La place des femmes dans la to­po­ny­mie

L'Informateur - - NEWS - Si­mon.bous­quet-ri­chard@ tc.tc (En col­la­bo­ra­tion avec Stéphanie Maunay)

Ri­vière-des-Prai­ries – Pointe-auxT­rembles pour­rait faire bonne fi­gure pour la place qu’elle donne aux femmes dans sa to­po­ny­mie en nom­mant deux parcs en l’hon­neur de femmes im­por­tantes. Dans la mé­tro­pole, seu­le­ment trois des noms de rues, de parcs ou une place pu­blique (10%) ont été at­tri­bués à des femmes, en 2014.

Les élus ont par ailleurs chan­gé le nom du parc Fran­çois-La Ber­nade pour le parc Ma­rieBar­bier. M. La Ber­nade ne per­dra tou­te­fois pas tous les hon­neurs puisque la rue où se trouve ce parc conser­ve­ra son nom.

Ce n’est tou­te­fois pas le nom qui avait été sug­gé­ré par le Ser­vice de la mise en va­leur du ter­ri­toire de la Ville. Ce­lui-ci sug­gé­rait plu­tôt d’ho­no­rer le no­taire de Pointe-aux-Trembles, Jo­seph Clé­ment Vic­to­rien Roy (1915-1944).

Ils ont fi­na­le­ment re­pous­sé la dé­ci­sion en ce qui concerne le parc An­nette Ven­natCour­chesne, si­tué à l’angle de la rue Roy et de la 40e Ave­nue. Cette dé­ci­sion de­vrait être prise lors du con­seil de jan­vier.

Lors du der­nier con­seil d’ar­ron­dis­se­ment, les élus se sont pen­chés sur le nom de trois parcs. Le parc de la ri­vière, si­tué entre la rue Pierre-Mer­cure et la rue Na­po­léon-Bri­se­bois, a alors été re­nom­mé parc du Bien-être de la jeu­nesse.

Par ailleurs, les élus ont en­vi­sa­gé la pos­si­bi­li­té de nom­mer deux parcs au nom de Ma­rie Bar­bier et d’An­nette Ven­nat-Cour­chesne.

Peu de femmes

Ces dé­ci­sions ont été prises peu de temps avant une sor­tie du par­ti Pro­jet Mon­tréal qui dé­plore la faible vi­si­bi­li­té des femmes qui ont mar­qué l’his­toire dans la to­po­ny­mie de la ville.

«On constate que les femmes sont qua­siab­sentes des no­mi­na­tions de­puis plu­sieurs an­nées et c’est très in­quié­tant, lance Éri­ka Du­chesne. Par exemple, au­cun aré­na n’est nom­mé en l’hon­neur d’une femme. La Ville de­vrait faire preuve de plus de créa­ti­vi­té afin de re­con­naître la contri­bu­tion des femmes mon­tréa­laises.»

Sur les 30 to­po­nymes choi­sis en 2014 pour nom­mer des lieux pu­blics à Mon­tréal, 17 hommes ont été ho­no­rés contre seu­le­ment trois femmes. Il faut ajou­ter à ce­la 10 noms neutres.

«Il faut re­mon­ter à 2010 pour trou­ver la plus grande équi­té de ces cinq der­nières an­nées, avec 16 femmes ho­no­rées contre 19 hommes», ajoute Mme Du­chesne qui sou­hai­te­rait qu’une ré­flexion plus large et non plus «à la pièce» soit dé­sor­mais mise en place pour at­tri­buer un nom.

«La Ville de Mon­tréal pos­sède dé­jà une banque im­por­tante de noms. Mais le Con­seil des Mon­tréa­laises pour­rait se pen­cher sur la ques­tion et trou­ver de nou­velles per­son­na­li­tés. Il fau­drait éga­le­ment que l’on pense à faire plus de place à la di­ver­si­té cultu­relle. La to­po­ny­mie doit da­van­tage être à l’image de la po­pu­la­tion mont­réa­laise», ajoute Mme Du­chesne.

Rap­pe­lons que ce sont les ar­ron­dis­se­ments qui sou­mettent les noms au co­mi­té de to­po­ny­mie de Mon­tréal. Ce­lui-ci peut éga­le­ment en pro­po­ser, le cas échéant.

Les nou­veaux noms de rues, de places ou de parcs sont en­suite adop­tés par le con­seil mu­ni­ci­pal.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.