li­té lorsque ce­la se pro­duit. Il ajoute à titre in­for­ma­tif qu’entre 2004 et 2008, sur 20 000 trans­ports en­re­gis­trés, il y a eu en moyenne trois dé­ver­se­ments par an­née. De­puis 2008, il sou­tient que le chiffre a eu ten­dance à di­mi­nuer.

Du cô­té de l’ar­ron­dis­se­ment de Ri­vière-desP­rai­ries—Pointe-aux-Trembles, on men­tionne que deux constats ont été émis à Sa­ni­max. Cha­cune des contra­ven­tions, se­rait de l’ordre de 500 $.

À sa­voir si l’en­tre­prise a un dé­lai pour ef­fec­tuer le net­toyage lorsque cette si­tua­tion se pro­duit la mai­resse, Chan­tal Rou­leau, ré­pond que ce n’est pas une ques­tion de temps de ré­ac­tion. « On sait qu’ils agissent ra­pi­de­ment lors­qu’il y a des mor­ceaux qui tombent lors du trans­port, mais on ne veut pas que ça se pro­duise. On a un rè­gle­ment et c’est la res­pon­sa­bi­li­té de l’en­tre­prise de voir à ce que des si­tua­tions comme celles- ci ne se re­pro­duisent pas » , men­tionne-t-elle.

Mme Rou­leau dit com­prendre les désa­gré­ments cau­sés mais re­con­naît tou­te­fois les ef­forts four­nis par Sa­ni­max de­puis les der­nières an­nées.

« De­puis trois ans, il y a un tra­vail énorme qui se fait quant aux odeurs. Il y a une col­la­bo­ra­tion entre le co­mi­té de ci­toyens, l’ar­ron­dis­se­ment et Sa­ni­max. Nous sommes déterminés à ar­ri­ver à des ré­sul­tats. On veut at­teindre un ni­veau de qua­li­té pour les ci­toyens » , as­sure-t-elle.

(Photo : gra­cieu­se­té)

Une car­casse ani­male s’est re­trou­vée au mi­lieu de la chaus­sé alors qu’un ca­mion de trans­port se di­ri­geait vers l’usine d’équar­ris­sage.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.