En­core du travail à faire

Les tra­vaux les plus ur­gents ont dé­jà été exé­cu­tés à Ri­vière-des-prai­ries–pointe-aux-trembles

L'Informateur - - LA UNE - Si­mon.bous­quet-ri­chard@tc.tc

L'ar­ron­dis­se­ment de RDP-PAT n’est peut-être pas un exemple d’ar­ron­dis­se­ment où les in­fra­struc­tures sont en par­fait état, mais la si­tua­tion s’est amé­lio­rée de­puis 2013 alors que le pont d’éta­ge­ment qui en­jambe l’au­to­route 40 à la hau­teur du bou­le­vard Hen­ri-Bou­ras­sa fi­gu­rait au cin­quième rang de la liste noire des struc­tures en­dom­ma­gées de la Ville.

La Ville a in­ves­ti 2 M$ pour la ré­fec­tion de ce via­duc qui était ju­gé cri­tique de­puis plu­sieurs an­nées.

Dé­jà en 2010, un rap­port d’ins­pec­tion fai­sait état d’im­por­tantes dé­té­rio­ra­tions du ta­blier, de la chaus­sée in­égale qui ren­dait la conduite dan­ge­reuse et d’un grand nombre de fis­sures sur les murs de sou­tè­ne­ment.

Les tra­vaux sur cette struc­ture sont main­te­nant ter­mi­nés, mais l’état des rues ne sa­tis­fait tou­jours pas la mai­resse Chan­tal Rou­leau. Elle pro­met de s’at­ta­quer à la ré­fec­tion des ar­tères de l’ar­ron­dis­se­ment.

Le bud­get de ré­fec­tion des rues de l'ar­ron­dis­se­ment a plus que dou­blé en trois ans, passant de 4 M$ à 11 M$ en 2014. Une part de ce mon­tant pro­vient tou­te­fois du re­port du bud­get de 2013.

« Dans l’Est, nous avons été mal des­ser­vis pen­dant plu­sieurs an­nées, mais il y a main­te­nant des choses concrètes qui sont an­non­cées », af­firme Mme Rou­leau.

In­fra­struc­tures pro­blé­ma­tiques

D’ailleurs, l’ad­mi­nis­tra­tion a en­core du pain sur la planche puisque d’autres in­fra­struc­tures posent pro­blème. No­tam­ment, le pont de l’île La­pierre qui est si­tué à l’est de l’A-25 est clas­sé à la 12e po­si­tion du pal­ma­rès 2013 des struc­tures dé­té­rio­rées.

En 2008, un rap­port d’ins­pec­tion avait no­té que l’état des poutres de sou­tè­ne­ment du ta­blier était ju­gé cri­tique, de même que le garde-corps sur la bor­dure.

La struc­ture qui est main­te­nant sous la ju­ri­dic­tion du ré­seau des grands parcs de la Ville de­vrait être ré­no­vée au cours des trois pro­chaines an­nées. Ces tra­vaux de­vaient être faits au même mo­ment que le ré­amé­na­ge­ment com­plet de l’île La­pierre pour la rendre ac­ces­sible à la po­pu­la­tion.

« On sou­haite que ça se fasse avant. Nous avons en­ta­mé des dis­cus­sions parce qu’il n’y avait au­cune somme pré­vue pour ce­la », ra­conte Mme Rou­leau.

Deux autres in­fra­struc­tures de l’ar­ron­dis­se­ment sont ju­gées mé­diocres. Il s’agit du pont fer­ro­viaire qui en­jambe l’ave­nue Ar­mand-Cha­put au sud du bou­le­vard Ar­mand-Bom­bar­dier et du pon­ceau du bou­le­vard Mau­rice-Du­ples­sis qui en­jambe le ruis­seau De Mon­ti­gny.

L’édile es­time d’ailleurs que des por­tions de ce bou­le­vard qui « res­semble à une piste de che­vreuils » de­vront être re­faites.

Amé­lio­ra­tions

La mai­resse ne sou­haite pas seule­ment s’at­ta­quer aux struc­tures qui fi­gurent dans la liste noire de la Ville. Avec l’équipe Co­derre, elle s’est aus­si en­ga­gée à réa­li­ser la ré­fec­tion du bou­le­vard Gouin à Ri­vière-des-Prai­ries.

Bien que des sommes soient pré­vues au Plan trien­nal d’im­mo­bi­li­sa­tion pour 2015, Mme Rou­leau n’a pas été en me­sure d’as­su­rer que la pre­mière pel­le­tée de terre se fe­ra au cours de cette an­née.

« Il y a dé­jà des ac­tions concrètes de po­sées. Nous avons mis sur pied un co­mi­té de consul­ta­tion ci­toyenne. Il y au­ra en­suite tout un pro­ces­sus de consul­ta­tion pu­blique. Il fau­dra en­suite bo­ni­fier le plan avant de le dé­po­ser. Il de­vrait être adop­té à l’au­tomne. Ça ne se fait pas en criant "ci­seaux" alors on ne peut pas fixer de date. »

Autre pro­messe élec­to­rale, Mme Rou­leau s’est en­ga­gée à suivre de près le dos­sier de la rue Sher­brooke à Pointe-aux-Trembles afin d’en faire la plus belle porte d’en­trée de la mé­tro­pole.

« Ce ne se­ra plus une route de cam­pagne. Nous al­lons en faire une rue do­mi­ci­liaire et com­mer­ciale, mais avec des com­merces de proxi­mi­té utiles pour que les ci­toyens n’aient plus be­soin de tra­ver­ser le pont pour al­ler ache­ter une pinte de lait », as­sure la mai­resse.

Elle sou­ligne qu’il s’agit d’un pro­jet à long terme qui se réa­li­se­ra par pe­tits bouts qui né­ces­si­te­ront des in­ves­tis­se­ments de 10 000 à 15 000 $ cha­cun. Un plan de ré­amé­na­ge­ment avait été conçu une quin­zaine d’an­nées au­pa­ra­vant. Il est main­te­nant dé­pas­sé se­lon Mme Rou­leau.

« Il faut ac­tua­li­ser les choses et en­le­ver ce qui n’est pas réa­liste. Cer­taines choses ont aus­si chan­gé, comme la créa­tion d’un mi­lieu hu­mide pro­té­gé par un cas­tor. »

En­fin, la bourg­mestre ex­plique que plu­sieurs autres tra­vaux sont pré­vus pour l’ar­ron­dis­se­ment, no­tam­ment sur le bou­le­vard Saint-Jean-Bap­tiste, entre les rues Vic­to­ria et For­syth.

Dans ce dos­sier éga­le­ment, l’ad­mi­nis­tra­tion doit cor­ri­ger un plan qui avait été conçu par le pas­sé.

Ré­pa­rer ou re­cons­truire? La ville va de­voir faire un choix sans alour­dir da­van­tage son dé­fi­cit. Une dé­ci­sion com­plexe quand on sait que 56 % de ses in­fra­struc­tures ont été construites avant 1970.

Le maire de Mon­tréal, De­nis Co­derre, a dé­voi­lé au dé­but du mois d’avril, le nou­veau plan mon­tréa­lais d’im­mo­bi­li­sa­tions 2015 - 2024. La ville compte in­jec­ter 800 M$ par an­née pour main­te­nir ses in­fra­struc­tures en vie. Ac­tuel­le­ment, le bud­get est de 1,3 G$, ce qui per­met de construire seule­ment 25 % de nou­veaux équi­pe­ments et de consa­crer le reste à la pé­ren­ni­té des in­fra­struc­tures.

« Notre vo­lon­té est d’ame­ner à ni­veau toutes nos struc­tures d’ici 10 ans, ex­plique Lio­nel Pe­rez, res­pon­sable du su­jet au co­mi­té exé­cu­tif de la ville. Il y a une orien­ta­tion claire de l’ad­mi­nis­tra­tion Co­derre d’amé­lio­rer la qua­li­té. Pour le mo­ment, ce n’est pas suf­fi­sant, mais on va conti­nuer et même es­sayer d’éco­no­mi­ser de l’ar­gent à long terme. »

Car le pro­blème est là. La ges­tion des in­fra­struc­tures est un vé­ri­table gouffre fi­nan­cier pour Mon­tréal.

« On peut tout ré­pa­rer, ex­plique un ingénieur spé­cia­li­sé dans les in­fra­struc­tures en bé­ton, qui a sou­hai­té gar­der l’ano­ny­mat. Les nou­veaux ma­té­riaux uti­li­sés sont bien plus ré­sis­tants. On est ca­pable de pro­lon­ger la du­rée de vie. Mais quand les coûts de ré­pa­ra­tion dé­passent de plus de 50 % ceux de la re­cons­truc­tion, il faut se de­man­der si ce­la vaut la peine, et sur­tout sa­voir où l’on va trou­ver l’ar­gent. »

Ré­pa­rer le pas­sé

Pont Cham­plain, échan­geur Tur­cot, rue Notre-Dame, nom­breux sont les dos­siers à traî­ner sur le bu­reau des dif­fé­rentes ad­mi­nis­tra­tions qui se sont suc­cé­dé à l’hô­tel de ville de­puis plu­sieurs an­nées. Des dos­siers qui creusent à chaque fois un peu plus le bud­get.

« On ne va pas faire le pro­cès du pas­sé, mais il y a un dé­fi­cit de plus de 500 M$ à rat­tra­per en ce qui concerne la chaus­sée et la voi­rie, ex­plique M. Pe­rez. Et c’est sans comp­ter les nou­veaux chan­tiers. Les équi­pe­ments de l’eau, comme les égouts et les aque­ducs, posent éga­le­ment des dif­fi­cul­tés. »

Au mois de jan­vier der­nier, le mi­nis­tère des Tran­sports du Qué­bec (MTQ) a pro­cé­dé à une ins­pec­tion d’ur­gence sur l’en­semble des ponts et via­ducs après l’in­ci­dent de l’au­to­route 40 Ouest [NDLR: Un bloc de bé­ton s’était dé­ta­ché d’un via­duc et s’était écra­sé sur le ca­pot d’une voi­ture].

« Cer­tains équi­pe­ments né­ces­sitent un sui­vi plus ré­gu­lier, mais la pro­cé­dure stan­dard cor­res­pond à une aus­cul­ta­tion ap­pro­fon­die tous les quatre ans. Ce n’est pas as­sez », re­con­naît M. Pe­rez, qui tra­vaille ac­tuel­le­ment sur la mise en place de nou­velles pro­cé­dures tous les deux ans.

Pour exemple, le der­nier bi­lan de la voi­rie mont­réa­laise re­monte à 2010. Près de 40 % des routes mon­traient dé­jà des signes de fai­blesses ou de grande dé­té­rio­ra­tion. Concer­nant les struc­tures, le bi­lan de 2012 in­di­quait que 36 % d’entre elles étaient dans un état de dé­té­rio­ra­tion lé­gère, avan­cée, voire cri­tique. Un nou­veau bi­lan doit d’ailleurs être pu­blié par l’ad­mi­nis­tra­tion mont­réa­laise la pre­mière se­maine de mai.

(Pho­to : ar­chives)

(Pho­to : ar­chives)

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.