Des mots sur des murs

Un ré­per­toire mont­réa­lais de graf­fi­tis

L'Informateur - - CASHIERMISON.COM - ste­pha­nie.al­ca­raz-robinson@tc.tc

La plus ano­dine des marches peut ré­vé­ler des tré­sors in­es­pé­rés. Pour Re­naud Jean, écri­vain et cor­rec­teur, c’est lors d’une ran­don­née ur­baine à Mon­tréal qu’il s’est dé­cou­vert une pas­sion unique : ré­per­to­rier les graf­fi­tis. Pas n’im­porte les­quels, seu­le­ment ceux qui contiennent des mots.

In­ter­pel­lé par les mes­sages aper­çus sur des murs de ruelles, il s’est mis à les pho­to­gra­phier. « J’ai com­men­cé ça, car j’étais sim­ple­ment fas­ci­né par le ca­rac­tère insolite de cer­taines ins­crip­tions que je voyais en me pro­me­nant, ra­conte-t-il. J’ai étu­dié la lit­té­ra­ture et j’adore les mots. » En gar­dant l’oeil ou­vert, il en trouve sur des portes de ga­rage, des écoles, des fe­nêtres condam­nées…

Sa col­lec­tion de graf­fi­tis, in­ti­tu­lée Des mots sur des murs, sus­cite la cu­rio­si­té, le site Mtl Blog lui a d’ailleurs consa­cré un ar­ticle. Les ci­toyens mont­réa­lais l’aident éga­le­ment dans sa quête en lui en­voyant des pho­tos.

Avec plus de 500 images dans son ré­per­toire, dif­fi­cile de choi­sir une seule ins­crip­tion qui se dé­marque des autres. « Cer­tains mes­sages sont faits très vite, ex­plique-t-il. La syn­taxe est par­fois confuse, des mots peuvent être rayés. C’est tout le ca­rac­tère hu­main qui res­sort de ça. Je ne porte pas de ju­ge­ment mo­ral. C’est un projet plu­tôt do­cu­men­taire. »

« Il y en a un qui di­sait «Je t’aime ma­man». Un autre, «main­te­nant ce mûr est beau», avec un ac­cent cir­con­flexe sur le mot mur! Aus­si, «bar­bouillé pour l’éter­ni­té» alors qu’il est sû­re­ment dé­jà ef­fa­cé! Ce sont des graf­fi­tis mys­té­rieux. Ça me cap­tive ces pa­ra­doxes.»

M. Jean ne pré­tend pas com­prendre la rai­son d’être de ces écrits. « Je me de­mande pour­quoi les gens écrivent sur les murs. Je n’ai pas la ré­ponse à cette ques­tion et ça me fas­cine. À l’ère où l’on peut fa­ci­le­ment s’ex­pri­mer sur In­ter­net et par d’autres technologies, pour­quoi trouve-t-on en­core des graf­fi­tis? » Pour contri­buer au ré­per­toire de Re­naud Jean, ou pour ad­mi­rer ses trou­vailles : http:// murs. tum­blr.com/.

(Pho­to: Gra­cieu­se­té)

Re­naud Jean sillonne les rues de Mon­tréal et dé­niche des graf­fi­tis. Les mes­sages sont par­fois amu­sants, par­fois trou­blants.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.