Le CLSC res­te­ra ou­vert la fin de se­maine

L'Informateur - - HARCÈLEMENT PSYCHOLOGIQUE - Si­mon.bousquet-ri­chard@tc.tc

La nou­velle de la fer­me­ture des CLSC de Ri­vière- des- Prai­ries et Mer­cier- Est– An­jou, les fins de se­maine, a pro­vo­qué de telles pro­tes­ta­tions que le Centre de san­té ser­vices so­ciaux de la Pointe-de-l’Île a été for­cé de faire volte-face.

Seule­ment une se­maine après la pa­ru­tion de la der­nière édi­tion de l’In­for­ma­teur de Ri­viè­redes-Prai­ries qui an­non­çait l’in­ten­tion de re­grou­per les ser­vices de fin de se­maine au CLSC de Pointe-aux-Trembles Mon­tréal-Est, le CSSS a fait pa­raître un com­mu­ni­qué in­di­quant que la me­sure se­ra sus­pen­due jus­qu’à l’au­tomne.

Les deux CLSC de­meu­re­ront donc ou­verts aux heures ha­bi­tuelles du­rant tout l’été. La dé­ci­sion se­ra com­mu­ni­quée à la po­pu­la­tion lors­qu’elle se­ra prise, peut-on lire dans le com­mu­ni­qué.

Le CSSS af­firme qu’il uti­li­se­ra ce temps pour mieux éva­luer les im­pacts du re­grou­pe­ment des soins in­fir­miers.

« Nous pen­sons tou­jours que cette dé­ci­sion n’en­traî­nait que peu d’im­pact sur la san­té et le bien-être des ré­si­dents de Ri­vière-des-Prai­ries et Mer­cier-Est An­jou, étant don­né que la grande ma­jo­ri­té des soins pou­vaient être re­por­tés pen­dant la se­maine, a ex­pli­qué Sté­phane Rous­seau, di­rec­teur des Ser­vices gé­né­raux. Ce­pen­dant, nous vou­lons être à l’écoute de nos usa­gers et nous pren­drons le temps né­ces­saire pour éva­luer les so­lu­tions al­ter­na­tives. »

En rai­son de cette nou­velle dé­ci­sion, les res­sources in­fir­mières du ter­ri­toire ne se­ront donc pas uti­li­sées à leur plein po­ten­tiel, se­lon le CSSS, qui pré­voyait uti­li­ser les res­sources li­bé­rées la fin de se­maine pour d’autres ser­vices.

Dé­ci­sion sa­luée

Cette dé­ci­sion a été sa­luée par des gens du mi­lieu de la san­té du quar­tier et le dé­pu­té Marc Tan­guay.

« Je trou­vais dom­mage que le CSSS ait en­vi­sa­gé de cen­tra­li­ser ses ser­vices à Pointe-aux-Trembles où la po­pu­la­tion ne se se­rait pro­ba­ble­ment pas ren­due, es­time Pa­trice Pha­neuf de la cli­nique 8260. Les pa­tients se­raient res­tés chez eux plu­tôt que d’al­ler prendre con­seil ou de faire chan­ger leurs pan­se­ments. Il y au­rait peut-être eu des com­pli­ca­tions et il au­rait pris une place à l’ur­gence. »

De son cô­té M. Tan­guay s’est at­tri­bué la sus­pen­sion de la dé­ci­sion par le CSSS.

« Je suis l’avo­cat qui plaide pour la po­pu­la­tion. Je suis en dé­fa­veur de cette dé­ci­sion. Ce que je veux c’est qu’il y ait le plus de ser­vice pos­sible et des ser­vices adé­quats », a ex­pli­qué le dé­pu­té.

Il s’est tou­te­fois mon­tré ou­vert à écou­ter les ar­gu­ments de la di­rec­tion du CSSS qui avait jus­ti­fié sa dé­ci­sion par le faible acha­lan­dage d’une ving­taine de pa­tients par CLSC chaque jour de fin de se­maine.

« Les res­sources de l’État sont li­mi­tées alors, il faut maxi­mi­ser leurs im­pacts. Tou­te­fois, je crois qu’il est tout à fait rai­son­nable d’avoir ce ser­vice. C’est sur ce­la que j’ai eu l’oc­ca­sion d’in­sis­ter », a conclu le dé­pu­té qui as­sure suivre le dos­sier de près.

No­tons que contrai­re­ment à l'in­for­ma­tion dis­po­nible sur In­ter­net et dif­fu­sée la se­maine der­nière, le CLSC de Mon­tréal-Nord, si­tué à 7 km de ce­lui de Ri­vière-des-Prai­ries, est aus­si ou­vert les fins de se­maine.

(Pho­to TC Mé­dia – Si­mon Bousquet)

Au moins jus­qu’à l’au­tomne pro­chain, le CLSC de Ri­vière-des-Prai­ries res­te­ra ou­vert du­rant les fins de se­maine.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.