RDP-PAT: 26 plaintes re­çues par l’Om­buds­man en 2014

L'Informateur - - NEWS - Sa­man­tha.ve­lan­dia@ tc.tc

Par­mi les 19 ar­ron­dis­se­ments de Mon­tréal, ce­lui de Ri­vière- desP­rai­ries – Pointe- aux- Trembles (RDP-PAT) se classe au 9e rang dans la liste de ceux ayant re­çu le plus de plaintes en 2014, soit 26 par­mi les 1409 plaintes dé­po­sées à l’échelle mont­réa­laise.

Les plaintes les plus fré­quentes à l’ar­ron­dis­se­ment concer­naient des pro­blèmes d’aque­duc/ égout, d’arbres, de sta­tion­ne­ment (vi­gnettes), ain­si que de voi­rie et de tra­vaux pu­blics.

Par­mi les 26 plaintes en­re­gis­trées, 18 ont été ré­fé­rées à la di­rec­tion de l’ar­ron­dis­se­ment avant en­quête, 1 a été re­fu­sée et il y a eu éga­le­ment un dé­sis­te­ment avant en­quête.

«Sou­vent les gens nous ap­pellent avant de s’adres­ser di­rec­te­ment à leur ar­ron­dis­se­ment, ce qui veut dire que les di­rec­teurs gé­né­raux ne sont né­ces­sai­re­ment au cou­rant de la si­tua­tion, in­dique Me Jo­hanne Sa­vard, om­buds­man de Mon­tréal. Lorsque nous ré­fé­rons des dos­siers, gé­né­ra­le­ment ils sont ré­glés à l’in­terne et nous n’avons pas be­soin de me­ner une en­quête ap­pro­fon­die.»

L’om­buds­man a tou­te­fois me­né cinq en­quêtes ap­pro­fon­dies à RDP-PAT. Quatre de ces en­quêtes, qui concernent no­tam­ment une de­mande de plan­ta­tion d’arbre, des longs dé­lais pour ef­fec­tuer des tra­vaux, des tra­vaux de pa­vage né­ces­saires, ain­si qu’une si­tua­tion d’em­piè­te­ment pro­blé­ma­tique.

La plainte res­tante a été ju­gée non fon­dée.

«Une ci­toyenne s’est plaint parce que se­lon elle, sa voi­sine qui nour­ris­sait des oi­seaux, oc­ca­sion­nait des pro­blèmes d’ac­ces­si­bi­li­té et de qua­li­té de vie dans sa cour. Nous avons me­né une en­quête et avons consi­dé­ré que sa plainte était non-fon­dée», ra­conte Me Sa­vard.

Un chiffre, à prendre avec un grain de sel

Me Sa­vard qui s’est dit sa­tis­faite de la col­la­bo­ra­tion de la part de l’ar­ron­dis­se­ment, sou­tient que plu­sieurs causes sont à l’ori­gine des re­quêtes.

«Le nombre de plaintes dans un ar­ron­dis­se­ment, peut être re­lié à la den­si­té de la po­pu­la­tion qui y ha­bite, mais il n’y a pas que ça, dit-elle. L’âge du cadre bâ­ti, la co­ha­bi­ta­tion entre les zones ré­si­den­tielles, com­mer­ciales et in­dus­trielles ain­si que la po­pu­la­tion qui y ré­side sont aus­si des fac­teurs im­por­tants à prendre en consi­dé­ra­tion.»

Elle ajoute éga­le­ment que les don­nées dé­voi­lées dans le rap­port, ne sont pas né­ces­sai­re­ment des bonnes in­di­ca­trices du ren­de­ment des ar­ron­dis­se­ments en gé­né­ral.

«D’une an­née à l’autre, les chiffres res­tent sen­si­ble­ment les mêmes, parce que les pro­blé­ma­tiques dans cha­cun des ar­ron­dis­se­ments, sont très ré­cur­rentes. Il est donc tout à fait nor­mal qu’elles ne changent pas beau­coup à tra­vers les an­nées», ex­plique Me Sa­vard.

Qu’est-ce qu’un Om­buds­man?

L’Om­buds­man de Mon­tréal vient en aide en der­nier re­cours aux ci­toyens, après leurs dé­marches au­près des ar­ron­dis­se­ments. Se­lon le dé­noue­ment de ses en­quêtes, il peut faire des re­com­man­da­tions aux ar­ron­dis­se­ments. Tou­te­fois, il n’a au­cun pou­voir exé­cu­tif.

Pho­to Ar­chives )

Me Jo­hanne Sa­vard, om­buds­man de Mon­tréal.(

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.