Fu­sion dans l'air pour les PDQ 45 et 49

Un seul com­man­dant pour l’ar­ron­dis­se­ment

L'Informateur - - LA UNE - Si­mon.bous­quet-ri­chard@ tc.tc

Dès cet au­tomne, la gou­ver­nance des postes de quar­tier 45 de Ri­vière- des- Prai­ries et 49 de Pointe-aux-Trembles se­ra as­su­rée par un seul com­man­dant. Les di­ri­geants du Ser­vice de po­lice de Mon­tréal songent même à fu­sion­ner les deux postes à un seul en­droit, se­lon ce qu’a ap­pris l’In­for­ma­teur.

Si la fu­sion va de l’avant, les 109 po­li­ciers du nou­veau poste de quar­tier cou­vri­ront le plus grand (54,92 km2) et le plus po­pu­leux (113 000 ré­si­dents) ter­ri­toire du Ser­vice de po­lice de la Ville de Mon­tréal (SPVM).

En com­pa­rai­son, les 104 po­li­ciers du PDQ 7 de SaintLaurent couvrent 42,8 km2, soit le plus grand ter­ri­toire pour l’ins­tant. De leur cô­té, les 122 po­li­ciers du PDQ 26 de Cô­tedes-Neiges sont au ser­vice de 100 000 ré­si­dents.

« On se ques­tionne sur la fa­çon d’of­frir un meilleur ser­vice, ex­plique Pierre Cadieux, as­sis­tant-di­rec­teur au SPVM. Nous re­gar­dons les dif­fé­rents scé­na­rios. Nous cher­chons une plus grande ro­bus­tesse et une plus grande sou­plesse. »

M. Cadieux as­sure que les par­ti­cu­la­ri­tés des deux ré­gions ain­si que les in­quié­tudes des par­te­naires se­ront prises en compte dans sa dé­ci­sion. Il pro­met qu’une tour­née de consul­ta­tion au­près des or­ga­nismes concer­nés se­ra en­tre­prise d’ici les deux pro­chaines se­maines.

« Je veux prendre leur pouls, mais aus­si ré­flé­chir avec eux », ex­plique-t-il.

Suite de la page 1

Un PDQ, un ar­ron­dis­se­ment

M. Cadieux se veut ras­su­rant. En cas de ju­me­lage, au­cun ef­fec­tif ne se­ra sup­pri­mé et les quatre agents so­cio­com­mu­nau­taires se­ront tou­jours en poste. Le temps de ré­ponse ne se­ra pas, non plus, af­fec­té puisque les tra­jets de pa­trouille se­ront sen­si­ble­ment les mêmes.

M. Cadieux es­time que la fu­sion per­met­tra une meilleure pré­sence sur le terrain. La fu­sion per­met­tra aus­si une plus grande flexi­bi­li­té et une cen­tra­li­sa­tion de l’ex­per­tise des po­li­ciers, se­lon lui.

« Nous au­rons une plus grande va­rié­té de pa­trouilles. On pour­ra mettre des agents à vé­lo, à pied et en au­to. Les postes de quar­tier sont trop pe­tits pour faire des pro­jets lo­caux : le PDQ 49 n’a même pas de mo­dule d’ac­tion par projet (MAP). En ce mo­ment, nous n’avons pas de marche de ma­noeuvre. Par exemple, s’il y a un pro­blème dans un sec­teur, je veux pou­voir af­fec­ter deux duos en per­ma­nence pour as­su­rer une meilleure pré­sence ou pou­voir faire des blitz », fait va­loir M. Cadieux qui se dé­fend d’en­vi­sa­ger la fu­sion pour des ques­tions pu­re­ment bud­gé­taires.

« Je ne m’en cache pas, je pro­fite d’une op­por­tu­ni­té puisque les deux postes de quar­tier sont en fin de bail. La fu­sion per­met­trait d’avoir un seul lo­cal, mais aus­si un seul com­man­dant et une seule se­cré­taire », ex­plique-t-il.

Il sou­tient par ailleurs qu’une dé­lo­ca­li­sa­tion du poste de quar­tier n’af­fec­te­rait pas l’ac­ces­si­bi­li­té aux po­li­ciers puisque la plu­part des com­mu­ni­ca­tions se font dé­sor­mais par té­lé­phone ou par In­ter­net. Une source po­li­cière in­dique ce­pen­dant que chaque jour, de 5 à 30 ci­toyens se pré- sentent au comp­toir du PDQ 45.

Mal­gré la fu­sion pro­chaine des PDQ 37 et 38, celle pos­sible des PDQ 45 et 49 et la dis­pa­ri­tion d’en moyenne un poste par an­née de­puis 1997, ces ju­me­lages ne tra­duisent pas une ten­dance de fond au SPVM, se­lon M. Cadieux.

L’as­sis­tant-di­rec­teur in­firme éga­le­ment les ru­meurs vou­lant que le nou­veau poste de quar­tier soit si­tué à Pointe-aux-Trembles. Le terrain n’au­rait d’ailleurs pas en­core été iden­ti­fié. Il men­tionne tou­te­fois avoir les plans d’agran­dis­se­ment de l’ac­tuel PDQ 49 en main.

« La fu­sion de­man­de­ra des tra­vaux ou peu­têtre même la construc­tion d’un nou­veau poste, ce qui pren­dra des mois », af­firme-t-il.

Fu­sion du com­man­de­ment

Si la fu­sion des postes semble tou­jours à l’état em­bryon­naire, il en va au­tre­ment de celle de la fonc­tion de com­man­dant qui se­ra ef­fec­tive dès le 15 oc­tobre.

De­nis Ca­ri­gnan, à la tête du PDQ 49 de­puis en­vi­ron un an, a dé­jà été dé­si­gné pour prendre les com­mandes. De son cô­té, Jean O’Mal­ley qui a été lieu­te­nant au PDQ 45 avant d’en ac­cep­ter le com­man­de­ment en 2010, se­ra af­fec­té à d’autres tâches.

« J’avais deux ex­cel­lents com­man­dants très axés sur la com­mu­nau­té. Ils ont dé­ve­lop­pé de bons ré­seaux et j’en suis très fier. Mais, je de­vais faire un choix », ad­met M. Cadieux.

C’est sans doute l’ex­pé­rience de M. Ca­ri­gnan qui a fait pen­cher la balance en sa fa­veur. Com­man­dant de­puis 11 ans, il a 29 ans d’ex­pé­rience dans la po­lice. Il a ser­vi dans plu­sieurs postes de quar­tier, dont ceux de Mon­tréalNord, qui ont des pro­blé­ma­tiques sem­blables à Ri­vière-des-Prai­ries, se­lon M. Cadieux.

« Il a une ap­proche aux ci­toyennes ir­ré­pro­chables et il est très ha­bile avec les re­la­tions hu­maines. C’est ce que je re­cherche », a dit M. Cadieux.

Se­lon lui, le taux d’en­ca­dre­ment est trop éle­vé.

« Je ne veux plus de quatre po­li­ciers pour un su­per­vi­seur. J’es­time que le re­grou­pe­ment du com­man­de­ment of­fri­ra un meilleur ser­vice à la clien­tèle et une plus grande force d’in­ter­ven­tion », af­firme-t-il.

En ce mo­ment, le PDQ 45 compte 53 po­li­ciers dont deux agents so­cio­com­mu­nau­taires, une lieu­te­nante, un agent af­fec­té à la cir­cu­la­tion, une res­pon­sable de la vio­lence in­tra­fa­mi­liale et deux en­quê­teurs, dont un spé­cia­li­sé dans les cas im­pli­quant des mi­neurs.

De son cô­té, le PDQ 49 compte 56 po­li­ciers, soit un lieu­te­nant, deux agents so­cio­com­mu­nau­taires (dont une qui s’oc­cupe aus­si de la vio­lence in­tra­fa­mi­liale) et un en­quê­teur.

(Pho­to TC Mé­dia – Si­mon Bous­quet)

Le poste de quar­tier 45 pour­rait bien­tôt être fu­sion­né au PDQ 49 de Pointe-auxT­rembles.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.