Toyo­ta RAV4: per­son­na­li­té ef­fa­cée

L'Informateur - - L'ESSAI DU MOIS -

Il faut le dire dès le dé­part: ce n'est pas pour le plai­sir de conduire que l'on choi­sit le petit uti­li­taire sport de Toyo­ta, le RAV4. Car bien qu'il rem­plisse toutes les fonc­tions qu'on exige de lui avec ai­sance et com­pé­tence, il est, avouons-le, un peu terne en conduite.

Rien de ma­jeur, ras­su­rez-vous. Bien au contraire en fait, puisque le RAV4 a une ex­cel­lente ré­pu­ta­tion, et quelques jours der­rière son vo­lant suf­fisent à se rendre compte qu'elle n'est pas sur­faite: la conduite est agréable, se fait tout en dou­ceur, et ne pose au­cun pro­blème.

Il est vrai qu'on ai­me­rait un petit peu plus de ner­vo­si­té en ac­cé­lé­ra­tion. De­puis 2013, le RAV4 a aban­don­né sa mo­to­ri­sa­tion 6 cy­lindres pour se conten­ter d'une mo­to­ri­sa­tion à 4 cy­lindres de 2,5 litres et d'une boite de vi­tesses au­to­ma­tique à 6 rap­ports. Bien sûr, l'ajout d'un bou­ton sport per­met d'aug­men­ter un peu la ca­dence lorsque le conduc­teur in­siste, mais ce­la ne se fait pas sans un cer­tain gron­de­ment désa­gréable du mo­teur. En re­vanche, il faut sou­li­gner la grande qua­li­té de la boite de vi­tesse dont les pas­sages se font sans à-coups, et avec une dou­ceur re­mar­quable.

Un mode Eco amé­liore consi­dé­ra­ble­ment la consom­ma­tion d'es­sence, mais étouffe en­core da­van­tage les ac­cé­lé­ra­tions vives. À dé­con­seiller à ceux qui n'ont pas la pa­tience.

Dans l'ha­bi­tacle, le RAV4 main­tient son image de so­brié­té. On aime ou on n'aime pas le de­si­gn un peu in­tru­sif de la planche de bord cen­trale, mais il faut bien avouer qu'en ma­tière d'er­go­no­mie, cer­taines com­mandes sont bien pen­sées. On ne peut mal­heu­reu­se­ment en dire au­tant des bou­tons de sièges chauf­fants, lo­ca­li­sés der­rière le le­vier de vi­tesse et ac­ces­sibles uni­que­ment en se pen­chant lé­gè­re­ment vers l'avant, ce qui force le conduc­teur à quit­ter la route des yeux.

No­tons aus­si la qua­li­té ha­bi­tuelle d'assemblage de Toyo­ta, et la pré­sence de ma­té­riaux aux cou­leurs sobres, mais de bon ton. À l'image de la sil­houette ex­té­rieure, le cock­pit est sans ar­ti­fices, et est tour­né da­van­tage vers la fonc­tion que vers l'ap­pa­rence.

Ex­ci­tant le RAV4, cer­tai­ne­ment pas. Fiable, comme le sont tous les Toyo­ta, ef­fi­cace, confor­table, et avec une consom­ma­tion en de­çà de ses ri­vaux, mais avouons-le, un peu terne en ma­tière de style et de conduite. Ce­la ne lui en­lève au­cune qua­li­té, mais offre une conduite plus ra­tion­nelle que pas­sion­née.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.