So­li­da­ri­té fé­mi­nine… et éco­res­pon­sa­bi­li­té

L'Informateur - - PETITES ANNONCES CLASSÉES - daph­nee.tran­che­mon­tagne@tc.tc

En 2004, Lis Sua­rez quitte la Co­lom­bie pour prendre part à un pro­jet de co­opé­ra­tion in­ter­na­tio­nale, qui l’amène en Thaï­lande et en Inde. Elle y constate la mi­sère, l’ex­ploi­ta­tion et l’iso­le­ment que les femmes dé­fa­vo­ri­sées vivent au quo­ti­dien. Mar­quée par cette ex­pé­rience, la Co­lom­bienne d’ori­gine, qui de­puis s’est ins­tal­lée à Mon­tréal, a dé­ci­dé qu’elle conti­nue­rait à ve­nir en aide à ses sem­blables. C’est ain­si que l’or­ga­nisme FEM In­ter­na­tio­nal et son vo­let bou­tique Éthik BGC ont vu le jour. Ren­contre avec une en­tre­pre­neure qui a le coeur sur la main.

« FEM In­ter­na­tio­nal est un or­ga­nisme qui en­cou­rage les femmes en­tre­pre­neures d’ici et d’ailleurs à ex­ploi­ter leur po­ten­tiel à tra­vers la créa­tion de vê­te­ments et d’ac­ces­soires éco et so­cio res­pon­sable », ex­plique Mme Suá­rez.

Pour re­joindre les femmes des quatre coins de la pla­nète, l’ins­ti­ga­trice du pro­jet mise sur la mode.

« Cette in­dus­trie em­ploie 75 % de femmes. De plus, ce sont ma­jo­ri­tai­re­ment elles qui achètent les vê­te­ments », sou­tient-elle.

Grâce à des pro­grammes de for­ma­tion (confec­tion de pa­trons, couture, etc.) et en­tre­pre­neu­riaux, les par­ti­ci­pantes ap­prennent à conce­voir des col­lec­tions de vê­te­ments, de sacs et de bi­joux réa­li­sés à par­tir de pro­duits éco­res­pon­sables et à se lan­cer en af­faires. Les créa­tions sont en­suite ven­dues à la bou­tique Éthik BGC, si­tuée sur la rue SaintHu­bert, juste au sud de la Pla­za du même nom.

« Der­rière chaque créa­tion se cache l’his­toire d’une de­si­gner. Il ne s’agit pas seule­ment d’ache­ter un vê­te­ment, mais bien de tis­ser une relation avec ces femmes. Celles qui ma­ga­sinent ici cherchent quelque chose d’unique, de spé­cial, un pro­duit en har­mo­nie avec leurs va­leurs. Mais sur­tout, elles veulent être belles », in­siste Mme Suá­rez, qui prône les prin­cipes de la consom­ma­tion res­pon­sable.

L’union fait la force

Comme le dit le dic­ton : l’union fait la force. Pour cette rai­son, FEM In­ter­na­tio­nal n’hé­site pas à créer des par­te­na­riats avec d’autres or­ga­ni­sa­tions.

C’est le cas no­tam­ment du cé­gep Ma­rie-Vic­to­rin, si­tué à la li­mite du quar­tier Ri­vière-des-Prai­ries qui offre une for­ma­tion en de­si­gn de la mode.

« On a une étu­diante du cé­gep qui est par­tie au Ma­li pour of­frir des ate­liers. On en a une autre qui par­ti­ra bien­tôt pour le Ca­me­roun.

« On col­la­bore aus­si avec le cé­gep Ma­rie-Vic­to­rin dans le cadre de nos ac­ti­vi­tés Un autre mode d’agir!, qui sen­si­bi­lise les étu­diants à pro­duire au­tre­ment, et le dé­fi­lé ModÉ­thik pré­sen­té lors de la Semaine Mode et de­si­gn de Mon­tréal », fait-elle va­loir.

Fi­nan­cer le chan­ge­ment

FEM in­ter­na­tio­nal et la bou­tique Éthik BGC ef­fec­tuent ac­tuel­le­ment une cam­pagne de fi­nan­ce­ment pour étendre le pro­jet Un autre mode d’agir! L’ob­jec­tif : amas­ser 20 000 $ pour dis­pen­ser des ate­liers thé­ma­tiques de sen­si­bi­li­sa­tion aux im­pacts en­vi­ron­ne­men­taux et so­ciaux de la mode, dans une ving­taine d’éta­blis­se­ments sco­laires mon­tréa­lais.

« On veut sen­si­bi­li­ser les jeunes quant à l’im­pact de leur consom­ma­tion. Cette an­née, on veut conso­li­der le pro­gramme ici, avant de dé­ployer le pro­jet à l’in­ter­na­tio­nal. L’an pro­chain, on sou­haite le faire dans trois écoles de la Co­lom­bie », an­nonce-t-elle.

Pour connaître les dé­tails de la cam­pagne de fi­nan­ce­ment ou pour faire un don, on consulte les sites www.fe­min­ter­na­tio­nal.org et www.ethik-bgc.ca.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.