Une pé­riode des dé­mé­na­ge­ments plu­tôt tran­quille

L'Informateur - - NEWS - steve.ca­ron@tc.tc

La pé­riode des dé­mé­na­ge­ments est gé­né­ra­le­ment un mo­ment très oc­cu­pé pour le co­mi­té lo­ge­ment In­fo­lo­gis de l’est de l’île de Mon­tréal qui doit ré­pondre à de nom­breux ap­pels de lo­ca­taires en dé­tresse. Mais dans l’en­semble, tout s’est bien pas­sé cette an­née.

L’or­ga­nisme, qui des­sert les quar­tiers Mer­cier-Est, Mer­cier-Ouest, An­jou, Ri­vière-des-Prai­ries, Pointe-aux-Trembles et Mon­tréal-Est, a été en me­sure de gé­rer ra­pi­de­ment les dif­fé­rents ap­pels.

« Nous avons re­çu moins de de­mandes d’aide que les an­nées pré­cé­dentes. Une di­zaine de per­sonnes sans lo­gis ont dû être di­ri­gées à la ligne d’ur­gence de l’Of­fice mu­ni­ci­pal d’ha­bi­ta­tion de Mon­tréal (OMHM) », in­dique An­drée Ro­chon, d’In­fo­lo­gis de l’est de l’île de Mon­tréal.

Une des grandes dif­fi­cul­tés des lo­ca­taires de­meure tou­jours de par­ve­nir à trou­ver de grands lo­ge­ments, avoue Mme Ro­chon. Les ap­par­te­ments avec trois ou quatre chambres à cou­cher ne sont pas mon­naie cou­rante. Quand il y en a un qui se li­bère, en­core faut-il que les gens aient la ca­pa­ci­té de payer.

Chaque an­née, des pro­prié­taires pro­fitent de la pé­riode des dé­mé­na­ge­ments pour aug­men­ter in­dû­ment le coût des loyers et se placent en contra­ven­tion de la loi en ne di­vul­guant pas le prix payé par les lo­ca­taires pré­cé­dents, dé­plore In­fo­lo­gis.

Un lo­ca­taire qui em­mé­nage dans un nou­veau lo­ge­ment peut faire fixer son loyer par la Ré­gie du lo­ge­ment lors­qu’il paie un loyer su­pé­rieur au loyer le moins éle­vé des 12 mois qui pré­cèdent le dé­but du bail.

Pour per­mettre l’ap­pli­ca­tion de ce droit, la loi pré­voit que le pro­prié­taire doit, au mo­ment de la conclu­sion du bail, re­mettre au nou­veau lo­ca- taire un avis in­di­quant ce loyer le plus bas payé.

Mais en réa­li­té, bien peu de lo­ca­taires ont l’op­por­tu­ni­té de se pré­va­loir de ce droit puisque plu­sieurs pro­prié­taires omettent vo­lon­tai­re­ment de rem­plir l’avis en ques­tion. Faute de cette in­for­ma­tion, il de­vient presque im­pos­sible aux lo­ca­taires d’avoir en main les preuves né­ces­saires qui leur se­ront exi­gées au mo­ment de l’au­dience en fixa­tion de loyer.

Les co­mi­tés lo­ge­ments mi­litent donc pour l’ins­tau­ra­tion d’un re­gistre des loyers. Ils veulent que les loyers soient col­li­gés dans un re­gistre pu­blic qui se­rait ac­ces­sible aux lo­ca­taires.

Le re­gistre don­ne­rait ac­cès aux in­for­ma­tions es­sen­tielles à la réa­li­sa­tion du droit des lo­ca­taires de de­man­der au tri­bu­nal de fixer le prix du loyer.

Pho­to: TC Me­dia – Isa­belle Ber­ge­ron)

La pé­riode des dé­mé­na­ge­ments s’est dé­rou­lée sans ani­croche.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.