Un sen­tier ris­qué pour évi­ter 1.5 km de marche

Voi­sins du train de l'Est ex­cé­dés

L'Informateur - - LA UNE - Si­mon.bous­quet-ri­chard@ tc.tc

Comme plu­sieurs pro­prié­taires du Do­maine du Ruis­seau Pi­nel, les Ra­j­ca-Rouette ont été at­ti­rés dans le quar­tier par le projet de Train de l’Est. Près de dix ans après leur achat: dé­cep­tion. Ils es­timent que le train est plus accessible aux ban­lieu­sards qu’aux Prai­ri­vois.

«On est si proche. Je peux le voir, mais je ne peux pas m’y rendre», ex­plique Ka­sia Ra­j­ca.

Bien que leur mai­son soit si­tuée à seu­le­ment 500 mètres de la gare, le couple doit mar­cher 1,5km pour s’y rendre.

«Si on avait su que les ta­rifs se­raient aus­si éle­vés, que le train se­rait in­ac­ces­sible et qu’il fau­drait at­tendre aus­si long­temps avant sa mise en marche, nous au­rions ache­té une mai­son en ban­lieue», ajoute Jean-Fran­çois Rouette, son conjoint. Il sou­ligne que l’ac­ces­si­bi­li­té du quar­tier à la gare était un at­trait du dé­ve­lop­pe­ment ré­si­den­tiel.

Un rac­cour­ci

Pour évi­ter de mar­cher de 30 à 45 mi­nutes dans le froid, une di­zaine de ré­si­dents du quar­tier em­pruntent un petit sen­tier qui tra­verse le boi­sé du ruis­seau Pi­nel. Ils ré­duisent ain­si le tra­jet des deux tiers.

Ce sen­tier « clan­des­tin », qui passe entre le parc et une ré­si­dence, vers le bou­le­vard SaintJean-Bap­tise, n’est tou­te­fois pas en­tre­te­nu par la Ville.

«Il y a de la neige et de la glace. Ce n’est pas en­tre­te­nu alors c’est glis­sant et on risque de se cas­ser une jambe. Il n’y a pas d’éclai­rage. Le soir, di­sons que je marche vite», ra­conte Mme Ra­j­ca.

Elle es­time d’ailleurs que si ce sen­tier était aménagé et éclai­ré par des lam­pa­daires, d’autres ré­si­dents qui uti­lisent leur voi­ture pour se rendre à la gare se­raient plu­tôt ten­tés de l’em­prun­ter.

«Ce n’est peut-être pas pos­sible du­rant l’hiver, ad­met M. Rouette. Ils pour­raient au moins dé­nei­ger le sen­tier et mettre des abra­sifs, en at­ten­dant, pour le rendre plus sé­cu­ri­taire.»

Le couple dé­plore éga­le­ment le manque de ser­vice de trans­port en com­mun. Le sec­teur n’est pas des­ser­vi par le taxi col­lec­tif et les au­to­bus y sont peu fré­quents et pas syn­chro­ni­sés avec les pas­sages du train. Il est donc beau­coup plus avan­ta­geux de mar­cher jus­qu’à la gare.

Un sen­tier pré­vu

M. Rouette a donc contac­té les élus d’ar­ron­dis­se­ment pour si­gna­ler ce pro­blème. Il n’est d’ailleurs pas le pre­mier puisque d’autres ci­toyens de­mandent l’amé­na­ge­ment d’un sen­tier de­puis plus de cinq ans.

«Ça fait des an­nées qu’on se bat pour ob­te­nir ce sen­tier, ra­conte Syl­vie, une ré­si­dente du quar­tier. Un jour, quel­qu’un a même mis une clô­ture alors nous avons dé­po­sé des pé­ti­tions, puis ils l’ont en­le­vée», ra­conte la dame.

En sep­tembre 2009, la ré­si­dente avait d’ailleurs re­çu une ré­ponse de la Ville men­tion­nant qu’il «est pos­sible [que ce terrain] soit aménagé afin de ser­vir de pas­sage vers le bou­le­vard Saint- Jean- Bap­tiste. Entre- temps, il s’agit d’un terrain pri­vé [ap­par­te­nant à la Ville] et y ac­cé­der consti­tue une en­trée par ef­frac­tion sur une pro­prié­té pri­vée».

Pas si simple

Main­te­nant que le Train de l’Est passe à leur porte, les ré­si­dents s’im­pa­tientent. La mai­resse Chan­tal Rou­leau ad­met d’ailleurs que ce dos­sier traîne de­puis long­temps. Elle as­sure tou­te­fois que l’ac­cès aux trois gares est au coeur des prio­ri­tés de son ad­mi­nis­tra­tion.

La mai­resse a d’ailleurs ren­con­tré la Di­rec­tion des grands parcs de Mon­tréal au su­jet du sen­tier du ruis­seau Pi­nel, la se­maine der­nière.

«La dif­fi­cul­té est que ce terrain est si­tué dans un mi­lieu hu­mide, ex­plique Mme Rou­leau. Nous de­vons main­te­nant at­tendre le feu vert du mi­nis­tère de l’En­vi­ron­ne­ment. Nous ne pou­vons donc pas nous en­ga­ger à construire un sen­tier à un en­droit pré­cis, mais nous tra­vaillons fort pour que ça se réa­lise et ça semble très po­si­tif.»

De son cô­té, le conseiller Ri­chard Guay es­time que le temps presse pour évi­ter que les ré­si­dents ne dé­truisent une par­tie du terrain pro­té­gé en le pié­ti­nant. M. Guay a éga­le­ment si­gna­lé que son ad­mi­nis­tra­tion fait des re­pré­sen­ta­tions au­près de la So­cié­té de trans­port de Mon­tréal pour qu’un ser­vice de taxi col­lec­tif soit éga­le­ment ins­tau­ré dans ce quar­tier.

Le conseiller si­gnale tou­te­fois que la Ville ne peut pas en­tre­te­nir ce pas­sage clan­des­tin.

(Pho­tos TC Me­dia - Isa­belle Ber­ge­ron)

Comme des di­zaines de pas­sa­gers du Train de l’Est, Ka­sia Ra­j­ca et Jean-Fran­çois Rouette em­pruntent le petit sen­tier clan­des­tin du ruis­seau Pi­nel pour se rendre à la gare de Ri­vière-des-Prai­ries.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.