Le temps des Fêtes en dé­ten­tion

L'Informateur - - NEWS - Si­mon.bous­quet-ri­chard@ tc.tc et amine.es­se­ghir@ tc.tc

Le temps des Fêtes est une pé­riode de ré­jouis­sance pour la plu­part des gens, mais pas dans les pri­sons de Mon­tréal, où les dé­te­nus souffrent d’être sé­pa­rés de leurs proches et de perdre cer­tains pri­vi­lèges.

«C’est sur­tout dur pour les pères parce qu’ils sont loin de leurs en­fants, ra­conte un an­cien dé­te­nu de Ri­vière-des-Prai­ries qui tient à gar­der l’ano­ny­mat. Ceux qui re­çoivent la vi­site de leur fa­mille sont tristes parce qu’ils ont vu leurs en­fants pleu­rer. Pour un en­fant, c’est dif­fi­cile de com­prendre que son père est en­fer­mé.»

Ten­sion, at­ten­tion!

Pen­dant le temps des Fêtes, la ten­sion monte en pri­son. En plus d’être éloi­gnés de leur fa­mille, les pri­son­niers perdent cer­tains pri­vi­lèges. Des ac­ti­vi­tés, comme l’école et le tra­vail, sont sus­pen­dues.

Les cours de justice aus­si sont fer­mées, per­sonne n’est donc li­bé­ré. La sur­po­pu­la­tion aug­mente au point où les dé­te­nus sont en­tas­sés dans des lieux com­muns, comme le gym­nase. Les ac­ti­vi­tés spor­tives y sont par­fois sus­pen­dues.

La plu­part des nou­veaux ar­ri­vants sont d’an­ciens pri­son­niers qui ont bri­sé leurs condi­tions de li­bé­ra­tion, se rap­pelle l’an­cien dé­te­nu.

«Il y a des hommes vio­lents qui sont de re­tour en pri­son parce qu’ils ont contac­té leur femme ou leur en­fant pour leur sou­hai­ter joyeux Noël, par exemple. C’est dif­fi­cile», dé­plore l’an­cien pri­son­nier de Ri­vière-des-Prai­ries.

La vi­site

La fré­quence des vi­sites de proches et de re­pré­sen­tants d’or­ga­nismes du­rant cette pé­riode aug­mente. Im­pos­sible tou­te­fois de faire un ré­veillon en fa­mille puisque le nombre de vi­si­teurs à la fois reste li­mi­té.

«Ils ont droit à une vi­site contact sup­plé­men­taire, ex­plique l’ex-pri­son­nier. Ça veut dire que quatre ou cinq membres de la fa­mille peuvent être avec le dé­te­nu en même temps et qu’ils ont le droit de se tou­cher.»

Cer­tains pri­son­niers peuvent ren­con­trer les membres de leurs fa­milles au­tour d’une table. Ce ne sont tou­te­fois pas tous les dé­te­nus qui ont droit à ces vi­sites.

Du­rant son in­car­cé­ra­tion à la pri­son de Bor­deaux, en 2012, Michel Tza­na­cos n’a eu droit qu’au par­loir.

«J’avais ef­fec­tué une de­mande et j’ai pu ren­con­trer mes proches dans une grande salle en pré­sence d’autres dé­te­nus», ex­plique l’homme dont la pé­riode des Fêtes en pri­son n’a pas lais­sé de sou­ve­nirs par­ti­cu­liè­re­ment heu­reux.

(Pho­to TC Me­dia – Ar­chives)

Noël n’a pas réel­le­ment de place à la pri­son de Ri­vière-des-Prai­ries.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.