Ri­vière-des-prai­ries – Pointe-auxT­rembles est contraint d’ajour­ner tous ses tra­vaux de voi­rie

L'Informateur - - HAÏTI QUATRE ANS APRÈS - Ber­tile de Con­ten­cin

La mai­rie de Ri­vière-des-Prai­ries – Pointe-aux-Trembles (RDP–PAT) sonne l’alarme après avoir sus­pen­du l’en­semble de ses chan­tiers en 2013. D’après les in­for­ma­tions rap­por­tées par La

Presse, le 21 dé­cembre der­nier, l’ar­ron­dis­se­ment de Ri­vière-des Prai­ries – Pointe-auxT­rembles a été for­cé d’an­nu­ler l’in­té­gra­li­té des contrats de ré­fec­tion de ses in­fra­struc­tures. En cause, la len­teur de l’Au­to­ri­té des mar­chés fi­nan­ciers (AMF) à oc­troyer leur cer­ti­fi­ca­tion aux en­tre­pre­neurs sou­mis­sion­naires.

« Deux contrats avec les firmes Hexa­gone et Construc­tion So­ter ont été an­nu­lés, pour une va­leur res­pec­tive de 5,5 M$ et 8 M$. Ces en­tre­prises n’ayant pas ob­te­nu leur ac­cré­di­ta­tion de l’AMF dans la pé­riode des six mois pres­crits pour dé­clen­cher les tra­vaux, nous avons dé­ci­dé de bou­ger vite, et de re­tour­ner en ap­pel d’offres », pré­cise Chan­tal Rou­leau, mai­resse de RDP-PAT.

De­puis le 7 dé­cembre 2012, la loi 1 sur l’in­té­gri­té oblige, en ef­fet, toutes les en­tre­prises sou­hai­tant dé­cro­cher un contrat pu­blic à dé­po­ser un dos­sier au­près de l’AMF. L’or­ga­nisme ef­fec­tue en­suite ses vé­ri­fi­ca­tions aux cô­tés de l’Uni­té per­ma­nente an­ti­cor­rup­tion (UPAC), avant de rendre ses re­com­man­da­tions.

Tra­vaux re­por­tés à 2014

La mai­resse se veut tou­te­fois ras­su­rante : « Nous al­lons re­dou­bler d’ar­deur pour rat­tra­per ce re­tard en 2014, dit-elle. Bien sûr, il y a quelques pe­tits in­con­vé­nients pour les ci­toyens, mais si on n’avait pas pu mettre en place ces ou­tils pour lut­ter contre la cor­rup­tion et la col­lu­sion, on au­rait conti­nué à payer des tra­vaux 30 % trop cher. Au­jourd’hui, nous avons les moyens de contrer ça. Cette phase d’adap­ta­tion, c’est un peu le prix à payer. »

L’an­née 2014 s’an­nonce celle des cônes oranges pour l’ar­ron­dis­se­ment, et ce­la ne va pas sans sou­le­ver quelques in­ter­ro­ga­tions. « Le bud­get est là, mais les contrac­teurs se­ront-ils en me­sures d’as­su­rer l’en­semble des chan­tiers, quand on sait que nous ne sommes pas les seuls à vivre cette pro­blé­ma­tique à Mon­tréal », ques­tionne Su­zanne Dé­ca­rie, con­seillère à la ville. Elle ajoute : « Le pro­blème, c’est que nous avions pro­mis des tra­vaux à des ci­toyens et main­te­nant cer­tains nous ac­cusent d’avoir fait des pro­messes de po­li­ti­cien alors qu’on ne peut rien y faire.»

Pour le mo­ment, la mai­rie de RDP-PAT se po­si­tionne bien puis­qu’elle fait par­tie des pre­mières à re­tour­ner en ap­pel d’offres. Fin 2013, le gou­ver­ne­ment du Qué­bec a éga­le­ment pris le pro­blème en main. Les nou­velles dis­po­si­tions de la loi sur l’in­té­gri­té en ma­tière de contrats pu­blics pré­voient dé­sor­mais que les en­tre­prises sou­mis­sion­naires ob­tiennent préa­la­ble­ment l’au­to­ri­sa­tion de l’AMF avant de po­ser leur can­di­da­ture.

(photo: ar­chives)

Les chan­tiers et leurs cônes oranges risquent de se mul­ti­plier dans plu­sieurs ar­ron­dis­se­ments de Mon­tréal en 2014.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.