La qua­li­té de l’air s’amé­liore

Un bi­lan pro­met­teur pour les pro­chaines an­nées

L'Informateur - - LA UNE - Sa­man­tha.ve­lan­dia@tc.tc

Pour la pre­mière fois de­puis les der­nières an­nées, la qua­li­té de l’air dans l’est de Mon­tréal est com­pa­rable à celle du reste de l’île. En ef­fet, se­lon un rap­port an­nuel pu­blié par la Ville sur la qua­li­té de l’air à Mon­tréal, la pré­sence de pol­luants tels que le di­oxyde de souffre, le sul­fure d’hy­dro­gène et le ben­zène sont à leur plus bas ni­veau de­puis 12 ans.

Le Réseau de sur­veillance de la qua­li­té de l’air (RSQA) a me­su­ré sans re­lâche les concen­tra­tions de pol­luants pré­sents dans l’air am­biant aux sta­tions 3, 55 et 7, si­tuées res­pec­ti­ve­ment à Poin­teaux-Trembles, Ri­vière-des-Prai­ries et An­jou du­rant toute l’an­née 2012.

« Nous ob­ser­vons des amé­lio­ra­tions en rai­son de nom­breux fac­teurs, ex­plique Di­mi­tri Tsin­ga­kis, di­rec­teur gé­né­ral de l’As­so­cia­tion in­dus­trielle de l’est de Mon­tréal (AIEM). Entre autres, la vo­lon­té des en­tre­prises ins­tal­lées dans le sec­teur de faire mieux en ma­tière d’en­vi­ron­ne­ment et les nou­velles tech­no­lo­gies qui ont contri­bué à la di­mi­nu­tion des émis­sions pol­luantes. »

Se­lon M. Tsin­ga­kis, les ci­toyens de l’Est n’ont pas à craindre que l’ar­ri­vée de nou­velles en­tre­prises nuise au pro­ces­sus d’amé­lio­ra­tion de la qua­li­té de l’air.

« Toute nou­velle in­dus­trie qui vou­dra s’ins­tal­ler dans l’Est doit at­teindre des ni­veaux éle­vés d’ef­fi­ca­ci­té et de qua­li­té pour s’as­su­rer qu’ils sont conformes aux règles en­vi­ron­ne­men­tales, dit-il. Nous sommes conscients que l’ac­cep­ta­bi­li­té so­ciale d’un pro­jet est tri­bu­taire de sa per­for­mance éco­lo­gique. Je suis convain­cu que nous al­lons conti­nuer de con­tri­buer à l’amé­lio­ra­tion de la qua­li­té de l’air dans la ré­gion. »

En­core des amé­lio­ra­tions à faire

Se­lon le rap­port de la RSQA, les concen­tra­tions de pol­luants tels que l’ozone, les oxydes d’azote et les par­ti­cules fines sont lé­gè­re­ment in­fé­rieures ou égales à celles qui sont me­su­rées dans le reste de l’île. Il faut tou­te­fois conti­nuer de sur­veiller le di­oxyde de soufre (SO ) qui est en­core deux fois plus éle­vé qu’ailleurs.

Res­ter vi­gi­lant

Pa­trick Bo­nin, res­pon­sable de la cam­pagne

Cli­mat-Éner­gie pour Greenpeace, ad­met qu’une amé­lio­ra­tion de la qua­li­té de l’air est ob­ser­vée dans l’est de l’île. Il sou­ligne néan­moins qu’il est im­por­tant de conti­nuer à sur­veiller le tra­vail des in­dus­tries du sec­teur.

« Nous sommes conscients qu’il y a eu des amé­lio­ra­tions, mais dans la plu­part des cas, ce n’est pas suf­fi­sant. Des pro­jets de grande en­ver­gure tels que le ren­ver­se­ment de la ligne 9B d’En­bridge ou l’oléo­duc Éner­gie-Est de TransCa­na­da s’amènent dans l’Est. Ce sont des pro­jets qui vont à l’en­contre des ob­jec­tifs qui visent à amé­lio­rer la qua­li­té de l’air. »

Se­lon M. Bo­nin, si le pro­jet d’oléo­duc d’En­bridge va de l’avant, Sun­cor raf­fi­ne­ra à Mon­tréal du pé­trole lourd des sables bi­tu­mi­neux au dé­tri­ment de la san­té des gens et de l’en­vi­ron­ne­ment. « Ce pé­trole est l’un des plus sales de la pla­nète, il va alour­dir le bi­lan des émis­sions des raf­fi­ne­ries qui sont dé­jà par­mi les plus grands pol­lueurs du Qué­bec, alors c’est sûr que ça va in­fluen­cer né­ga­ti­ve­ment la qua­li­té de l’air et la qua­li­té de vie des gens dans l’Est », conclut-il.

(Photo : ar­chives)

(Photo: ar­chives)

Il faut tou­te­fois con­ti

nuer de sur­veiller le di­oxyde de soufre (SO) qui est en­core deux fois

plus éle­vé qu'ailleurs.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.