Sa­lu­bri­té: RDP-PAT fait bonne fi­gure

L'Informateur - - LA UNE - Jean-marc.gil­bert@ tc.tc

Que ce soit en ma­tière de pu­naises de lit, de co­que­relles ou de moi­sis­sures, l’ar­ron­dis­se­ment de Ri­vière-desP­rai­ries - Pointe-aux-Trembles (RDPPAT), fait plu­tôt bonne fi­gure dans le rap­port sur les lo­ge­ments sa­lubres et abor­dables, dé­voi­lé par le Di­rec­teur de la san­té pu­blique de Mon­tréal, le 14 sep­tembre.

Dans les fi­gures pré­sen­tées dans le do­cu­ment, on note que seule­ment de 0 à 2 % des mé­nages de l’ar­ron­dis­se­ment rap­portent la pré­sence de pu­naises, alors que la moyenne mont­réa­laise est de 2,7 %.

Pour ce qui est des co­que­relles, elles se­raient pré­sentes dans 1,1 % à 2 % des mé­nages de l’ar­ron­dis­se­ment, com­pa­ra­ti­ve­ment à 3,2 % à l’échelle de la mé­tro­pole.

Fi­na­le­ment, en ma­tière de moi­sis­sures, le rap­port in­dique qu’on en re­trouve dans 5,1 à 8 % des mé­nages de RDP-PAT. Dans l’en­semble de Mon­tréal, ce taux est de 8,6 %.

Parc im­mo­bi­lier plus ré­cent

Ap­pe­lé à com­men­ter ces don­nées, l’ar­ron­dis­se­ment at­tri­bue une par­tie de ces bons ré­sul­tats à l’âge de leur parc im­mo­bi­lier.

«Notre ar­ron­dis­se­ment a glo­ba­le­ment un parc de lo­ge­ments plus ré­cent et en meilleure condi­tion que cer­tains ar­ron­dis­se­ments. De plus, les pro­prié­taires de grands en­sembles im­mo­bi­liers lo­ca­tifs sont proac­tifs et col­la­borent bien avec les ins­pec­teurs de l’ar­ron­dis­se­ment», in­dique Clau­dine Mar­chand, char­gée de com­mu­ni­ca­tion, dans un cour­riel.

RDP-PAT juge aus­si re­ce­voir «très peu de plaintes», au pro­ra­ta de la po­pu­la­tion.

«De­puis le 1er jan­vier 2014 (20 mois), l’ar­ron­dis­se­ment n’a ou­vert que 127 dos­siers liés à l’ap­pli­ca­tion du Rè­gle­ment sur le lo­ge­ment, dont 99 pro­ve­nant de re­quêtes de ci­toyens, in­cluant seule­ment six dos­siers de pu­naises de lit. Nous pou­vons en conclure que glo­ba­le­ment, il y a une bonne com­mu­ni­ca­tion entre lo­ca­taire et pro­prié­taire», es­time l’ar­ron­dis­se­ment.

Vu le faible nombre de dos­siers, au­cun ins­pec­teur n’est dé­dié spé­ci­fi­que­ment aux ques­tions de sa­lu­bri­té, comme c’est le cas dans cer­tains autres ar­ron­dis­se­ments.

«Les dos­siers sont ré­par­tis dans la charge de tra­vail des trois ins­pec­teurs en bâ­ti­ment de l’ar­ron­dis­se­ment. À titre in­di­ca­tif, les dos­siers lo­ge­ments cor­res­pondent à près de 2 % de la charge de tra­vail des ins­pec­teurs», conclut Mme Mar­chand.

Le rap­port du di­rec­teur de la san­té pu­blique, qui fait l’état de la si­tua­tion pour l’en­semble de l’île de Mon­tréal, est ba­sé sur les en­quêtes de la So­cié­té ca­na­dienne d’hy­po­thèques et de lo­ge­ment, sur l’en­quête SALAM, me­née au­près de 1600 mé­nages de l’Île de Mon­tréal et sur les don­nées du re­cen­se­ment.

COURS DE PASTEL À L’HUILE

(Pho­to four­nie par le DSP)

Seule­ment de 0 à 2 % des mé­nages de l’ar­ron­dis­se­ment rap­portent la pré­sence de pu­naises, alors que la moyenne mont­réa­laise est de 2,7 %.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.