Louer une voi­ture, pas n'im­porte com­ment

MARC BOU­CHARD

L'Informateur - - BIEN PEAU DANS SA -

Votre voi­ture est trop pe­tite, trop vieille ou tout sim­ple­ment peu adap­tée aux va­cances? Pour­quoi ne pas pen­ser à la lo­ca­tion? Mais at­ten­tion, on ne loue pas une voi­ture pour les va­cances sans prendre un mi­ni­mum de précautions.

LE MO­DÈLE

Je sais, vous avez tou­jours rê­vé de conduire la ca­brio­let puis­sante aper­çue à la té­lé. Mais as­seoir le pe­tit der­nier et son siège d'au­to sur la ban­quette ar­rière risque de cau­ser tout un émoi. Prenez donc le temps de choi­sir exac­te­ment quel mo­dèle vous convient le mieux.

SI votre vé­hi­cule n'a qu'une fonc­tion uti­li­taire, c’est-à-dire qu'il vous per­met­tra de vous rendre du point A au point B à la des­cente d'avion, choi­sis­sez la plus pe­tite pos­sible. Le coût de lo­ca­tion se­ra moindre, et la consom­ma­tion aus­si.As­su­rez-vous aus­si d'en avoir be­soin. Si vous êtes partis en avion dans un lieu de vil­lé­gia­ture, ou dans une grande ville, les moyens de trans­port col­lec­tifs font sou­vent l'af­faire. Mal­gré tout, rien ne rem­place la li­ber­té d'une voi­ture à votre dis­po­si­tion.

Il faut éga­le­ment sa­voir que le coût des vé­hi­cules est ba­sé sur leur gros­seur, le plus pe­tit étant le moins cher. En re­vanche, op­tez pour un mo­dèle plus gros et plus confor­table si vous pré­voyez voya­ger sur de longues dis­tances et avec beau­coup de ba­gages. Par contre, pour­quoi ne pas se payer une pe­tite fo­lie? Après tout, ce sont les va­cances une fois par an­née seu­le­ment. Louez une luxueuse eu­ro­péenne ou en­core le gros VUS que vous re­lu­quez de­puis tou­jours, et gâ­tez-vous.

Prenez le temps de connaître votre nou­velle mon­ture. Elle est sou­vent dif­fé­rente de la vôtre, et mal­gré les précautions d'usage, a peut-être su­bi les affres d'un mau­vais trai­te­ment avant vous. Soyez vi­gi­lant.

SOYEZ AS­SU­RÉ

De­vez-vous op­tez pour une as­su­rance sup­plé­men­taire une fois la voi­ture louée? Bien sûr, notre in­sé­cu­ri­té nous fe­ra sou­vent dire oui, et notre bud­get s'en res­sen­ti­ra for­te­ment. Mais c'est sou­vent la mau­vaise dé­ci­sion. Si vous avez pris la peine de contac­ter votre as­su­reur, il y a fort à pa­rier qu'il vous di­ra que vous êtes dé­jà cou­vert, ou pou­vez l'être à moindres coûts par ses soins. Votre four­nis­seur de carte de cré­dit vous four­nit aus­si sou­vent une as­su­rance sup­plé­men­taire. Bref, ren­sei­gnez-vous avant de signer pour plu­sieurs dol­lars par jour sup­plé­men­taire.

TRAN­QUILLI­TÉ D'ES­PRIT

On ne vous le sou­haite pas, mais une panne de voi­ture est tou­jours pos­sible. Votre lo­ca­teur vous au­ra four­ni un numéro de té­lé­phone en cas d'ur­gence, uti­li­sez-le. Si vous êtes membre d'un club au­to­mo­bile, vous pou­vez aus­si avoir re­cours à ses ser­vices, s'il des­sert la zone ou vous vous trou­vez évi­dem­ment. Ce genre de carte de membre est peu coû­teux, et vous donne beau­coup de tran­quilli­té d'es­prit.

Et bonnes va­cances!

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.