Des éco­liers ou­bliés à l'ar­rêt d'au­to­bus

En pé­riode de froid in­tense

L'Informateur - - LA UNE - SA­MAN­THA VE­LAN­DIA sa­man­tha.ve­lan­dia@tc.tc (En collaboration avec Simon Bous­quet)

Des au­to­bus de la STM, qui tardent à pas­ser ou qui ne se pointent car­ré­ment pas, laissent fri­go­ri­fiés aux ar­rêts des élèves de Ri­vière-des-Prai­ries-Pointe-aux-Trembles.

Une si­tua­tion qui a sus­ci­té l’in­di­gna­tion de la mairesse Chan­tal Rou­leau, du pré­sident de la Com­mis­sion sco­laire de la Pointe-de-l’Île (CSPÎ), Mi­ville Boudreault, et du di­rec­teur du col­lège Saint-Jean-Vian­ney, Éric De­guire.Les trois di­ri­geants ont d’ailleurs fait front com­mun en co­si­gnant une lettre en­voyée au pré­sident de la STM, Phi­lippe Sch­nobb, pour de­man­der à l’ins­ti­tu­tion de cor­ri­ger «le plus ra­pi­de­ment pos­sible» la si­tua­tion.

Quatre cir­cuits se­raient tou­chés par les re­tards et les ab­sences des au­to­bus. Il s’agit des lignes 86 ( Pointe- aux- Trembles), 186 ( Sher­brooke Est), 183 ( Gouin Est) et 49 (Mau­rice-Du­ples­sis).

Lors d’une en­tre­vue réa­li­sée jeu­di à l’émis­sion de ra­dio Du­tri­zac, l’après-mi­di, la mairesse a fait part de son in­di­gna­tion.

«On nous a ex­pli­qué à plu­sieurs re­prises que les au­to­bus étaient res­tés au ga­rage parce qu’il fai­sait trop froid. Imaginez les condi­tions que les en­fants ont dû sup­por­ter à l’ar­rêt d’au­to­bus. C’est in­ac­cep­table, il faut trou­ver une al­ter­na­tive pour re­mé­dier à la si­tua­tion le plus ra­pi­de­ment pos­sible», a dé­cla­ré Mme Rou­leau.

Un sen­ti­ment par­ta­gé par Mi­ville Boudreault, pré­sident de la CSPÎ.

«Ce n’est pas la pre­mière fois que nous avons des pro­blèmes avec la STM au su­jet du trans­port de nos élèves, confie-t-il. Nous sou­hai­tons ré­gler cette si­tua­tion de fa­çon dé­fi­ni­tive, en pen­sant à long terme pour que ce­la ne se re­pro­duise plus.»

Pro­blème ré­cur­rent

«De­puis le mois de jan­vier des nom­breux pa­rents nous ont ap­pe­lé à l’ar­ron­dis­se­ment pour nous in­di­quer que les en­fants ar­ri­vaient en re­tard à l’école parce que les au­to­bus ne pas­saient pas, in­dique Sé­bas­tien Otis, at­ta­ché po­li­tique au ca­bi­net de la mairesse. Nous avons contac­té des écoles du sec­teur et ils nous ont confir­mé qu’il s’agis­sait d’un pro­blème ré­cur­rent de­puis le dé­but de l’an­née sco­laire.»

Eric De­guire, di­rec­teur du col­lège Saint-Jean-Vian­ney, ex­plique que l’école est mal des­ser­vie par les au­to­bus de la STM de­puis plu­sieurs an­nées. Se­lon lui, le pro­blème a pris de l’am­pleur cette an­née.

Les pro­blèmes ont com­men­cé dès la ren­trée sco­laire. Du­rant la pre­mière se­maine, les élèves n’ont pas eu droit au trans­port.

Bien que le trans­port ait été ré­ta­bli par la suite, chaque se­maine, au moins un au­to­bus qui des­sert le col­lège ne se présente pas aux ar­rêts.

Lorsque l’hi­ver s’est ins­tal­lé, ce nombre est pas­sé à quatre au­to­bus par se­maine.

«Par­fois, il n’y avait qu’un au­to­bus sur trois qui se pré­sen­tait. Les jeunes de­vaient alors mar­cher 2,5 km dans le froid, sur une rue sans trot­toir pour se rendre à l’école», dé­plore M. De­guire.

L’éta­blis­se­ment a alors uti­li­sé un mi­ni­bus pour as­su­rer le trans­port des élèves aban­don­nés le long de la chaus­sée.

«Nous avons même eu un jeune qui est al­ler­gique au froid. Il a dû mar­cher jus­qu’au col­lège. Heu­reu­se­ment, il n’a pas eu be­soin de son “Epi­pen”. Nous de­vions en­tre­prendre des dé­marches pour la sé­cu­ri­té de nos élèves», ajoute-t-il.

Nous avons même eu un jeune qui est al­ler­gique au froid. Il a dû mar­cher jus­qu'au col­lège.

Éric De­guire, di­rec­teur du col­lège Saint-Jean-Vian­ney

(Pho­to Isa­belle Ber­ge­ron/TC Me­dia)

Les cir­cuits 86 et 186 ont été af­fec­tés

par l'ab­sence d'au­to­bus.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.