En­quête à l’Ins­ti­tut Phi­lippe-Pi­nel: la di­rec­tion per­plexe

L'Informateur - - LA UNE - Jean-marc.gil­bert@ tc.tc

Vu le nombre de plaintes en baisse et « l’agré­ment avec men­tion » oc­troyé par Agré­ment Ca­na­da, un or­ga­nisme voué à l’amé­lio­ra­tion de la qua­li­té des soins, la di­rec­tion de l’Ins­ti­tut Phi­lippe- Pi­nel trouve «pa­ra­doxal» de faire l’ob­jet d’une en­quête du Col­lège des mé­de­cins et de l’Ordre des in­fir­mières du Qué­bec.

L’Ins­ti­tut dé­voi­lait, le 10 dé­cembre, son rap­port an­nuel pré­li­mi­naire à l’oc­ca­sion d’une séance pu­blique d’in­for­ma­tion. On y ap­prend que, de­puis le 31 mars der­nier, 114 plaintes ont été dé­po­sées au com­mis­saire lo­cal aux plaintes par in­té­rim. De ce nombre, 23 étaient de na­ture mé­di­cale.

Se­lon les do­cu­ments pré­sen­tés, il s’agit d’une baisse par rap­port aux an­nées an­té­rieures. Pour l’an­née 2013-2014, le com­mis­saire avait re­çu 143 plaintes. En 20142015, ce nombre était de 134.

La di­rec­trice gé­né­rale de l’hô­pi­tal psy­chia­trique, Dre Re­née Fu­gère, dit ne pas com­prendre pour­quoi le CMQ et l’OIIQ sont dé­bar­qués dans les lo­caux de l’Ins­ti­tut pen­dant quelques se­maines pour faire en­quête «sur la qua­li­té des soins et des ser­vices of­ferts dans l’éta­blis­se­ment».

«Nous avons été sur­pris. C’est en rai­son d’une seule plainte que l’en­quête a été dé­clen­chée», ex­plique-t-elle.

«Tout s’est bien dé­rou­lé. Nous n’avons rien à ca­cher et au­cun sque­lette dans le pla­card», ren­ché­rit l’in­fir­mière de liai­son Ca­ro­lyn Stem­kows­ki, qui a aus­si oc­cu­pé le poste de conseillère aux plaintes par in­té­rim dans les der­niers mois.

Rap­port en avril

L’en­quête est main­te­nant ter­mi­née et le rap­port de­vrait être re­mis à l’Ins­ti­tut en avril 2016.

«Au­cun rap­port pro­vi­soire n’a été pro­duit, ce qui si­gni­fie que nous n’avons pas de cor­rec­tif urgent à ap­por­ter, pré­cise Dre Fu­gère. Nous al­lons ap­pli­quer les re­com­man­da­tions qu’on va nous sug­gé­rer et les in­té­grer dans la pla­ni­fi­ca­tion stra­té­gique que nous pré­pa­rons ac­tuel­le­ment.»

Ques­tion­née au su­jet des tra­vailleurs de l’en­droit qui ont ma­ni­fes­té à quelques re­prises cet au­tomne, Mme Fu­gère constate que «le per­son­nel n’est pas sa­tis­fait des condi­tions et du sa­laire, dans cer­tains cas, mais que leur en­ga­ge­ment en­vers l’Ins­ti­tut est très fort et que les gens sont fiers d’y tra­vailler».

Ils doivent s’ap­pro­prier les chan­ge­ments qui ont été im­po­sés par le gou­ver­ne­ment, dit-elle, fai­sant ré­fé­rence à la di­mi­nu­tion du nombre d’em­ployés, no­tam­ment.

Par­mi les autres chan­ge­ments, no­tons qu’un nou­veau con­seil d’ad­mi­nis­tra­tion a ré­cem­ment été for­mé et que plu­sieurs des 19 membres sont des nou­veaux.

(Ar­chives TC Me­dia)

L'Ins­ti­tut Phi­lippe-Pi­nel fait l'ob­jet d'une en­quête du Col­lège des mé­de­cins et de l'Ordre des in­fir­mières du Qué­bec qui a été dé­clen­chée à la suite d'une plainte.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.