Comment la mal­bouffe nuit-elle à votre coeur ?

L'Informateur - - ACTUALITÉS -

La mal­bouffe est sou­vent as­so­ciée au fast­food, mais en réa­li­té, elle se re­trouve sur nos tables bien plus sou­vent qu’on le croit. Au sens large, la mal­bouffe de­vrait être dé­fi­nie comme un re­pas conte­nant de trop grandes quan­ti­tés de sel, de sucres raf­fi­nés et d’acides gras sa­tu­rés que l’on trouve dans cer­tains ali­ments comme les viandes rouges, le beurre, le fro­mage et la crème.

Un seul re­pas de mal­bouffe peut être né­faste pour le coeur.

Plu­sieurs fac­teurs de risques et ma­la­dies car­dio­vas­cu­laires dont l’obé­si­té, le dia­bète, l’hy­per­cho­les­té­ro­lé­mie et l’hy­per­ten­sion, dé­coulent de l’alimentation nord-amé­ri­caine abon­dante en mal­bouffe. Se­lon une étude me­née en 2012 à l’Ins­ti­tut de Car­dio­lo­gie de Montréal, un seul re­pas de mal­bouffe peut aug­men­ter tem­po­rai­re­ment les ni­veaux d’in­flam­ma­tion, en­dom­ma­geant ain­si les ar­tères. La prise suc­ces­sive de tels re­pas et l’aug­men­ta­tion sou­te­nue des ni­veaux d’in­flam­ma­tion peuvent me­ner à l’athé­ro­sclé­rose (dé­pôt de graisse dans les ar­tères). La so­lu­tion ? Adop­ter une diète mé­di­ter­ra­néenne riche en fruits et lé­gumes, fibres, huile d’olive, poissons et lé­gu­mi­neuses. L’adhé­sion à une telle diète di­mi­nue les risques d’in­flam­ma­tion et de ma­la­dies car­dio­vas­cu­laires. Une col­la­bo­ra­tion de Sé­bas­tien La­croix, M.Sc.,

doc­to­rant en nu­tri­tion.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.