Épan­dage d’abra­sifs : les cols bleus dé­noncent le re­cours au pri­vé

L'Informateur - - LA UNE - Sa­man­tha.ve­lan­dia@ tc.tc

La dé­ci­sion de l’ar­ron­dis­se­ment de re­cou­rir au pri­vé pour l’épan­dage d’abra­sifs sur les trot­toirs fait bon­dir les cols bleus du sec­teur. Se­lon leur conseiller syn­di­cal, il s’agit d’un «re­cul im­por­tant» dans les droits des tra­vailleurs.

Les contrats oc­troyés à quatre en­tre­prises dif­fé­rentes en sep­tembre der­nier, re­pré­sentent un mon­tant to­tal de 25 M$. Une somme qui pour­rait être di­mi­nuée de 7 % si la mu­ni­ci­pa­li­té fai­sait af­faire avec les cols bleus, se­lon Pierre- Guy Syl­vestre, conseiller syn­di­cal des tra­vailleurs.

«Non seule­ment, ça coû­te­rait moins cher, mais ça se­rait aus­si moins dif­fi­cile, dit-il. Nous avons as­sez de gens pour faire le tra­vail, alors nous ne com­pre­nons pas pour­quoi l’ar­ron­dis­se­ment a dé­ci­dé de faire af­faire avec des com­pa­gnies pri­vées.»

Rap­pe­lons que ces contrats ont été oc­troyés à la suite du dé­voi­le­ment de la po­li­tique de dé­nei­ge­ment du maire Co­derre afin de res­pec­ter les dé­lais d’exé­cu­tion au ni­veau de l’épan­dage d’abra­sifs sur les trot­toirs.

Les ar­ron­dis­se­ments de­vront do­ré­na­vant s’as­su­rer que des abra­sifs sont épan­dus sur les trot­toirs dans un dé­lai de 8 h, alors que la moyenne à RDP-PAT était de 11 h.

Une ques­tion de vo­lon­té po­li­tique

M. Syl­vestre qui re­pré­sente les 200 cols bleus de l’ar­ron­dis­se­ment, ac­cuse Mon­tréal de pri­vi­lé­gier l’oc­troi de contrats au pri­vé, au dé­tri­ment des cols bleus.

«Est-ce que les ar­ron­dis­se­ments sont me­not­tés par la ville-centre dans la prise de ce genre de dé­ci­sions? Nous ne le sa­vons pas, mais nous avons des bonnes rai­sons de pen­ser que c’est comme ça», si­gni­fie le conseiller syn­di­cal.

Il ajoute que les cols bleus ont réus­si tout de même à gar­der des bonnes re­la­tions avec la mai­resse Chan­tal Rou­leau.

«Elle nous a pro­mis une ren­contre et nous l’avons eu. Ce qu’il reste à sa­voir c’est si on va voir des ré­sul­tats après ces échanges parce que c’est qui compte dans notre dé­marche.»

M. Syl­vestre in­dique que les syn­di­qués sou­haitent qu’il y ait un équi­libre entre le pu­blic et le pri­vé à l’ar­ron­dis­se­ment.

Du cô­té de l’ar­ron­dis­se­ment, on in­dique qu’il est im­pos­sible pour le mo­ment de pré­ci­ser si les opé­ra­tions d’épan­dage d’abra­sifs coû­te­raient moins cher si elles étaient ef­fec­tuées par les cols bleus, se­lon Clau­dine Mar­chand, char­gée de com­mu­ni­ca­tion à l’ar­ron­dis­se­ment.

Elle confirme qu’une ren­contre entre les cols bleus et la mai­resse a eu lieu le 25 sep­tembre der­nier.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.