Dé­nei­ger sa toi­ture

L'Informateur - - NEWS -

Les toits qué­bé­cois sont nor­ma­le­ment conçus pour sup­por­ter le poids de la neige. Ce­pen­dant, les ac­cu­mu­la­tions de neige ex­cep­tion­nelles, les re­doux et la pluie ver­gla­çante peuvent alour­dir le cou­vert de neige d’une ha­bi­ta­tion. Dans cer­tains cas, il de­vient né­ces­saire de dé­nei­ger la toi­ture pour sou­la­ger la struc­ture du bâ­ti­ment et évi­ter l’ef­fon­dre­ment du toit.

Le dé­nei­ge­ment d’une toi­ture est un tra­vail dé­li­cat. La So­cié­té d’ha­bi­ta­tion du Qué­bec (SHQ) pré­co­nise le re­cours aux ser­vices de pro­fes­sion­nels qui pos­sèdent l’équi­pe­ment et l’ex­pé­rience né­ces­saires.

Ceux qui sou­haitent néan­moins se lan­cer dans l’aven­ture sans aide doivent être pru­dents. Il est conseillé de pla­ni­fier la plus grande par­tie du tra­vail à par­tir du sol, à l’aide d’une ra­clette au manche té­les­co­pique. Le plas­tique est la ma­tière à pré­co­ni­ser pour ses ou­tils, car le mé­tal risque d’abî­mer le revêtement de la toi­ture.

S’il est né­ces­saire de mon­ter sur le toit, il faut veiller à uti­li­ser un har­nais so­li­de­ment an­cré, sur la che­mi­née par exemple. Pour évi­ter que l’échelle ne glisse, il est aus­si pré­fé­rable de la plan­ter dans la neige. Ce­la at­té­nue­ra éga­le­ment l’im­pact, en cas de chute.

En­fin, il faut sou­li­gner qu’il s’agit d’en­le­ver une sur­charge, non pas de faire un grand mé­nage. Il faut donc lais­ser une couche de neige de 10 à 15 cm, pour évi­ter d’abî­mer la cou­ver­ture du toit.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.