Mieux contrer les in­fec­tions

For­ma­tion en CSSS pour de fu­turs pré­po­sés en hy­giène et sa­lu­bri­té

L'Informateur - - VIE DE QUARTIER - Josianne Des­jar­dins

Dés­in­fec­ter un éta­blis­se­ment de san­té lors­qu’une éclo­sion de grippe ou de gas­troen­té­rite se ma­ni­feste n’est pas une tâche simple. C’est pour­quoi le Centre de san­té et de ser­vices so­ciaux (CSSS) de la Pointe-de-l’Île per­met­tra à de nou­veaux étu­diants en hy­giène et sa­lu­bri­té d’ap­prendre leur mé­tier entre ses murs.

Les quelque 20 étu­diants de la nou­velle co­horte du centre An­toine-de-St-Exu­pé­ry sui­vront leur for­ma­tion de 630 heures dans une salle de for­ma­tion si­tuée au CHSLD Pier­reJo­seph-Triest. Dès le pre­mier jour, ils se­ront en contact avec les ré­si­dents et pour­ront se « fa­mi­lia­ri­ser avec les tech­niques et les pro­duits uti­li­sés dans le ré­seau de la san­té ».

Cette col­la­bo­ra­tion se­rait une pre­mière dans l’est de Montréal. « C’est une nou­velle fa­çon de tra­vailler avec le ré­seau de la san­té. Nous sommes cer­tains que le rap­pro­che­ment du mi­lieu des études et du mi­lieu du tra­vail se­ra très bé­né­fique aux étu­diants », es­time Sé­bas­tien Noël, di­rec­teur du Centre An­toine-de-St-Exu­pé­ry.

De nom­breux cas d’éclo­sion de Clos­tri­dium dif­fi­cile, de grippe ou de gas­troen­té­rite sont sur­ve­nus de­puis le dé­but des an­nées 2000. Et à chaque épi­sode, c’est la san­té des ré­si­dents qui est en jeu.

« Il est alors de­ve­nu pri­mor­dial de re­cru­ter des per­sonnes com­pé­tentes et ayant des connais­sances ap­pro­fon­dies sur les normes de qua­li­té », ex­plique Mar­cel Jean, di­rec­teur des res­sources tech­niques et des im­mo­bi­li­sa­tions du CSSS de la Pointe-de-l’Île.

Seule­ment l’an der­nier, 17 cas d’éclo­sion ont été ré­per­to­riés dans les dif­fé­rents éta­blis­se­ments du CSSS, qui comptent au to­tal plus de 600 ré­si­dents.

Ce­pen­dant, au­cune de ces éclo­sions au­raient en­trai­né la mort d’un ré­sident, as­sure M. Jean. « Nous avons réus­si à les maî­tri­ser. On a jamais eu be­soin de mettre un sec­teur en qua­ran­taine au cours des der­nières an­nées », pré­cise-t-il.

M. Jean croit qu’il est im­por­tant de tra­vailler en équipe dans ce genre de si­tua­tion et de va­lo­ri­ser le rôle de pré­po­sé en hy­giène et sa­lu­bri­té.

Un mé­tier bou­dé

Il y a eu beau­coup de dés­in­té­rêt face au mé­tier de concierge, constate le di­rec­teur des res­sources tech­niques du CSSS.

« Pen­dant des an­nées, on ne re­con­nais­sait pas l’im­por­tance des concierges. C’était un peu comme le der­nier mé­tier », es­time M. Jean.

Avec l’ar­ri­vée de l’At­tes­ta­tion d’études pro­fes­sion­nelles (AEP) en Hy­giène et sa­lu­bri­té en mi­lieu de soins au centre An­toine- de- StExu­pé­ry, le CSSS es­père re­cru­ter plus fa­ci­le­ment du per­son­nel qua­li­fié.

Par ailleurs, tou­jours en col­la­bo­ra­tion avec le centre An­toine-de-St-Exu­pé­ry, le CSSS de la Pointe-de-l’Île en­vi­sage for­mer une nou­velle co­horte d’étu­diants sui­vant les cours de pré­po­sé aux bé­né­fi­ciaires dans ses éta­blis­se­ments au prin­temps pro­chain.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.