Des chas­seurs in­ter­cep­tés au parc-na­ture

Chasse illé­gale

L'Informateur - - LA UNE - Jean-marc.gil­bert@ tc.tc

Bien que la chasse soit for­mel­le­ment in­ter­dite dans le parc-na­ture de la Pointe-aux-Prai­ries, des chas­seurs mu­nis d’armes s’y rendent en quête de cerfs de Vir­gi­nie. Une pra­tique dan­ge­reuse puisque ce bois est fort cou­ru par les mar­cheurs et les cy­clistes.

La Ville de Mon­tréal confirme que trois chas­seurs mu­nis d’ar­ba­lètes ont été in­ter­cep­tés, le 21 sep­tembre.

Les po­li­ciers ont été contac­tés, mais seule­ment un aver­tis­se­ment a été don­né aux trois in­di­vi­dus, puis­qu’il s’agis­sait pro­ba­ble­ment d’une pre­mière of­fense.

C’était la deuxième fois en trois ans que les au­to­ri­tés ont dû in­ter­ve­nir pour la pré­sence de chas­seurs dans un parc-na­ture.

Sé­cu­ri­té

Mais le 24 sep­tembre, en soi­rée, Paul Mayer, un ci­toyen qui fré­quente le parc ré­gu­liè­re­ment, au­rait sur­pris un autre chas­seur, mu­ni lui aus­si d’une ar­ba­lète.

Ils au­raient eu un échange plu­tôt cor­sé et le chas­seur a fi­na­le­ment dé­ci­dé de quit­ter les lieux.

«Ça n’a pas de bon sens que cer­taines per­sonnes chassent à cet en­droit pen­dant que des gens se pro­mènent dans le parc», dé­nonce M. Mayer, qui y voit un en­jeu de sé­cu­ri­té im­por­tant.

La Ville de Mon­tréal ne confirme pas l’in­ci­dent du 24 sep­tembre, mais as­sure «faire tout en son pou­voir pour faire res­pec­ter la ré­gle­men­ta­tion» dans ce parc qui ac­cueille 100 000 vi­si­teurs tous les ans.

«Dans un contexte for­te­ment ur­ba­ni­sé, les règles sur la sé­cu­ri­té pu­blique doivent avoir pré­do­mi­nance sur les règles de la chasse spor- tive au Qué­bec», in­siste Re­née Pa­geau, re­la­tion­niste à la Ville de Mon­tréal.

Rè­gle­ment

Les cerfs de vir­gi­nie sont pré­sents en grand nombre au parc- na­ture de la Pointe- auxP­rai­ries, un bois de 261 hec­tares. Tou­te­fois, le rè­gle­ment mu­ni­ci­pal in­ter­di­sant la chasse dans les parcs ré­gio­naux de la Ville de Mon­tréal est clair.

«Ain­si, tous les arcs, ar­ba­lètes, fu­sils et ca­ra­bines sont in­ter­dits sur le ter­ri­toire des parcs ré­gio­naux de l’île de Mon­tréal: ques­tion de sé­cu­ri­té», ajoute Re­née Pa­geau.

Elle pré­cise que la Ville in­ter­cepte «très ra­re­ment des chas­seurs dans les parcs-na­ture» et qu’il s’agit d’une « si­tua­tion ex­cep­tion­nelle».

Les em­ployés des parcs qui se­raient confron­tés à la pré­sence de chas­seurs sont in­vi­tés à «contac­ter illi­co le ser­vice de po­lice ou, en si­tua­tion de bra­con­nage, les agents de pro­tec­tion de la faune du mi­nis­tère des Fo­rêts, de la Faune et de Parcs (MFFP)».

Le pou­voir d’in­ter­ven­tion des agents de la faune du MFFP est plu­tôt li­mi­té, en ver­tu de la ré­gle­men­ta­tion pro­vin­ciale sur la chasse spor­tive au Qué­bec.

Ils in­ter­viennent seule­ment en cas de bra­con­nage, par exemple lors de la chasse hors sai­son ou pour le non-res­pect de quo­tas.

Jacques Na­deau, porte-pa­role du MFFP de­mande aux ci­toyens de «ne pas hé­si­ter à ap­pe­ler la ligne SOS Bra­con­nage (1 800 4632191) s’ils sont té­moins d’une si­tua­tion dan­ge­reuse».

En­vi­ron 8000 si­gna­le­ments sont faits par le biais de cette ligne, qui re­lève du MFFP, tous les ans, au Qué­bec.

(Pho­to TC Me­dia – Ar­chives)

Les cerfs de Vir­gi­nie sont au nombre d’une qua­ran­taine dans le parc-na­ture de la Pointe-aux-Prai­ries.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.