Le jeu en vaut-il la chan­delle?

Équi­terre met en garde la po­pu­la­tion contre le pro­jet d’en­bridge

L'Informateur - - ACTUALITÉS - Simon Bousquet

« Il y a énor­mé­ment de ques­tions à se po­ser quant aux risques et au bé­né­fice de [l’in­ver­sion du flux de l’oléo­duc 9 qui per­met­tra d’ache­mi­ner le pé­trole des sables bi­tu­mi­neux vers l’est du pays] », a mis en garde le porte-pa­role d’Équi­terre, Ste­ven Guil­beault.

L’en­vi­ron­ne­men­ta­liste a pré­sen­té ces en­jeux à la cin­quan­taine de par­ti­ci­pants ve­nus as­sis­ter à une séance d’in­for­ma­tion or­ga­ni­sée par le groupe So­li­da­ri­té Mer­cier-Est, au centre Rous­sin, le 6 fé­vrier der­nier.

En plus de mettre en doute la ques­tion des bé­né­fices réels sur l’éco­no­mie de l’est de Montréal, Ste­ven Guil­beault s’in­quiète pour l’en­vi­ron­ne­ment. Dans un pre­mier temps, il dé­nonce le pro­ces­sus d’ex­ploi­ta­tion des sables bi­tu­mi­neux, qui « émet plus 82 % plus de gaz à ef­fet de serre (GES) que le pé­trole conven­tion­nel », se­lon Équi­terre.

« Pour pro­duire un seul ba­ril de pé­trole, on doit brû­ler l’équi­valent d’un de­mi-ba­ril en éner­gie », a sou­li­gné M. Guil­beault. Il a ex­pli­qué que l’ex­trac­tion du pé­trole des sables bi­tu­mi­neux de­man­dait l’uti­li­sa­tion de ma­chi­ne­ries très éner­gi­vores et une grande quan­ti­té d’eau.

Un ac­ci­dent est si vite ar­ri­vé

Mais ce n’est pas tout, Équi­terre s’in­quiète de l’aug­men­ta­tion des risques de dé­ver­se­ment en­gen­dré par le trans­port du pé­trole lourd et l’aug­men­ta­tion du dé­bit dans des ins­tal­la­tions vieillis­santes. Ac­tuel­le­ment, l’oléo­duc ache­mine en­vi­ron 240 000 ba­rils de pé­trole lé­ger par jour (b/j), En­bridge pro­pose de trans­por­ter 300 000 b/j de lourd. L’ins­tal­la­tion a été construite dans les an­nées 1970.

Pour illus­trer les dan­gers d’un tel évé­ne­ment, M. Guil­beault a ra­con­té la ca­tas­trophe de la ri­vière Ka­la­ma­zoo, au Mi­chi­gan, où un oléo­duc d’En­bridge avait dé­ver­sé 3 bil­lions de litres de pé­trole al­ber­tain. Lors de l’ac­ci­dent en 2010, plu­sieurs mai­sons du sec­teur avaient dû être éva­cuées. À la suite de l’évé­ne­ment, The U.S. De­part­ment of Tran­spor­ta­tion’s Pi­pe­line and Ha­zar­dous Ma­te­rials Sa­fe­ty Ad­mi­nis­tra­tion avait sé­vè­re­ment blâ­mé En­bridge, la condam­nant à payer une amende de 3,7 M$.

Cet in­ci­dent n’est pas iso­lé, rap­pelle M. Guil­beault, qui fait va­loir que si, en 2000, En­bridge avait cau­sé 48 dé­ver­se­ments, en 2009, ce nombre était pas­sé à 89. « Quand la com­pa­gnie dit “la chose la plus importante pour nous, c'est la sé­cu­ri­té”, c’est dur à croire », a conclu le porte-pa­role d’Équi­terre.

En plus de la confé­rence à Pointe-auxT­rembles, Équi­terre a éga­le­ment te­nu une soi­rée d’in­for­ma­tion sur le ren­ver­se­ment de la ligne 9, dans une salle bon­dée de Mas­couche, ain­si qu’à Saint-Cé­saire, en Mon­té­ré­gie.

(Pho­to: pa­co­pho­to.ca)

Le porte-pa­role d’Équi­terre Ste­ven Guil­beault a ani­mé une séance d’in­for­ma­tion contre le ren­ver­se­ment du flux de l’oléo­duc 9 d’En­bridge qui per­met­trait d’ache­mi­ner le pé­trole des sables bi­tu­mi­neux vers l’Est.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.