Pour en fi­nir avec les sus­pen­sions « va­cances »

Les élèves sus­pen­dus pris en charge

L'Informateur - - VIE DE QUARTIER - Amé­li Pi­ne­da

Trans­for­mer le temps de sus­pen­sion d’un élève en une ex­pé­rience po­si­tive, c’est ce que pro­pose le Don Bos­co Youth Centre de Ri­viè­redes-Prai­ries qui vient d’éta­blir un par­te­na­riat avec la com­mis­sion sco­laire En­glish-Mon­treal (CSEM) et les YMCA du Qué­bec.

« Il y avait un be­soin dans l’Est. On a re­mar­qué que beau­coup d’élèves de la CSEM ha­bitent dans Ri­vière-des-Prai­ries alors nous vou­lions of­frir ce ser­vice. Le Don Bos­co Youth Centre était l’en­droit pour le faire. C’est un or­ga­nisme en­ra­ci­né dans la com­mu­nau­té qui peut ame­ner les jeunes à dé­cou­vrir d’autres ac­ti­vi­tés », fait sa­voir le di­rec­teur na­tio­nal du pro­gramme pour le Qué­bec, George Ka­li­me­ris.

L’ini­tia­tive vise ac­tuel­le­ment les écoles se­con­daires an­glo­phones Les­ter B.Pear­son (Mon­tréal-Nord), Lau­rier Mac­do­nald (SaintLéo­nard), John Paul I ( Saint- Léo­nard), Ro­se­mount ( Ro­se­mont) et Pers­pec­tives I (Saint-Mi­chel).

Ce pro­gramme, ins­tau­ré en 1999, est au­jourd’hui of­fert dans 10 points de ser­vice à tra­vers la mé­tro­pole. Et de­puis sep­tembre der­nier, 36 jeunes de la CSEM ont pu bé­né­fi­cier d’Al­ter­na­tive sus­pen­sion

« Le but c’est de mon­trer au jeune que la sus­pen­sion n’est pas un moyen pour l’école de se dé­bar­ras­ser de lui. Au contraire, avec ce pro­gramme, on veut le prendre en charge et lui of­frir des ou­tils », fait va­loir la co­or­don­na­trice du pro­gramme à Mon­tréal, Laue­lia Rol­land-For­tin.

Elle ex­plique que le pro­gramme ac­cueille les élèves qui ont été sus­pen­dus au moins trois jours pour per­mettre à l’intervenant de tra­vailler avec lui afin de faire un sui­vi.

« Les ma­tins sont ré­ser­vés pour les tra­vaux sco­laires, pour que le jeune ne soit pas re­tar­dé dans son che­minent. Avant que le jeune ar­rive au centre, l’école com­mu­nique avec nous et four­nit le ma­té­riel aca­dé­mique. En après-mi­di, c’est une pé­riode de tra­vail en groupe, on va ame­ner le jeune à ré­flé­chir et dis­cu­ter au­tour d’un thème, par exemple l’au­to­ri­té ou l’in­ti­mi­da­tion », sou­ligne Mme Rol­land-For­tin.

Pour les élèves an­glo­phones

Bien que le Don Bos­co Youth Centre soit un lieu de ren­contre bi­lingue, l’Al­ter­na­tive sus­pen­sion se­ra des­ti­née ex­clu­si­ve­ment aux élèves an­glo­phones.

« [À Ri­vière-des-Prai­ries] Le pro­gramme est dé­jà of­fert au Car­re­four jeu­nesse-em­ploi aux élèves de la Com­mis­sion sco­laire de la Poin­tede-l’Île. Nous avons es­sayé d’avoir des points de ser­vice bi­lingues et nous nous sommes ren­du compte que pour l’ac­ti­vi­té en groupe de l’après-mi­di, il était pré­fé­rable de pou­voir of­frir au jeune l’ate­lier dans sa langue d’ap­pren­tis­sage pour qu’il puisse bien me­ner sa ré­flexion et être à l’aise de s’ex­pri­mer », in­forme la co­or­don­na­trice.

Le di­rec­teur de la CSEM, Ro­bert Sto­cker, est d’avis que le pro­gramme se­ra bé­né­fique pour les jeunes qui y adhè­re­ront. Il croit que ce­la contri­bue­ra à sa res­pon­sa­bi­li­sa­tion.

« Au lieu de res­ter à la mai­son, ils au­ront quel­qu’un pour les ac­com­pa­gner dans leurs de­voirs et qui ver­ra avec eux comment se ré­ajus­ter », dit-il.

(Pho­to : pa­co­pho­to.ca)

Les élèves de la CSEM qui font face à une sus­pen­sion tem­po­raire de l’école pour­ront bé­né­fi­cier du pro­gramme Al­ter­na­tive sus­pen­sion main­te­nant of­fert au Don Bos­co Youth Centre de Ri­vière-des-Prai­ries.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.