Cours de conduite hi­ver­nale : une bonne idée

L'Informateur - - SORTIR L'EST DANS -

Il y a une chose que beau­coup de gens semblent ou­blier, ce­pen­dant : le li­quide de re­froi­dis­se­ment.

Pre­mier point à cla­ri­fier : même s’il fait un froid de ca­nard à l’ex­té­rieur, le mo­teur de votre voi­ture doit conte­nir du li­quide de re­froi­dis­se­ment. En moyenne, un mo­teur à pis­ton chauf­fe­ra à près de 100 de­grés Cel­sius, beau temps mau­vais temps!

À sa sor­tie d’usine, votre mo­teur ve­nait avec son ra­dia­teur rem­pli d’une so­lu­tion à base d’éthy­lène gly­col; gé­né­ra­le­ment, ce­lui-ci de­vrait être chan­gé aux 5 ans ou tous les 250 000 ki­lo­mètres. Si votre au­to a donc moins de 5 ans, vous n’avez pas à vous pré­oc­cu­per de ce fluide vi­tal.

Par contre, si vous êtes pro­prié­taire de votre ba­gnole de­puis plus long­temps, il pour­rait être im­por­tant d’ef­fec­tuer une vé­ri­fi­ca­tion de votre li­quide de re­froi­dis­se­ment. Son ef­fi­ca­ci­té peut se dé­gra­der, ou une mi­cro­fuite dans les tu­bu­lures du sys­tème peut avoir lais­sé s’écou­ler une quan­ti­té si­gni­fi­ca­tive de li­quide.

Si vous avez ache­té votre voi­ture usa­gée (d’un par­ti­cu­lier ou en­core d’un re­ven­deur in­dé­pen­dant non cer­ti­fié, puisque les conces­sion­naires pro­cèdent ha­bi­tuel­le­ment à une ins­pec­tion mé­ti­cu­leuse avant de vous vendre un vé­hi­cule), il se­rait aus­si ju­di­cieux de faire vé­ri­fier le conte­nu de votre ra­dia­teur. En ef­fet, il est pos­sible que ce­lui-ci ne contienne rien d’autre que de l’eau! En été, ce­la ne cau­se­ra pas trop de pro­blèmes — tant que le

C’est ce qu’en­seignent les cours de conduite hi­ver­naux. Sur un cir­cuit fer­mé, ou dans un grand sta­tion­ne­ment sé­cu­ri­taire, les par­ti­ci­pants ap­prennent à res­sen­tir les ef­fets d’un dé­ra­page sur un vé­hi­cule et la meilleure fa­çon de les contrô­ler. Ils vont éga­le­ment ef­fec­tuer des frei­nages d’ur­gence afin de mieux com­prendre les sys­tèmes de frei­nage d’au­jourd’hui, et per­fec­tion­ner la maî­trise d’un vé­hi­cule lors des ma­noeuvres d’ur­gence tout en res­sen­tant le fonc­tion­ne­ment des sys­tèmes an­ti­pa­ti­nage et de contrôle de sta­bi­li­té.

On peut trou­ver où se donnent des cours de conduite hi­ver­naux en ef­fec­tuant une re­cherche mo­teur n’est pas trop sol­li­ci­té —, mais lorsque les tem­pé­ra­tures des­cen­dront en de­çà du point de congé­la­tion, vous pour­riez trou­ver un gros cube de glace dans les en­trailles de votre ba­gnole... Men­tion­nons fi­na­le­ment qu’il ne faut pas se conten­ter d’ache­ter du li­quide de re­froi­dis­se­ment pur : il gè­le­ra en des­sous de -13 de­grés Cel­sius. Il faut soit uti­li­ser du li­quide pré­mé­lan­gé, soit le faire soi- même en sui­vant les re­com­man­dat i ons du ma­nu­fac­tu­rier. sur In­ter­net, ou bien en vi­si­tant les sites des construc­teurs au­to­mo­biles, dont quelques-uns qui en or­ga­nisent chaque hi­ver. Il s’agit ha­bi­tuel­le­ment d’une for­ma­tion d’un jour, par­fois deux se­lon le prix et le pro­gramme of­fert, et le ta­rif se chiffre à quelques cen­taines de dol­lars. Par contre, si l’on pré­fère plu­tôt vivre une ex­pé­rience hors de l’or­di­naire, cer­tains construc­teurs de luxe pro­posent des for­faits coû­tant quelques mil­liers de dol­lars, com­pre­nant la for­ma­tion, une ou des nui­tées à l’hô­tel et les re­pas.

En somme, si l’on se mé­fie de la route du­rant la sai­son froide, un cours de conduite hi­ver­nale peut s’avé­rer un ex­cellent in­ves­tis­se­ment.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.