Des Haï­tiens in­quiets

L'Informateur - - LA UNE - Jean-marc.gil­bert@ tc.tc

De­puis le 1er juin, les Haï­tiens qui ha­bitent au Ca­na­da sans le sta­tut de ré­sident per­ma­nent et qui n’ont pas en­voyé leur de­mande pour le de­ve­nir risquent d’être ren­voyés en Haï­ti en rai­son de la le­vée du mo­ra­toire sur les ren­vois.

En dé­cembre der­nier, le gou­ver­ne­ment fé­dé­ral avait an­non­cé que les Haï­tiens qui vivent au pays avaient six mois pour rem­plir et en­voyer une de­mande de ré­si­dence per­ma­nente pour mo­tifs hu­ma­ni­taires.

De­puis jan­vier, la Mai­son d’Haï­ti, si­tuée à Saint-Mi­chel, croule lit­té­ra­le­ment sous les de­mandes d’Haï­tiens qui ont be­soin d’aide pour rem­plir ces longs do­cu­ments.

«Nous avons ac­cé­lé­ré le rythme et fait ap­pel à plu­sieurs bé­né­voles, in­dique Mar­jo­rie Ville­franche, di­rec­trice de l’or­ga­nisme. Il y en a une tren­taine en ro­ta­tion.»

Une vi­site de l’In­for­ma­teur, quelques jours avant la date bu­toir du 1er juin, a per­mis de consta­ter à quel point les bé­né­voles étaient dé­bor­dés et ten­taient d’ai­der le plus grand nombre pos­sible de de­man­deurs.

Une par­tie des 3000 Haï­tiens, qui de­vaient en­voyer une de­mande, ha­bitent à Ri­vière-des-Prai­ries.

Com­plexe

Se­lon Mme Ville­franche, Ot­ta­wa n’au­rait pas dû de­man­der aux Haï­tiens de rem­plir une de­mande pour consi­dé­ra­tions hu­ma­ni­taires, puisque ça re­pré­sente une très grande charge de tra­vail.

«Il faut prou­ver qu’il y a des risques à re­ve­nir dans le pays, prou­ver que notre vie est ici et non plus là-bas. Et en plus, il faut ré­di­ger un ar­gu­men­taire de 10 à 25 pages. Le gou­ver­ne­ment au­rait pu de­man­der de rem­plir un for­mu­laire plus court.»

La di­rec­trice de la Mai­son d’Haï­ti fait aus­si part de ses in­quié­tudes à l’égard des Haï­tiens qui n’ont pas eu le temps d’en­voyer les do­cu­ments d’ici la date bu­toir, puisque leur per­mis de tra­vail n’est plus va­lide.

«Ils vont vivre de quoi? Ils vont cre­ver? Ils vont al­ler tra­vailler au noir?», se ques­tionne-t-elle.

Ot­ta­wa main­tient la ligne dure

Même si la mi­nistre pro­vin­ciale de l’Im­mi­gra­tion, de la Di­ver­si­té et de l’In­clu­sion, Kath­leen Weil, et le maire de Mon­tréal, De­nis Co­derre, ont de­man­dé un dé­lai sup­plé­men­taire, le gou­ver­ne­ment fé­dé­ral re­fuse ca­té­go­ri­que­ment.

«Le mi­nistre [de la Ci­toyen­ne­té et de l’Im­mi­gra­tion], Ch­ris Alexan­der a ré­pon­du à deux ques­tions, à la Chambre des com­munes, à ce su­jet. La ré­ponse est claire que nous n’au­rons pas avoir d’ex­ten­sion», a fait sa­voir Ke­vin Mé­nard, at­ta­ché de presse au ca­bi­net du mi­nistre.

«Entre fé­vrier 2004 et le 1er dé­cembre 2014, la sus­pen­sion tem­po­raire des ren­vois a été pro­lon­gée plus d’une quin­zaine de fois. Une po­pu­la­tion im­por­tante a pro­fi­té de cette pé­riode de 10 ans pour ré­gu­la­ri­ser leur sta­tut au Ca­na­da», ajoute-t-il.

Il ajoute que le dé­lai était «rai­son­nable pour les Haï­tiens qui dé­si­rent sé­rieu­se­ment faire du Ca­na­da leur pays de ré­si­dence per­ma­nente».

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.