Au­to­ca­ra­vane de classe B: es­pace et plai­sir

L'Informateur - - SPECIAL CAMPING - Marc Bou­chard AutoGO.ca

Vous n'avez pas en­vie de vous lan­cer dans la conduite d'un gi­gan­tesque vé­hi­cule long de di­zaines de mètres, ni de vous contraindre à trou­ver un ter­rain de cam­ping où re­mi­ser votre longue rou­lotte? Pour­quoi ne pas op­ter pour la pe­tite-mais-com­bien-pra­tique ca­ra­vane de Classe B.

Sim­ple­ment dé­fi­nie, la classe B n'est en fait qu'un ca­mion­nette com­mer­ciale trans­for­mée et amé­lio­rée pour lui don­ner le confort in­dis­pen­sable au cam­ping agréable. Son pe­tit for­mat la rend ma­niable et plus éco­no­mique, ce qui fa­ci­lite les dé­pla­ce­ments et li­mite consi­dé­ra­ble­ment le casse-tête des dé­penses.

Cette pe­tite taille per­met aus­si de se fau­fi­ler sur tous les iti­né­raires et dans toutes les mu­ni­ci­pa­li­tés. Pas be­soin, par exemple, de sta­tion­ner la gi­gan­tesque rou­lotte au cam­ping pour es­sayer de rou­ler en ville. En fait, la ca­ra­vane de classe B est idéale pour les "roadtrip" qui per­mettent de tra­ver­ser le Qué­bec ou l'Amé­rique tout en­tière sans être vic­time de dif­fi­cul­tés rou­tières.

BIEN ÉQUI­PÉE

Une ca­ra­vane de classe B rap­pel­le­ra sans doute quelques images un peu ro­man­tiques de ces hip­pies aux che­veux longs des an­nées 70 au vo­lant de leur ca­mion­nette or­née de fleurs ou de cou­leurs psy­ché­dé­liques. Ces ins­tal­la­tions im­pro­vi­sées, bien que pou­vant vous rendre nos­tal­gique, n'ont plus rien de com­mun avec les vé­hi­cules ac­tuels.

Ain­si, une ca­ra­vane de classe B peut re­ce­voir de deux à quatre pas­sa­gers. Évi­dem­ment, il faut faire quelques com­pro­mis sur l'es­pace de vie, mais l'équi­pe­ment stan­dard com­prend les lits (comme il se doit) ain­si qu'une pe­tite table, les chaises s'y rac­cro­chant, l'équi­pe­ment de cui­sine, une toi­lette, une douche et un ré­ser­voir d'eau po­table comme il se doit. Tout l'équi­pe­ment pour ef­fec­tuer les bran­che­ments élec­triques ou aux égouts sur un ter­rain de cam­ping est aus­si four­ni.

C'est plu­tôt l'in­gé­nio­si­té de l'amé­na­ge­ment que l'es­pace dis­po­nible qui rend la ca­ra­vane de Classe B aus­si po­ly­va­lente. Par exemple, les sièges du conduc­teur et du pas­sa­ger sont le plus sou­vent mo­biles ce qui leur per­met de se re­tour­ner com­plè­te­ment vers l'es­pace de vie. Les ins­tal­la­tions sa­ni­taires sont gé­né­ra­le­ment tem­po­raires, c’es­tà-dire qu'elles se dis­si­mulent nor­ma­le­ment sauf en cas de be­soin.

La plu­part des ca­ra­vanes de classe B sont aus­si mon­tées sur des plates-formes de vé­hi­cules exis­tants, mais pro­fitent gé­né­ra­le­ment d'un plan­cher abais­sé et d'un pla­fond sur­éle­vé, his­toire de per­mettre aux oc­cu­pants de cir­cu­ler de­bout sans se co­gner par­tout.

La classe B est un mo­dèle dif­fé­rent de ca­ra­vane de cam­ping. Confor­table certes, elle s'adresse sur­tout aux aven­tu­riers de la route qui pré­fèrent man­ger du bi­tume plu­tôt que de res­ter de longues jour­nées aux mêmes en­droits.

Mais at­ten­tion, ne faites pas l'er­reur de croire que les ca­ra­vanes de classe B sont moins dis­pen­dieuses; elles sont sou­vent dans la même four­chette de prix que les ca­ra­vanes à sel­lette ou les classe C, mais, si elles offrent moins d'es­pace, elles exigent sur­tout beau­coup moins de com­pro­mis à l'usage.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.