Des bio­lo­gistes tentent d’éra­di­quer la re­nouée ja­po­naise

L'Informateur - - NEWS - Si­mon.bous­quet-ri­chard@ tc.tc

Une plante fer­tile Mal­gré ses ma­gni­fiques grappes de fleurs blanches et ses jo­lies tiges ta­che­tées de rouge, les jar­di­niers ne de­vraient pas se lais­ser ber­ner : la re­nouée ja­po­naise est une vé­ri­table mau­vaise herbe qui leur at­ti­re­ra beau­coup d’en­nuis.

« Les gens la trouvent belle, mais le pro­blème est qu’au bout de quelques an­nées, elle prend toute la place et fi­nit par dé­bor­der chez les voi­sins », ex­plique Syl­vie Bi­beau, di­rec­trice de la ZIP Jacques-Car­tier. Une fois qu’elle a été in­tro­duite quelque part, la plante ne cesse de prendre de l’ex­pan­sion, créant un vé­ri­table mur de bam­bou. La plante a éga­le­ment de très bonnes ca­pa­ci­tés de re­pro­duc­tion.

En plus de se ré­pandre grâce aux graines que pro­duisent ses fleurs, elle peut se re­pro­duire par les ra­cines qui contiennent les deux tiers de sa bio­masse. Elles peuvent des­cendre jus­qu’à trois mètres dans le sol et s’étendre sur une di­zaine de mètres au­tour de la plante.

Une nouvelle plante peut éga­le­ment pous­ser lors­qu’un petit mor­ceau de tige ou de ra­cine se loge dans le sol. Les jar­di­niers qui tentent de se dé­bar­ras­ser de la plante contri­buent donc sou­vent à son ex­pan­sion en je­tant les tiges dans les ré­si­dus verts ou les fos­sés.

« C’est ce qui est ar­ri­vé à la dé­cente de ba­teau de la 36e Ave­nue, à Pointe- auxT­rembles, ra­conte Va­lé­rie Au­bin, ex­perte en plante en­va­his­sante pour la Zip. C’est quel­qu’un qui en avait dans sa cour et qui l’a je­tée de l’autre cô­té de la clô­ture. Main­te­nant, la co­lo­nie tra­verse des deux cô­tés. »

Des mor­ceaux de branche conta­minent aus­si par­fois la terre de rem­blayage. Mme Bi­beau es­time d’ailleurs que c’est ce qui s’est pas­sé dans le nou­veau dé­ve­lop­pe­ment du Fau­bourg aux Prai­ries où la re­nouée pousse sur plu­sieurs ter­rains.

Dif­fi­cile à dé­lo­ger

Pour évi­ter que la re­nouée de­vienne un vé­ri­table fléau, le mi­nis­tère de l’En­vi­ron­ne­ment a char­gé la Zip Jacques-Car­tier de trou­ver un moyen de l’éra­di­quer.

La bio­lo­giste teste plu­sieurs mé­thodes pour ten­ter de mettre un frein à sa pro­pa­ga­tion. La mé­thode la plus ef­fi­cace est de cou­per la tige près du sol, chaque trois se­maines de juin à oc­tobre. Lorsque la co­lo­nie existe de­puis long­temps, il faut ré­pé­ter l’exer­cice pen­dant huit ans pour par­ve­nir à la contrô­ler.

« Il faut in­ter­ve­nir ra­pi­de­ment parce que lors­qu’il s’agit d’une jeune co­lo­nie, on peut l’éra­di­quer avec seu­le­ment quelques coupes. Si on at­tend trop long­temps, les rhi­zomes de­viennent très gros et ils prennent beau­coup d’am­pleur d’une an­née à l’autre », ex­plique la bio­lo­giste.

Même lorsque les jar­di­niers par­viennent à faire dis­pa­raître la plante, rien ne ga­ran­tit que le pro­blème soit ré­so­lu puis­qu’elle peut res­ter en dor­mance, sous la terre, pen­dant dix ans.

Un pro­blème mon­dial

Le Ca­na­da n’est pas le seul pays aux prises avec ce fléau et les cher­cheurs re­gardent at­ten­ti­ve­ment les re­cherches me­nées de l’autre cô­té de l’At­lan­tique. Plu­sieurs pays eu­ro­péens ont op­té pour l’uti­li­sa­tion de mé­thode chi­mique, qui semble ef­fi­cace.

« Puisque la plante pousse sou­vent dans les mi­lieux hu­mides, on ne peut pas uti­li­ser cette mé­thode. Ce­la ne fe­rait que dé­pla­cer le pro­blème », ad­met Mme Au­bin.

La mé­thode non chi­mique qui semble la plus pro­met­teuse et la plus du­rable pour les Eu­ro­péens est la lutte bio­lo­gique. Pour que cette mé­thode soit viable, il faut trou­ver un in­secte qui se­ra ef­fi­cace, mais qui ne de­vien­dra pas, lui- même, une es­pèce en­va­his­sante.

« Les in­ven­taires en­to­mo­lo­giques que nous avons faits au Qué­bec n’ont pas per­mis de trou­ver d’en­ne­mi na­tu­rel à cette plante. Il y a pré­sen­te­ment des études sur un psylle qui sont en cours, mais elles ne sont pas ter­mi­nées. Il faut en­core dé­ter­mi­ner si cet in­secte va s’at­ta­quer à d’autres plantes », ex­plique Mme Au­bin.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.