Les femmes en po­li­tique

Trois dé­pu­tées livrent leurs ré­flexions sur la si­tua­tion ex­cep­tion­nelle dans l’est

L'Informateur - - NEWS -

La jour­née in­ter­na­tio­nale des femmes est l’oc­ca­sion par­faite pour ré­flé­chir à la place des femmes en po­li­tique. La po­pu­la­tion fait main­te­nant preuve de pro­gres­sisme et n’hé­site plus à élire des femmes.

La con­tri­bu­tion de ces femmes est au­jourd’hui no­table et, dans plu­sieurs cas, elles oc­cupent main­te­nant les plus hautes ins­tances. Mais il y a en­core place au pro­grès, puisque la pa­ri­té n’est pas en­core très cou­rante dans les dif­fé­rents pa­liers po­li­tiques.

La si­tua­tion po­li­tique de l’est de Mon­tréal est ex­cep­tion­nelle. Sur un to­tal d’une tren­taine postes élec­tifs, ré­par­tis sur les trois ordres de gou­ver­ne­ment (mu­ni­ci­pal, pro­vin­cial et fé­dé­ral) : 17 postes élec­tifs sont oc­cu­pés par des femmes.

C’est donc à dire que dans l’Est la pa­ri­té femmes/hommes est main­te­nant une réa­li­té. Cette ten­dance s’est for­te­ment af­fir­mée au len­de­main du der­nier scru­tin fé­dé­ral qui a vu l’élec­tion de trois femmes dans l’est mé­tro­po­li­tain, soit Pau­li­na Aya­la (Ho­nore-Mer­cier), Mar­jo­laine Bou­tin-Sweet (Ho­che­la­ga) et Ève Péclet (La Pointe-de-l’Île).

Elles ont ain­si contri­bué à concré­ti­ser le rêve de Jack Lay­ton de faire élire le plus grand cau­cus de femmes de l’his­toire du Canada et ont re­joint les rangs de po­li­ti­ciennes comme Lise Thé­riault (An­jou-Louis-Riel), Ca­role Poi­rier (Ho­che­la­gaMai­son­neuve), Ni­cole Lé­ger ( Pointe- auxT­rembles) et Chan­tal Rou­leau (Ri­vière-desP­rai­ries–Pointe-aux-Trembles), pour ne nom­mer que celles-ci.

Mme Aya­la rap­pelle que : « suite à l’élec­tion nous nous sommes im­mé­dia­te­ment li­guées afin d’of­frir une réelle dy­na­mique de col­la­bo­ra­tion aux ci­toyens et ci­toyennes ».

C’est ain­si que le trio des dé­pu­tées fé­dé­rales de l’Est s’est dé­mar­qué, par des in­ter­ven­tions com­munes et des ac­tions concer­tées.

« Nous avons ga­gné l’élec­tion avec le slo­gan Tra­vaillons en­semble ! C’est exac­te­ment la doctrine que nous avons ap­pli­quée de­puis », ren­ché­rit Mme Péclet.

À titre d’exemple, les dé­pu­tées siègent en­semble sur dif­fé­rents co­mi­tés de dé­ve­lop­pe­ment éco­no­mique et so­cial, elles sont in­ter­ve­nues conjoin­te­ment dans les en­jeux de sé­cu­ri­té fer­ro­viaire, de ges­tion du patrimoine cultu­rel et éco­lo­gique, du main­tien de l’offre de lo­ge­ments so­ciaux et des ser­vices pos­taux.

Elles s’ap­prêtent d’ailleurs à se mo­bi­li­ser à nou­veau afin d’ap­puyer les or­ga­nismes de sou­tien à l’em­ploi dont le fi­nan­ce­ment est menacé par le gou­ver­ne­ment Har­per.

À la ques­tion: comment la con­tri­bu­tion des femmes change le pay­sage po­li­tique dans l’est de Mon­tréal, Mme Bou­tin-Sweet ré­pond qu’ « en ce qui nous concerne, notre travail po­li­tique est di­rec­te­ment consé­quent de notre en­ga­ge­ment so­cial pré­cé­dent l’élec­tion. Ma col­lègue Pau­li­na mi­li­tait dé­jà pour la so­cial-dé­mo­cra­tie dans son pays d’ori­gine, le Chi­li, tan­dis qu’Ève était très en­ga­gée à l’uni­ver­si­té alors qu’elle ter­mi­nait ses études en droit. Pour ma part, ma pas­sion à dé­fendre les droits des tra­vailleurs et tra­vailleuses s’est af­fir­mée dans mon rôle de dé­pu­tée ».

Ces trois femmes, qui ont contri­bué à la pa­ri­té femmes/hommes dans le pay­sage po­li­tique de l’est de Mon­tréal, concèdent que leur rôle de re­pré­sen­ta­tion est double.

« Non seule­ment nous de­vons bien re­pré­sen­ter l’en­semble de la po­pu­la­tion, mais aus­si nous ne pou­vons né­gli­ger que nous mon­trons la voie aux jeunes femmes qui nous ob­servent et ju­ge­ront, de par nos ac­tions, de la per­ti­nence de leur im­pli­ca­tion fu­ture en po­li­tique » conclut Mme Aya­la.

(Source : Ca­bi­net de la dé­pu­tée Pau­li­na Aya­la)

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.