Une mai­son his­to­rique en­tou­rée D’EAU

L'Informateur - - LA UNE - Alice.braud@tc.tc

Kent McIn­tosh a la chance de vivre dans une mai­son his­to­rique, lau­réate de prix émé­rites du pa­tri­moine de la Ville de Mon­tréal. Bien que la si­tua­tion ne soit pas nou­velle, le ci­toyen est un peu exaspéré de voir chaque ma­tin une ac­cu­mu­la­tion d’eau ex­ces­sive sur l’al­lée qui mène à sa mai­son quand il tombe de la pluie ou de la neige. Cette ac­cu­mu­la­tion d’eau a eu pour ef­fet d’en­dom­ma­ger son al­lée de pa­vés unis et sa pe­louse. Le sel de la route qui se mé­lange à l’eau du­rant l’hi­ver dé­truit son ga­zon.

Kent McIn­tosh, pro­prié­taire d’une mai­son construite en 1935 sur le bou­le­vard Gouin, constate de­puis des an­nées, une ac­cu­mu­la­tion d’eau ex­ces­sive de­vant chez lui, dû entre autres à l’in­cli­nai­son de la route et au manque de drai­nage. Cette si­tua­tion l’em­pêche d’ac­cé­der à sa pro­prié­té à pied. Les tra­vaux ef­fec­tués par la Ville n’ont pas ré­so­lu le pro­blème et M. McIn­tosh avoue que cette si­tua­tion dé­va­lue le prix de sa mai­son.

« Je sais bien que ce n’est pas un pro­blème qui date d’au­jourd’hui, je pense d’ailleurs que c’est là de­puis la construc­tion de la route. C’est cer­tain que l’état du bou­le­vard Gouin est dé­plo­rable. Je cours sou­vent sur le bou­le­vard et je n’ai ja­mais vu ce genre d’ac­cu­mu­la­tion d’eau chez les voi­sins », avoue M. McIn­tosh.

Il y a près de deux ans, M. McIn­tosh s’est plaint au­près de la Ville afin que des tra­vaux soient ef­fec­tués pour re­mé­dier à ce pro­blème. La Ville a ouvert un dos­sier et les tra­vailleurs des tra­vaux pu­blics n’ont mal­heu­reu­se­ment pas pu faire grand-chose.

« L’an pas­sé, la Ville est ve­nue pour ré­pa­rer la chaus­sée as­phal­tée, mais quand ils ont vu que le vrai pro­blème était dû à l’in­cli­nai­son de la route et à cause du drai­nage, ils m’ont in­di­qué que la ré­pa­ra­tion de la chaus­sée ne per­met­trait pas de cor­ri­ger l’ac­cu­mu­la­tion d’eau. Alors au lieu de gas­piller des ef­forts et des ma­té­riaux, j’ai sug­gé­ré qu’ils quittent sans faire au­cun tra­vail et ils ont ac­cep­té », sou­ligne M. McIn­tosh.

La Ville est d’ailleurs re­ve­nue cette an­née, pour ré­pa­rer la chaus­sée. Même si le tra­vail a été ef­fec­tué, en­core une fois, ce­la n’a pas ré­so­lu le pro­blème.

L’ar­ron­dis­se­ment est bien conscient de la dé­gra­da­tion du bou­le­vard Gouin. D’ailleurs, le 5 sep­tembre der­nier, la mai­resse, Chan­tal Rou­leau a convié les ci­toyens afin de ré­col­ter leur avis concer­nant la re­vi­ta­li­sa­tion du bou­le­vard Gouin. Les ci­toyens ont no­tam­ment sou­hai­té des amé­lio­ra­tions au réseau rou­tier et cy­clable, au dé­ve­lop­pe­ment ré­si­den­tiel et com­mer­cial, aux es­paces et aux ins­tal­la­tions pu­bliques ain­si qu’aux berges, le long du bou­le­vard Gouin.

Une dé­va­lua­tion de la mai­son

La mai­son de M. McIn­tosh, re­con­nue comme un bien pa­tri­mo­nial par l’ar­ron­dis­se­ment perd de sa va­leur. De plus, le pro­prié­taire se plaint d’avoir dû se plier à des rè­gle­ments de la Ville pour ef­fec­tuer des tra­vaux dans sa mai­son, en rai­son de l’éva­lua­tion pa­tri­mo­niale de sa mai­son.

« C’est ça que je trouve un peu frus­trant, on me dit que je dois avoir des res­tric­tions pour mes tra­vaux, qui m’ont per­mis de re­ce­voir un prix émé­rite du pa­tri­moine, mais en même temps on ne ré­pare pas la route qui est en face de chez moi. Ce qui fait qu’au­jourd’hui, ma mai­son est dé­va­luée. Et ce­la non pas à cause de l’état de la route mais aus­si à cause des po­teaux élec­triques et de com­mu­ni­ca­tion, de l’ab­sence de trot­toirs et de piste cy­clable sur la rue » , confie M. McIn­tosh.

Le bou­le­vard Gouin compte plu­sieurs mai­sons his­to­riques se­lon Louise Ber­nard, de la So­cié­té his­to­rique de Ri­vière-des-Prai­ries, et l’état de la rue ne per­met pas de mettre en va­leur ces pro­prié­tés.

« C’est vrai qu’il faut faire quelque chose pour le bou­le­vard Gouin. C’est une rue à l’aban­don. Les ca­na­li­sa­tions n’ont pas été ré­pa­rées de­puis des lustres et c’est tou­jours au même en­droit que ça dé­borde. Tous les deux mois, le bou­le­vard est blo­qué à cause de l’eau », avoue Mme Ber­nard.

(Photo : pa­co­pho­to.ca)

M. McIn­tosh de­vant sa mai­son da­tant de 1935.

(Pho­tos: Gra­cieu­se­té)

L'eau s'ac­cu­mule de­vant la ré­si­dence de M. McIn­thosh, sur le bou­le­vard Gouin.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.