Des chauf­feurs d'au­to­bus craignent le pire

Co­ha­bi­ta­tion dif­fi­cile entre les au­to­bus, les vé­los et les tri­por­teurs

L'Informateur - - LA UNE - Si­mon.bous­quet-ri­chard@ tc.tc Le co­mi­té de tra­vail sur la re­vi­ta­li­sa­tion du bou­le­vard Gouin a re­pris le bou­lot la se­maine der­nière et pré­sen­te­ra son plan di­rec­teur de ré­amé­na­ge­ment d’ici la fin de l’an­née.

Nathalie Pierre-An­toine af­firme que le co­mi­té de tra­vail sur la re­vi­ta­li­sa­tion du bou­le­vard Gouin se pen­che­ra sur la ques­tion de sé­cu­ri­té sou­le­vée par les chauf­feurs d’au­to­bus. Ceux-ci craignent de hap­per un cy­cliste, un pié­ton ou un qua­dri­por­teur lors­qu’ils cir­culent dans le sec­teur des ré­si­dences pour per­sonnes âgées.

« La par­tie à l’ouest de l’A-25 a dé­jà été ré­amé­na­gée, mais ça ne veut pas dire qu’on ne pour­ra pas ap­por­ter des amé­lio­ra­tions, ex­plique la conseillère d’ar­ron­dis­se­ment. Nous al­lons te­nir compte des in­quié­tudes des chauf­feurs. L’au­to­bus a sa place sur le bou­le­vard, mais il faut s’as­su­rer que c’est aus­si sé­cu­ri­taire pour les vé­los. »

Sé­pa­rer les voies

Au cours des deux der­nières an­nées, le co­mi­té de tra­vail au­quel a par­ti­ci­pé Mme Pierre-An­toine a te­nu plu­sieurs as­sem­blées pu­bliques au su­jet des dif­fé­rents tron­çons du bou­le­vard.

Lors de la der­nière as­sem­blée qui avait réuni 80 per­sonnes, plu­sieurs avaient ex­pri­mé leur vo­lon­té que la piste cy­clable soit com­plè­te­ment sé­pa­rée de la chaus­sée ou, du moins, qu’elle soit sur­éle­vée pour mar­quer la dif­fé­rence.

« Je crois que la piste cy­clable de­vrait être sé­pa­rée de la route. Il y au­rait moins de risque et les vé­los ne se­raient pas obli­gés de faire tous les ar­rêts », ex­plique le cy­cliste Maxime Roy.

Le Prai­ri­vois, qui par­court chaque jour le bou­le­vard pour se rendre au tra­vail, connaît bien les dan­gers de la confi­gu­ra­tion ac­tuelle. Au dé­but de l’été, il a su­bi trois frac­tures au bras après s’être fait cou­per par une voi­ture.

In­quié­tudes par­ta­gées à Mon­tréal-Nord

Les élus de Ri­vière-des-Prai­ries ne sont pas les seuls à prendre cette si­tua­tion au sé­rieux. À Mon­tréal-Nord, le maire Gilles De­guire s’est aus­si dit in­ter­pel­lé par les chauf­feurs d’au­to­bus.

« Nous avons pris connais­sance du pro­blème et nous avons com­men­cé à y ré­flé­chir, af­firme M. De­guire. Je com­prends le ni­veau de dan­ge­ro­si­té de la piste cy­clable et pour­quoi les chauf­feurs ne sont pas très à l’aise de cir­cu­ler à cet en­droit. Nous sommes contents de voir qu’il n’y a pas eu d’ac­ci­dent jus­qu’à main­te­nant et c’est un dos­sier sur le­quel on ré­flé­chit. »

Lui aus­si ad­met que la so­lu­tion idéale se­rait de construire la piste cy­clable le long de la ri­vière des Prai­ries, comme c’est dé­jà le cas sur plu­sieurs tron­çons du bou­le­vard. La pré­sence de pro­prié­tés pri­vées em­pêche tou­te­fois cette confi­gu­ra­tion à plu­sieurs en­droits.

« C’est un dos­sier com­plexe que nous de­vons tra­vailler avec le Ser­vice de po­lice de la Ville de Mon­tréal, la So­cié­té de transports de Mon­tréal et l’ar­ron­dis­se­ment de Ri­vière-des-Prai­ries–Poin­teaux-Trembles », conclut M. De­guire.

Des chauf­feurs d’au­to­bus croient qu’il y au­ra éven­tuel­le­ment un ac­ci­dent im­pli­quant leur vé­hi­cule et un pié­ton, un cy­cliste ou un tri­por­teur sur le bou­le­vard Gouin, près des ré­si­dences pour per­sonnes âgées.

« Ça me sur­prend qu’il n’y ait pas en­core eu d’ac­ci­dent », dé­clare Hu­go Ber­thiaume, chauf­feur de­puis 12 ans.

La confi­gu­ra­tion de cette piste cy­clable à double sens pose par­ti­cu­liè­re­ment pro­blème pour les au­to­bus qui cir­culent en di­rec­tion ouest puisque les ar­rêts sont si­tués sur les voies cy­clables. Lors­qu’un cy­cliste, qui roule en di­rec­tion est, y passe en même temps qu’un au­to­bus, les deux véhicules se re­trouvent face à face.

Il n’y a pas que les ar­rêts qui rendent la cir­cu­la­tion pé­rilleuse, se­lon les chauf­feurs. Plu­sieurs pié­tons em­pruntent aus­si la piste cy­clable en rai­son de l’ab­sence de trot­toir du cô­té nord de la chaus­sée, sur de grandes por­tions du bou­le­vard Gouin.

« Quand on passe là, il y a des au­tos, des cy­clistes, des pié­tons et des tri­por­teurs, ex­plique M. Ber­thiaume. Quand, par exemple, il y a des per­sonnes âgées qui s’ar­rêtent, ça dé­borde dans la rue. Tout ce monde-là a prio­ri­té alors, c’est moi qui dois gé­rer ça. »

Voies ré­ser­vées

Les chauf­feurs en ont d’ailleurs as­sez des vé­los qui les ra­len­tissent. Une pé­ti­tion cir­cule par­mi eux pour ré­cla­mer plus de fer­me­té à l’égard des cy­clistes qui roulent dans les voies ré­ser­vées aux au­to­bus, du­rant les heures de pointe.

« Je suis moi-même une cy­cliste alors, je suis to­lé­rante, ex­plique pour sa part Vic­to­ria Fa­zio, chauf­feuse de­puis 20 ans. Ce qui me frustre c’est quand les cy­clistes em­pruntent la voie ré­ser­vée plu­tôt que la piste cy­clable si­tuée quelques rues plus loin. »

Les chauf­feurs sont par­ti­cu­liè­re­ment ir­ri­tés par l’ar­ro­gance de cer­tains cy­clistes.

« Le cy­cliste pense qu’il est dans son droit et qu’il a prio­ri­té. Je suis d’ac­cord, mais nous sommes 70 dans l’au­to­bus, donc ce­lui qui est seul sur sa bi­cy­clette pour­rait nous lais­ser pas­ser », es­time un chauf­feur qui pré­fère res­ter ano­nyme.

La di­zaine de chauf­feurs in­ter­ro­gés se plaignent d’être sou­vent ra­len­tis par les bi­cy­clettes, no­tam­ment lors­qu’ils ar­rivent aux ar­rêts.

« Nous vou­lons em­bar­quer notre monde, mais ils ra­len­tissent alors, on reste pris en ar­rière d’eux. Nous de­vons res­pec­ter nos ho­raires, mais nous ne pou­vons pas rou­ler dans notre voie parce que les cy­clistes prennent beau­coup de place », ra­conte Louise Jo­li­coeur, chauf­feuse de­puis 15 ans.

Si cer­tains par­viennent à dé­pas­ser les vé­los, ils s’at­tirent par­fois la foudre du cy­cliste, comme le ra­conte un chauf­feur ren­con­tré au ter­mi­nus de la sta­tion Hen­ri-Bourassa.

« La se­maine pas­sée, je rou­lais dans ma voie ré­ser­vée et, lorsque j’ai ar­rê­té à une lu­mière, il y a une fille en vé­lo qui est ve­nue se pla­cer de­vant moi. Je l’ai dé­pas­sée sé­cu­ri­tai­re­ment trois fois, mais chaque fois elle ve­nait se re­pla­cer de­vant moi à l’ar­rêt. La der­nière fois, elle m’a en­gueu­lé parce qu’elle di­sait que c’était dan­ge­reux quand je la dé­pas­sais », ra­conte un chauf­feur.

De­puis l’in­ci­dent, il suit pa­tiem­ment les cy­clistes sans les dé­pas­ser.

« Je laisse aux pas­sa­gers le soin de s’en oc­cu­per. L’autre jour, il y en a un qui est dé­bar­qué pour at­tendre le cy­cliste au coin et il l’a en­gueu­lé », conclut-il.

(Autre texte à lire en page 2)

Le cy­cliste Maxime Roy vo­té pour que la piste cy­clable soit sur­éle­vée par rap­port la rue, lors d’une consul­ta­tion pu­blique sur le bou­le­vard Gouin. (Pho­to TC Me­dia - Pa­trick Des­champs)

(Pho­to TC Me­dia - Si­mon Bous­quet)

La co­ha­bi­ta­tion entre les au­to­bus, les vé­los et les pié­tons est si dif­fi­cile sur le bou­le­vard Gouin, près des ré­si­dences pour per­sonnes âgées, qu’un ac­ci­dent est im­mi­nent, se­lon des chauf­feurs d’au­to­bus.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.