Le ré­sul­tat de 30 ans de né­gli­gence se­lon un an­cien res­pon­sable de l'eau

L'Informateur - - LA UNE - Sa­man­tha.ve­lan­dia@ tc.tc

L’an­cien maire de Pointe-auxT­rembles et res­pon­sable de l’eau de la mé­tro­pole dans les an­nées 80 est lim­pide: l’éven­tuel dé­ver­se­ment de mil­liards de litres d’eau usée dans le fleuve est le ré­sul­tat de 30 ans de né­gli­gence.

«La mau­vaise ges­tion de l’eau, ce n’est pas nou­veau à Mon­tréal», sou­tient Mau­rice Va­nier, à qui le maire Jean Dra­peau avait confié la res­pon­sa­bi­li­té de gé­rer les in­fra­struc­tures de l’eau de 1983 à 1986. Se­lon lui, des in­ves­tis­se­ments ma­jeurs au­raient été né­ces­saires pour évi­ter la crise ac­tuelle.

«Le dé­ver­se­ment ouvre le dé­bat et on res­sent une cer­taine in­quié­tude de la part des ci­toyens et des mé­dias. Tou­te­fois, il ne faut pas que blâ­mer l’ad­mi­nis­tra­tion ac­tuelle, mais toutes celles qui lui ont pré­cé­dée et qui n’ont pas fait leurs de­voirs.»

M. Va­nier qui a entre autres gé­ré le dos­sier de l’im­plan­ta­tion de la sta­tion d’épu­ra­tion à Ri­vière-des-Prai­ries, ex­plique qu’il au­rait été im­pé­ra­tif d’en construire d’autres.

«Toutes les autres grandes villes ont plus qu’une sta­tion d’épu­ra­tion. Mais au mo­ment où nous avons vou­lu en construire une autre, le pro­vin­cial n’a cru bon de la fi­nan­cer et le pro­jet n’a fi­na­le­ment ja­mais vu le jour.»

Il ajoute qu’il au­rait été éga­le­ment né­ces­saire de bâ­tir d’autres in­ter­cep­teurs, les conduites qui ache­minent l’eau usée vers la sta­tion d’épu­ra­tion.

M. Va­nier re­con­naît tout de même que des ef­forts ont été mis de l’avant par l’ad­mi­nis­tra­tion ac­tuelle pour cor­ri­ger la si­tua­tion.

«Mme Rou­leau [Chan­tal Rou­leau], est l’ini­tia­trice de plu­sieurs pro­jets dont l’in­ver­se­ment des rac­cor­de­ments in­ver­sés ou la construc­tion du bas­sin de ré­ten­tion à Ri­vière-des-Prai­ries. Des ini­tia­tives que nous ap­plau­dis­sons, mais qui ne semblent pas suf­fire.»

Un pro­blème de dés­in­for­ma­tion

M. Va­nier dé­nonce éga­le­ment le manque d’in­for­ma­tion.

«On nous dit que le fleuve est ca­pable d’en prendre, que ce­la va se dis­soudre et qu’en consé­quence, c’est in­of­fen­sif, mais on ne nous a pas en­core mon­tré une étude d’im­pact réelle qui le prouve » , af­firme-t-il.

Il dé­plore le fait que la ville n’ait pas pris le temps de «bien in­for­mer» ses ci­toyens quant au pos­sible dé­ver­se­ments d’eaux usées dans le fleuve.

Du cô­té de la ville, Chan­tal Rou­leau, mai­resse de l’ar­ron­dis­se­ment et ac­tuelle res­pon­sable de l’eau et de ses in­fra­struc­tures à Mon­tréal, ad­met qu’il y au­rait eu du tra­vail à faire au cours des 30 der­nières an­nées.

«Oui, il au­rait fal­lu s’en oc­cu­per, mais c’est que nous fai­sons pré­sen­te­ment. Nous sommes la seule ad­mi­nis­tra­tion qui a pris la ges­tion de l’eau au sé­rieux.»

Elle rap­pelle que ces re­jets se fe­ront de fa­çon « contrô­lée » de fa­çon à di­mi­nuer le plus pos­sible les im­pacts sur le fleuve.

(Pho­to TC Me­dia – Sa­man­tha Ve­lan­dia)

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.