Hy­dro-Qué­bec veut ras­su­rer ses clients

L'Informateur - - NEWS - Na­tha­lie.si­mon-clerc@tc.tc

De­vant la mul­ti­pli­ca­tion des groupes de ci­toyens qui re­fusent les comp­teurs com­mu­ni­cants, Hy­droQué­bec reste se­reine et conti­nue le dé­ploie­ment des nou­veaux ap­pa­reils dans la grande ré­gion de Mon­tréal. La so­cié­té d’État veut ras­su­rer ses clients sur les ef­fets sur la san­té, mais avance éga­le­ment une jus­ti­fi­ca­tion tech­nique et éco­no­mique.

Plus de 800 000 comp­teurs ont été rem­pla­cés à ce jour. Le pro­gramme d’Hy­dro-Qué­bec pré­voit le rem­pla­ce­ment de 1,7 mil­lion d’ap­pa­reils au to­tal pour la zone 1 (grande ré­gion de Mon­tréal). Pa­trice La­voie, porte-pa­role de la so­cié­té d’État, se dit sa­tis­fait de l’avan­ce­ment des tra­vaux et mi­ni­mise le dé­ve­lop­pe­ment des groupes « Re­fuse » qui fleu­rissent dans la mé­tro­pole. « C’est une poi­gnée de gens, sou­vent les mêmes per­sonnes », com­mente-t-il. Il ap­puie sa ré­flexion en in­di­quant que 2734 clients seule­ment (0.3 %) se sont pré­va­lus de l’op­tion de re­trait. Le scé­na­rio d’Hy­dro-Qué­bec pré­voit 1 % de re­trait.

M. La­voie met en cause l’in­for­ma­tion, par­fois er­ro­née, li­vrée par les groupes de ci­toyens. « Abreu­vez-vous aux bonnes sources d’in­for­ma­tion », plaide le porte-pa­role, en sug­gé­rant de vi­si­ter le site d’Hy­dro-Qué­bec. Il jus­ti­fie la dé­marche de la so­cié­té d’État, qui a re­çu l’ap­pro­ba­tion de la Ré­gie de l’éner­gie, après le dé­pôt d’un mé­moire, 19 jours d’au­dience pu­blique, 800 ques­tions et l’au­di­tion de 11 groupes d’in­té­rêt.

Hy­dro- Qué­bec a or­ga­ni­sé plus d’une di­zaine de réunions en concer­ta­tion avec les mu­ni­ci­pa­li­tés concer­nées, qui ont ras­sem­blé cha­cune de 20 à 70 per­sonnes. « La plu­part des gens re­partent contents et ras­su­rés », af­firme M. La­voie.

Une jus­ti­fi­ca­tion tech­nique et éco­no­mique

Avec le dé­ploie­ment de ces nou­veaux comp­teurs, Hy­dro- Qué­bec pré­voit éco­no­mi­ser 200 M$ sur 20 ans, et réa­li­ser une éco­no­mie an­nuelle de 81 M$ dès 2018. « C’est une pres­sion à la baisse des ta­rifs », ex­plique M. La­voie. De plus, les comp­teurs « à rou­lette » ne sont plus ma­nu­fac­tu­rés de­puis 2010.

Hy­dro-Qué­bec veut ras­su­rer ses clients sur les éven­tuels dan­gers, en pré­ci­sant que les don­nées sont cryp­tées et en­voyées six fois par jour seule­ment aux ser­veurs de col­lecte. Se­lon M. La­voie, la com­mu­nau­té scien­ti­fique s’en­tend pour dire que c’est la du­rée d’ex­po­si­tion aux ondes qui in­duit des ef­fets né­fastes sur la san­té. De plus, le porte-pa­role in­dique que les comp­teurs com­mu­ni­cants vont ap­por­ter de nou­veaux ser­vices aux clients, comme la re­lève au­to­ma­tique ou la dé­tec­tion ra­pide des pannes, et le sui­vi en temps réel de la consom­ma­tion sur le Web. Il écarte la ta­ri­fi­ca­tion dif­fé­ren­ciée se­lon l’ho­raire de la jour­née. « Même si la tech­no­lo­gie le per­met­trait, il n’y a au­cun pro­jet, et au­cune jus­ti­fi­ca­tion au Qué­bec, pour ce type de ta­ri­fi­ca­tion », ras­sure M. La­voie.

Le porte-pa­role rap­pelle que les clients peuvent se pré­va­loir de l’op­tion de re­trait, moyen­nant des frais de 98 $ pour l’ins­tal­la­tion d’un compteur non com­mu­ni­cant, et des frais de 206 $ par an pour la lec­ture ma­nuelle du compteur. Il jus­ti­fie ces frais en ex­pli­quant que « ce n’est pas à l’en­semble des clients de payer pour le choix per­son­nel de quelques-uns ».

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.